Enerzine

« De nouveaux marchés aux industriels français des énergies renouvelables »

Partagez l'article

Mercredi 5 août 2015, l’ADEME a lancé un nouvel appel à projets éolien flottant. Situées au large de l’île de Groix, des étangs de Leucate, de la commune de Gruissan et du phare de Faraman, les quatre zones identifiées sont le résultat d’un processus d’analyse approfondi et d’une concertation réussie.

Une bonne pratique saluée par France Energie Eolienne qui rappelait déjà en décembre 2014 son souhait de voir les parties prenantes (usagers de la mer, industriels, collectivités et élus) œuvrer de concert afin de mieux développer une filière porteuse en répondant aux questions techniques et d’acceptabilité.

Représentant 2 des 3 consortia actuellement concernés par le développement de l’éolien en mer posé, France Energie Eolienne souhaite faire de la filière de l’éolien maritime en France un fleuron de l’industrie, exportatrice de savoir-faire. Promesses d’innovations technologiques dans la lutte contre le changement climatique, les fermes pilotes pré-commerciales de l’éolien flottant devront permettre de faire émerger une nouvelle filière industrielle française, pionnière dans ce domaine.

Avec quelques 10.000 emplois directs et indirects attendus pour l’éolien en mer sur le territoire national, les professionnels de l’éolien soulignent que le développement de la filière éolienne maritime contribuera au dynamisme économique de trois régions : la Bretagne, le Languedoc-Roussillon ainsi que la région PACA.

"La confirmation de l’ambition du Gouvernement concernant les éoliennes maritimes flottantes est une excellente nouvelle. La France rejoint ainsi la Norvège, le Portugal et le Japon pays pionniers dans ce domaine d’avenir. Cette technologie est complémentaire des éoliennes dites fondées et permettra d’équiper de vastes zones profondes actuellement inaccessibles. Encourager le développement de l’éolien sous toutes ses formes, nous permettra d’accroître l’indépendance énergétique du pays de façon majeure" a souligné Frédéric Lanoë, président de France Energie Eolienne.

Pourtant, les professionnels de l’éolien rappellent qu’il s’agit là d’une première étape dans les avancées techniques et technologiques de l’éolien en mer flottant. Avec un objectif de la filière de 15 GW d’éolien en mer posé et de 6 GW d’éolien flottant construits à horizon 2030, la filière doit pouvoir se donner les moyens de garantir son développement dans un contexte de forte compétition mondiale.

France Energie Eolienne estime d’ailleurs que la Programmation Pluriannuelle de l’Energie devrait à ce titre permettre de fixer un calendrier industriel ambitieux en matière de lancement et d’attribution d’appels d’offres, sur un rythme régulier et de concert avec les autres parties prenantes :cela encouragera les professionnels à atteindre les objectifs fixés par le projet de loi pour la Transition énergétique de 23% de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et de 40% du mix électrique à horizon 2030.

Les perspectives du 3ème appel d’offres éolien en mer posé devraient pouvoir conduire, suite au processus de concertation ayant eu lieu au premier semestre 2015, à la désignation prochaine de zones propices, susceptibles d’accueillir une puissance de 3 GW, en phase avec les objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables sur le territoire.

** France Energie Eolienne est le porte-parole des professionnels éoliens français. Les membres de FEE ont construit plus de 90% des turbines installées sur le territoire français et en exploitent plus de 85%.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "« De nouveaux marchés aux industriels français des énergies renouvelables »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    michel123
    Invité
    les coûts restent bien plus élevés qu’à terre mais logiquement l’industrialisation de cette filière devrait permettre de grosses réductions de prix compte tenu de la possibilité de d’assembler sur la côte puis de remorquer les structures flottantes sans implanter ces fondations qui représentent une part trés élevée du coût terminal. Le prix de l’immobilier à terre , l’absence de chemin d’accés, l’absence de contrainte au niveau bruit, la possibilité de regrouper des centaines de machines au même endroit, fait que cette filière en développement devrait logiquement prendre une part importante dans l’eolien et voir ses prix dégringoler. Reste le prix… Lire plus »
    wpDiscuz