Enerzine

Débat sur le gaz de schiste : S. Royal désavoue A. Montebourg

Partagez l'article

Arnaud Montebourg, en son temps, Ministre du Redressement productif et du Numérique a selon Le Figaro commandé un rapport sur l’exploitation des gaz de schiste en france concluant à la possibilité de ne pas recourir au procédé controversé de la fracturation hydraulique.

Aussi, malgré cette éventualité plutôt optimiste pour les militants, en faveur du gaz de schiste, le rapport aurait été "enterré par le gouvernement", toujours d’après Le Figaro.

Par ailleurs, la réponse ne s’est pas faite attendre, puisque la ministre de l’environnement, Ségolène Royal à fait savoir qu’il "n’y a rien à cacher". Et que le rapport sur les gaz de schiste reconnaît que la fracturation hydraulique est "condamnable au plan environnemental".

Pour la Ministre, "l’alternative qu’il propose n’apporte pas de solution". Et d’ajouter "C’est une technologie qui n’est pas mature et sans retour d’expérience. Le principe reste toujours la fracturation de la roche-mère. L’eau est remplacée par de l’heptafluoropropane, une molécule dont le potentiel de réchauffement climatique est 3.000 fois celui du CO2. En cas de fuite, l’effet sur le climat serait catastrophique. Contrairement à l’exploitation des hydrocarbures conventionnels, il est toujours nécessaire de multiplier les forages et les stimulations pour exploiter les gaz et les pétroles de schiste. Même si les puits sont de qualité, cela augmente le risque de pollution du sous-sol et des nappes phréatiques, au cours de la phase d’exploitation."

Enfin, Ségolène Royal considère que relancer le débat sur les gaz de schiste pourrait "déstabiliser l’effet de relance économique créé par la transition énergétique."

"A l’heure où l’on cherche à mobiliser les acteurs des filières industrielles sur les économies d’énergie et les énergies décarbonées, il faut de la stabilité et de la cohérence dans les priorités, pour que les investissements montent en puissance" a t-elle conclu sans ambiguïté.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    17 Commentaires sur "Débat sur le gaz de schiste : S. Royal désavoue A. Montebourg"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Magnum
    Invité

    Elle a oublié de dire qu’économiquement parlant, l’exploitation du gaz de schiste n’a plus aucun sens avec la baisse du prix du pétrole. D’ailleurs la Chine et la Russie ont arrêté net leurs investissements, et un paquet de puits ont fermé aux Etats-Unis.

    Luis
    Invité

    ¤ Une loi toute récente est tellement restrictive qu’elle rend l’exploitation des gaz de schiste pratiquement impossible en Allemagne. Comme la probabilité de trouver ce gaz est aussi médiocre qu’en Pologne, où des sociétés américaines ont repris leurs billes après trop d’essais infructueux, les sociétés ne risque pas de se bousculer au portillon pour forer. Mais que vont dire ces foreurs français qui font parfois leur publicité ici ?

    Boubou18
    Invité

    C’est sûr! Quand Mme Royal dit: » que relancer le débat sur les gaz de schiste pourrait « déstabiliser l’effet de relance économique créé par la transition énergétique. », elle ne voit que qu’une chose: promouvoir à tout prix le photovolatïque et l’éolien! Notez que je ne suis pas pour l’exploitation des gaz de shiste en l’état actuel des connaissances.

    Reivilo
    Invité

    @Boubou18 Vu que vous semblez contre le gaz de shiste et les renouvelables locales, serait-il possible de savoir quelle(s) ressource(s) énergétique(s) a votre faveur ? Pétrole saoudien, uranium du Niger, gaz russe ?

    Bachoubouzouc
    Invité

    Qu’on soit pour ou contre les GDS, ce rapport a effectivement été enterré par un gouvernement qui ne veut même pas étudier la question. Les GDS ne sont effectivement pas la meilleure idée à bien des points de vue, mais c’est juste débile d’empêcher les industriels d’évaluer le potentiel des gisements et des technologies. C’est de l’obscurantisme que de ne pas vouloir savoir quelles sont nos options !

    Sicetaitsimple
    Invité

    L’avantage avec les gaz de schistes, c’est que s’il y en, il ne sont pas prêts de se sauver! Ils resteront en place bien plus longtemps que Mme Royal… Alors effectivement il n’y a certainement pas d’urgence, mais je trouve dommage comme Bachoubouzouc de ne pas se donner les moyens d’apprécier le potentiel, pour le jour où il prendrait à Vladimir ou son successeur l’idée de fermer les vannes. Ca doit quand même pouvoir s’encadrer législativement.

    pierreerne
    Invité
    Les gaz de schiste n’ont pas beaucoup d’intérêt aujourd’hui compte tenu du prix du brut. Cependant : 1) Mme Royal oublie , ou plutôt n’a probablement jamais su, que la fracturation hydraulique est une pratique courante dans l’exploitation pétrolière depuis au moins 50 ans… et qu’on ne relève pas de dommages particuliers dans les nappes phréatiques situées, il est vrai, 3 000 mètres plus haut… 2) Une bonne connaissance des possibilités du sous-sol national serait une arme solide si elle était positive, contre des tentations d’augmenter le prix du gaz qui pourraient venir à l’esprit des gens de Gazprom. Au… Lire plus »
    pierreerne
    Invité
    « Ségolène Royal considère que relancer le débat sur les gaz de schiste pourrait « déstabiliser l’effet de relance économique créé par la transition énergétique. » Et malheureusement, elle le croit probablement, en dépit de ce que tous les économistes ont écrit sur ce genre de plaisenterie depuis Frédéric Bastiat et la vitre cassée (1850 !) Lorsqu’on dépense plus pour obtenir la même quantité de biens (et c’est évidemment le cas pour cette « transition » vers des procédés de plus en plus coûteux de production d’énergie), on s’appauvrit. Et il serait très paradoxal qu’une opération conduisant à un appauvrissement de plus en plus grand… Lire plus »
    Fra
    Invité

    Je ne suis pas enthousiasmé par les gaz de schiste Mais quand on commence à dire ,en substance , qu’il vaut mieux ne pas chercher , que c’est inutile de savoir on va tout droit vers l’obscurantisme .

    Stephsea
    Invité
    Ou, comment et par qui le dossier « gaz de shiste » nous est revendu avec des moyens de communication dignes de la guerre d’Irak (et de Lybie). Je n’en reviens pas des inepties que l’on peut lire et entendre sur ce dossier. A croire que l’on est incapable de fixer un peu les idées et les faits une bonne foi pour toute… On est à la merci d’un petite bande de communicants habiles et de prescripteurs (journalistes et politcards) corrompus. Je pèse mes mots. J’ai vu un petit bout de l’émission de Calvi hier soir : Quelle foutaise! Que des poncifs… Lire plus »
    Boubou18
    Invité

    Il semblerait que vous n’ayez pas lu ma dernière phrase en entier. J’ai dit:  » Notez que je ne suis pas pour l’exploitation des gaz de shiste EN L’ETAT ACTUEL DES CONNAISSANCES ». Et si l’on retirait toutes les subventions accordées au solaire et à l’éolien, ils seraient nettement moins « rentables ». Mais il faut bien aussi faire plaisir un peu aux soit disant écolos….

    Bachoubouzouc
    Invité

    « Et ces même « crétins » nous expliquent bien debout dans leur bottes de prescripteurs universels que refuser la recherche – du gaz de shiste – est un obscurantisme… Mais merde! Ils s’entendent ou ils s’écoutent? » Je vous renvois votre propre question : Au nom de quelle « prescription universelle » refusez-vous la recherche autour d’un sujet sur lequel – justement – vous ne savez rien ? Oui, refusez la connaissance, c’est bien de l’obscurantisme.

    Stephsea
    Invité
    Merci « Bachou » d’illustrer avec autant de brillo et de spontaneité l’objet de mon exaspération. C’est involontaire de votre part, et je connais votre bon fond, ne doute pas un instant de vos meilleures intentions, aussi ne le prenez pas trop personnellement… Où est il écrit que je refuse la recherche? Ou est il écrit que la connaissance est refusée? OU? Sous ce prétexte, il faudrait autoriser tout acte qui s’abrite sous le parapluie « recherche » « ou « acquisition de connaissances »? Toutes les expérimentations sont donc permises et même conseillées? C’est une blague j’espère. Qu’est ce qui permet de penser qu’une petite variante… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Toutes les expérimentations sont donc permises et même conseillées? » Dans le cas des GDS, on ne connait pas le potentiel français et on ne sait pas quelles méthodes sont économiquement possibles. Autrement dit, on ne connait pas la base de la base à propos d’un truc qui pourrait potentiellement apporter un décennie de très forte croissance à la France, comme ça a été le cas aux Etats-Unis. Libre à vous d’écrire tout un roman pour essayer d’embrouiller les gens, le débat est ici très clair.

    Jfk
    Invité

    Prétendre que le gaz de schiste a participé au retour à la croissance aux USA est un mensonge, la notion de forte croissance n’existe pas, vérifier les chiffres. Les gaz de schiste ne participent qu’à hauteur de 0.10/0.20 de la croissance moyenne, ils ont bénéficié d’une bulle spéculative soutenue par de l’argent public et pas mal de corruption.

    Stephsea
    Invité

    En effet, nul besoin de « roman » pour tenter d’embrouiller… Il suffit de sortir le mot magique (du même ordre que la pensée magique) : CROISSANCE. Mais nous n’avons pas tous été habitué ou éduqué à réagir positivement au « chantage positif » – à la vénalité – qui avant d’être positif est surtout un chantage moderne très à la mode. Chantage à la croissance, chantage à l’emploi, chantage à la sécurité, etc… Ce ne sont pas des arguments, et même plutôt des arguement qui doivent systématiquement éveiller une extrême méfiance.

    Nicias
    Invité
    On a jamais retrouvé les additifs soit disant hyper polluants dans aucune nappe phréatique au monde. Aucun cas de pollution ! On a retrouvé du gaz. So what, le méthane n’est pas toxique et les concentrations étaient très faible. Un puits de gaz « de schiste » est beaucoup moins voyant qu’une éolienne. On a fait beaucoup de progrès dans les techniques. Aujourd’hui on fracture sur des km avec un puits contre quelques centaines de m au débuts. On importe du gaz. On importe et consomme de plus en plus de gaz. Les écologistes devraient savoir qu’il faut favoriser les circuits courts.… Lire plus »
    wpDiscuz