Enerzine

De l’électricité à partir du charbon sans l’extraire

Partagez l'article

Le gouvernement de l’Alberta indique vouloir financer à hauteur de 271 millions de dollars un projet de gazéification à Calgary impliquant un forage en profondeur dont l’objectif est de produire de l’électricité à partir du charbon, sans jamais l’extraire.

Le problème demeure que la technologie de gazéification souterraine du charbon n’en est encore qu’à ses balbutiements.

Les tentatives précédentes ont permis d’atteindre des couches de charbon à une profondeur de 1.000 mètres sous terre, et de convertir le charbon en gaz. La gazéification du charbon consiste, avec un apport d’oxygène, à transformer le charbon en gaz composé de monoxyde de carbone et d’hydrogène, appelé gaz de synthèse ou « syngas ». Le projet "SynFuels" de Swan Hills se propose lui d’arriver jusqu’à 1.400 mètres, pour un coût total estimé à 1,5 milliards de dollars !

De l'électricité à partir du charbon sans l'extraireEn travaillant à cette profondeur, ce procédé pourrait par ailleurs réduire la menace qui pèse sur la contamination des eaux souterraines à cause du charbon en décomposition.

Lorsque le projet démarrera en 2015, "Swan Hills" espère générer 300 mégawatts d’électricité à partir du gaz de houille, tout en vendant plus de 1,3 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an. Le CO2 pourrait être vendu aux producteurs de pétrole et, finalement, stocké dans des puits de pétrole. Il pourrait en résulter un stockage de 10 à 20 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an d’ici 2020. "Ce serait un moyen pour l’Alberta d’atteindre son objectif de 2020 pour la séquestration du carbone comprise dans des volumes de 25 à 30 millions de tonnes par an", selon un rapport publié le mois dernier par un consortium d’entreprises industrielles canadiennes.

Les essais réalisés dans la mine de "Swan Hills" tiendraient toutes ces promesses car le gaz produit serait d’excellente qualité. Les 20 paires de puits seront espacées de 50 à 60 mètres d’intervalle, installées dans la veine de charbon à 1.400 mètres de profondeur, grâce à la technique de forage directionnel.

La centrale électrique de 300 MW sera quasi-identique à celle d’une installation classique à cycle combiné au gaz naturel. Elle subira quelques modifications concernant la turbine à gaz qui pourra accueillir un mélange d’hydrogène et de méthane. Avec ce mélange riche en hydrogène, la centrale produira seulement 250 kilos de CO2 par mégawatt-heure d’électricité. Par conséquent, elle sera beaucoup moins polluante que les centrales au gaz naturel et à charbon, qui rejettent environ entre 400 et 1.000 kilogrammes par mégawatt-heure.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    14 Commentaires sur "De l’électricité à partir du charbon sans l’extraire"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    michel123
    Invité
    Ce projet n’est pas ininteressant mais c’est loin d’être la panacée , pour finir il y aura libération de co2 . Vu tous les puits forés ( c’est ce qui coute le plus cher dans la géothermie ) ils pourraient en profiter pour y associer une véritable géothermie profonde une fois les gisements épuisés (en creusant plus profond) et produire de l’électricité par des turbines à vapeur . C’est  d’autant plus vrai que la première combustion se faisant sous terre aprés injection d’oygène ce qui génèrera une grande quantité de chaleur dans le sous sol , chaleur perdue bien entendu si l’on… Lire plus »
    Samivel51
    Invité

    Si le charbon peut être brulé jusqu’à 1500m de profondeur, voire plus, les ressources de charbon exploitables, déjà immenses, augmentent encore. Quand on sait que l’immense majorité de ce carbone finira tôt ou tard dans l’atmosphère, cette nouvelle est une catastrophe pour la planète! Ces recherches devraient être interdites par un comité d’éthique, au même titre que le clonage des êtres humains.

    Samivel51
    Invité

    Entre ca et les sables bitumeux, le Canada mérite vraiment un prix Ignobel d’écologie.

    Je
    Invité

    Le canada est le pays qui a le plus augmenté ses émissions de CO2 par rapport à 1990 (l’année de référence). Il confime sa politique ne laissant aucun avenir possible à l’humanité… Nombreux sont les politiques qui seront un jour condamnés pour CRIMES CONTRE L’HUMANITE. Mais cela ne pourra redonner un avenir de vie posible pour nos enfants.

    bmd
    Invité

    Ce genre de projet n’est pas nouveau. Des recherches ont déjà été effectuées à ce sujet après les chocs pétroliers, par exemple en France à Bruais en Artois, mais n’ont pas abouti. C’est techniquement très difficile. D’autre part, il y a risque de voir le mélange gazeux produit remonter à la surface par des fissures, et ce mélange contient de l’oxyde de carbone, gaz extrêmement dangereux. Je crois qu’il n’y a guère de risque de voir ce type de projet aboutir

    yp
    Invité
    Déja à la base le stockage du CO² en sous-sol ça me semble une bien mauvaise idée, fatalement ça aura un impact non prévu sur les sols, les eaux ou quelquechose d’autre auquel on aura pas pensé. Je pense que la bonne voie pour le CO² c’est le reboisage, et la transformation par micro-algues ou par bactéries ou par je ne sais quel organisme, ou alors le balancer dans l’espace mais ça j’imagine que c’est un peu plus compliqué. Mais il faut l’utiliser Mais nous le mettre sous nos lits bonjour la bombe à retardement, à croire que l’homme n’apprend… Lire plus »
    Denlaf
    Invité

    L’Alberta pourrait se sentir confortée d’exploiter davantage ses gisements de sables bitumineux. Malheureusement, le Canada considère globalement les émissions de CO2 du pays. Or, le Québec et l’ontario ont, cette année, diminué leurs émissions de CO2. J’ai bien peur que celà permette à l’Alberta de polluer encore plus sous le prétexte que, le Canada globalement, ne produit pas davantage de CO2. Désolant pour les provinces qui font des efforts dans le but de diminuer leurs émissions de CO2.

    Dan1
    Invité

    A lire et à méditer la phrase de l’article : « Le problème demeure que la technologie de gazéification souterraine du charbon n’en est encore qu’à ses balbutiements. » !

    Dan1
    Invité
    Patrac
    Invité

    Ce type de gazeification en sous sol est pratiqué par la société SASOL en  Afrique du sud depuis plus de 30 ans . ce n’est plus en balbutiement

    Dan1
    Invité

    C’est bien le sens de ma réflexion : il me semble que nous sommes un peu plus avancé que le balbutiement. En revanche, pour SASOL, j’ai un doute. Certes cette société gazéifie du charbon (peut être un peu forcé, contraint par un ancien embargo), mais la question est de savoir si elle le fait avec du charbon extrait ou bien directement en souterrain ?

    michel123
    Invité
    C’est la seule solution rapide pour enrayer l’inexorable augmentation du co2 atmosphérique qui a ,rappelons le , dépassé depuis cent ans  le record toutes catégories de 280 ppm établi sur une période de deux millions d’années (actuellement 385 ppm) et qui augmente de 2 ppm par an : 400 ppm dans dix ans seulement. IL va sans dire que l’avenir du monde peut basculer dans un drame climatique indescriptible si cette augmentation n’est pas stabilisée ou mieux encore amorce une régression. La meilleure solution , la  plus sure,  c’est de stocker celui ci dans les anciens gisements de gaz qui ont contenu… Lire plus »
    Clement gauthie
    Invité
    BONJOUR MR STEVEN GUILBEAULT JAI 54 ANS JE ME DI QIL EST TEMP DE SE PRENDRE EN MAIN LISER CE MESSAGE S.V.P.C,EST DU SÉRIEU  C G POUR L’INDUSTRIE DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES AINSI QUE POUR LES RÉSIDENCES PRIVÉES !!! ** Je suis à la recherche d’hommes et de femmes d’affaire pour former un consortium afin d’investir dans la fabrication et la vente de ce chargeur autonome à la grandeur de la planète. En effet, je possède un chargeur qui permettrait de rouler avec une auto électrique pendant 1000 kls et plus sans avoir à brancher l’auto.  Le kilométrage n’a plus aucune… Lire plus »
    Clement gauthie
    Invité
    POUR L’INDUSTRIE DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES AINSI QUE POUR LES RÉSIDENCES PRIVÉES !!! ** Je suis à la recherche d’hommes et de femmes d’affaire pour former un consortium afin d’investir dans la fabrication et la vente de ce chargeur autonome à la grandeur de la planète. En effet, je possède un chargeur qui permettrait de rouler avec une auto électrique pendant 1000 kls et plus sans avoir à brancher l’auto.  Le kilométrage n’a plus aucune importance.  Le chargeur fonctionne tant qu’il est ouvert où que ce soit sur la terre.  Pas besoin de soleil, de turbine ni d’essence.  Il peut fonctionner… Lire plus »
    wpDiscuz