Enerzine

De l’électricité dans l’air entre des fleurs et le bourdon

Partagez l'article

Les fleurs produisent une large gamme de signaux incluant la couleur, la forme, les motifs et des substances chimiques pour attirer les bourdons et d’autres pollinisateurs.

Dans leur étude, Dominic Clarke et ses collègues de l’Université de Bristol suggèrent que le champ électrique invisible des fleurs agit comme un signal supplémentaire, aidant les bourdons à distinguer les fleurs et à se rappeler de leur emplacement.

Les chercheurs ont étudié des bourdons dans une enceinte où les insectes étaient libres de voler parmi des fleurs de Petunia integrifolia ou des pétunias à fleur violette.

Clarke et ses collègues ont étudié comment le potentiel électrique normalement positif des bourdons influençait le potentiel électrique des fleurs en général négatif et ils ont découvert que ces insectes pouvaient détecter des détails infimes du champ électrique des fleurs tels que leur niveau, leur motif et leur structure. Le champ électrique floral semblait selon les chercheurs améliorer la mémoire des bourdons et les aider à se rappeler l’emplacement des fleurs riches en nectar.

Comme le champ électrique des fleurs changeait à chaque visite du bourdon, ils suggèrent qu’un tel champ constitue une forme rapide et dynamique de communication entre les plantes et les pollinisateurs qui était restée inconnue jusqu’à ce jour.

« Detection and Learning of Floral Electric Fields by Bumblebees » par D. Clarke, H. Whitney, G. Sutton, D. Robert de l’Université de Bristol à Bristol, Royaume-Uni.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "De l’électricité dans l’air entre des fleurs et le bourdon"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    De passage
    Invité

    Tout est dans le titre !

    wpDiscuz