Enerzine

Déchets nucléaires: 2 communes de l’Aube sélectionnées

Partagez l'article

Le gouvernement a sélectionné deux communes de l’Aube susceptibles d’accueillir un centre de stockage de déchets radioactifs de faible activité à vie longue (FA-VL).

Jusqu’à l’année prochaine, des investigations approfondies seront menées dans les  communes d’Auxon et Pars-lès-Chavanges. Ces deux communes font partie de la quarantaine qui s’était portée candidate suite au dossier d’information envoyé par l’Andra en juin 2008. Le choix  a été fait à partir d’un rapport d’analyse géologique et environnemental que lui a remis l’Agence fin décembre dernier.

Sur la base de ce rapport, le Gouvernement a consulté, d’une part, l’Autorité de Sûreté Nucléaire et la Commission Nationale d’Évaluation qui ont confirmé l’analyse de l’Andra et, d’autre part, les élus des territoires concernés. De ces consultations, il résulte qu’Auxon et Pars-lès-Chavanges réunissent les meilleures conditions pour la poursuite du projet.

Les investigations géologiques et environnementales y seront donc menées par l’Andra dès cette année, pour vérifier la faisabilité d’implantation du centre de stockage à faible profondeur.

A l’issue des investigations, un débat public sera organisé en 2011 sous l’égide de la Commission nationale du débat public. Avant le choix du site qui accueillera le centre de stockage, les communes seront invitées à délibérer pour confirmer ou non leur candidature.

Si tout se passe bien, les investigations seront poursuivies entre la fin 2011 et 2014. Des études approfondies du site retenu seront réalisées. Suivra la préparation de la demande d’autorisation de création du stockage.

En 2015 et 2016, une enquête publique et l’instruction de la demande d’autorisation seront menées, et le permis de construire déposé. Le début de la construction et la demande de mise en service des premières installations pourraient intervenir en 2017-2019.

L’ouverture d’un centre de stockage pour les déchets radioactifs FA-VL est l’un des objectifs fixés par la loi de programme du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs. Du fait des substances radioactives qu’ils contiennent et de leur durée de vie, ces déchets doivent faire l’objet d’une gestion spécifique. L’option technique privilégiée est un stockage à faible profondeur (15 à 200 mètres) dans des couches géologiques particulières.

Les déchets FA-VL sont pour la plupart déjà produits et sont actuellement entreposés provisoirement en surface en attente d’une solution de gestion à long terme, indique l’Andra. Il s’agit pour l’essentiel de déchets de graphite provenant d’anciennes centrales nucléaires françaises et de déchets radifères issus par exemple du traitement de minéraux utilisés par les industriels pour la fabrication de pots catalytiques, de composants électroniques ou dans la métallurgie fine.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    58 Commentaires sur "Déchets nucléaires: 2 communes de l’Aube sélectionnées"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    lion
    Invité

    Au moins on sait maintenant où auront lieu les prochaines manifestations de SDN, Greenpeace, WWF, FNE, et tous les arrièrés qui veulent de l’électricité sans charbon, sans gaz, sans pétrole, sans CO2 et sans nucléaire. J’imagine déjà leurs banderoles, les masques à gaz, les slogans terrorisants la population, les contre vérités sur Tchernobyl, les télés trop heureuses de continuer à désinformer et de donner une estrade à nos nouvelles vaches sacrées de la protection de l’environnement.

    Etienne solar
    Invité
    Les moyens de production d’énergie emmergeant tel que le photovoltaîque, le solaire de concentration, l’éolien, la géothrmie, la biomasse, le biogaz … ne posent ni problème d’infrastructure majeur, ni problème de stockage à cours-moyen ou long terme, …, ils ne présente aucun danger pour la population environnante ou distante … et le jour ou une source d’énergie plus performante sera élaborée, ils serons faciles à démonter … Le nucléaire ne représente que 7% de la production mondiale d’énergie et cumule tout les inconvéniant et tous les dangers … à ce jour aucune centrale n’a été démontée et le terrain sur… Lire plus »
    fredo
    Invité

    merci à Lion pour son accès de parano, je lui accorde tout de même qu’une partie de ce qu’il décrit peut très bien se produire! J’espère en tous cas qu’il est soulagé. Une petite réserve quand même sur le « continuer à désinformer ». C’est curieux la Fédération Environnement Durable ne fait pas partie de la liste des futurs manifestants, un oubli sans doute. Sinon, on a parlé de FA-VL Faible activité-Vie Longue; Et Forte Activité à Vie Longue, FA-VL, ça existe aussi? J’avoue ne pas être un spécialiste des déchets nucléaires. Avis bienvenus.

    alain843
    Invité
    Un classement est nécessaire pour adapter la gestion des déchets radioactifs à leur nature, à leur volume et aux risques qu’ils présentent. On l’oublie parfois : les déchets des réacteurs nucléaires ne sont pas les seuls qu’il faut gérer. En France, cinq grandes catégories de déchets ont été définies. Ces cinq catégories sont les déchets de très faible activité ou TFA, les déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMAVC ou type A), de moyenne activité à vie longue (MAVL ou type B), de haut activité (HA ou type C) et enfin les déchets de faible activité à… Lire plus »
    Nancyber
    Invité
    Ceux qui s’imaginent que le  nucléaire est entrain de mourir et va s’effondrer comme les dinosaures vont au devant de graves déconvenues. Les dinosaures à travers trois périodes d’une cinquantaine de millions d’années chacune(Trias,Jurassique,Crétacé) ont totalisés environ 150 millions d’années, plus que  100 fois l’histoire de l’humanité. Le nucléaire une foi découvert et exploité ne disparaitra pas plus que le feu .Lorsque l’humanité a découvert le feu ,elle l’a gardé pour toujours et ne l’a pas abandonné sous prétexte de tous les dégats énormes et monstreux que cette découverte et utilisation du feu a occasionné à travers toute l’histoire de l’humanité. Il en est ,et en sera de même… Lire plus »
    alain843
    Invité

    cocorico, le coq français chante encore avec les deux pieds dans la ….   merci de regarde un peu plus loin que le bout de vôtre nez ou le fond de vôtre jardin (juste un tout petit peu)

    Dan1
    Invité
    Il ne s’agit pas d’orgueil mal placé mais simplement d’un constat dépassionné : Il est prouvé depuis 20 ans que dans un pays industrialisé, le nucléaire peut assurer 70 à 80 % des besoins en électricité, que cela soit souhaitable ou non, la démonstration a été faite. En revanche, aucun grand pays, n’a à ce jour démontré qu’il était possible de fonctionner avec la même « dose » d’EnR, que cela soit navrant ou pas, c’est l’histoire. Il est bien évident que si l’Allemagne avait été capable de faire cette démonstration en 2005 ou si on la voyait sur ce chemin pour… Lire plus »
    christian
    Invité

    L’activité est le nombre de désintégration par secondes. A la louche, on peut donc dire que plus un isotope est radioactif, plus il disparaît vite (vie plus courte) et moins il est radioactif, plus il « dure ». D’où la classification avec les deux extrêmes FA-VL,  HA (sous entendu « vie courte ») et les intermédiaires…

    christian
    Invité

    « La radioactivité de ces combustibles irradiés est comparable à celles des déchets vitrifiés » Ah bon ? Vous sortez ça d’où ?

    ferdi
    Invité
    Les déchets, … radioactifs a fortiori… Un déchet n’est jamais un problème lorsqu’on peut l’oublier. Or, dans le cas présent, il n’est pas permis de l’oublier rapidement, ce qui implique des coûts cachés dont on ne parle jamais (faire payer à nos enfants notre m***** parcequ’on en avait absolument besoin). J’ai l’impression que produire des déchets (quels qu’ils soient) est devenu pour beaucoup un mal nécessaire. Imaginez que la collecte de déchet n’existe plus et qu’il ne soit plus possible de s’en débarrasser. A partir que quel moment allons nous réfléchir comment ne plus en produire? Lorsqu’il n’y aura plus de place dans l’arrière-cour, dans le garage, dans la… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Pour Ferdi : Les déchets nucléaires sont tellement médiatisés que l’on commence à bien les connaître mais pas forcément à les accepter. Puisque vous n’acceptez pas les déchets, dites nous ce que vous pensez des déchets des centrales à charbon et autre lignite. Qui sont-ils et où vont-ils et comment pouvez vous accepter ces déchets qui passe les frontières sans aucun contrôle ?     

    ferdi
    Invité

    Nous sommes piégés par les énergies fossiles, c’est un fait. On voudrait en sortir, la solution est-elle de les remplacer par une source d’énergies qui n’est pas plus renouvelable que le charbon, gaz ou pétrole et qui produit des déchets encore plus concentrés? Ca s’appelle reproduire les mêmes erreurs.

    alain843
    Invité
     L’énergie électronucléaire dans le monde a peu évoluée en 2008, aucun programme nouveau n’ayant été mis en service. Une production à 2601 TWh en retrait de 7 TWh par rapport à 2007, dûe essentiellement par l’arrêt de la plus grande centrale nucléaire du monde de Kashiwasaki Kariwa au Japon, après le tremblement de terre de Juillet 2007 .  Cette production devrait peser à hauteur de 14% des productions mondiales d’électricité en 2008.                   La répartition des productions par nations met en évidence la place encore mineure qu’occupe la Chine, en neuvième position. Il faudra attendre aux environs de 2013 pour mesurer les effets des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Que voulez vous montrer avec ces chiffres que nous connaissons évidemment ? On peut même établir un classement par filières par rapport aux 19 000 TWh mondiaux annuels : Charbon = 41 % Gaz = 20 % Hydraulique = 16 % Nucléaire = 15 % Fuel = 6 % Autres (EnR) = 2 % L’éolien ferait par exemple 160 TWh en 2008, soit environ 0,85 % du total Et alors on en déduit quoi ? que les productions en-deça de 20 % sont insignifiantes et à abandonner ? Le charbon en revanche est une valeur sûr en progrès. Si dans le monde,… Lire plus »
    alain843
    Invité

    concernant l’énergie électrique française (R&D, investissements) est tout simplement le reflet d’une mono-solution depuis plus de 40 ans et (opinion) qu’il nous faudra subir cette situation pendant au moins deux décennies avant de revenir à un équilibre plus mixé au profit des EnR… en France, les chiffres ci-dessous ne vous choquent-t-ils pas ? 418,6 TWh nucléaires (76,9%) 63,4 TWh hydrauliques (11,6%) 58,4 TWh thermiques classiques (10,7%) 4,1 TWh éoliens et photovoltaïque (0,7%).

    chelya
    Invité
    Dan1 vous faites semblant d’oublier que les 70% d’électricité nucléaire de la France ne peuvent se réaliser qu’en exportant 20% de sa production et en mobilisant à elle seule la moitié des capacités de pointes mises sur le marché européen de l’électricité ! Si nos voisins se mettaient à développer le nucléaire dans les mêmes proportions vous pouvez me dire qui va pouvoir équilibrer le réseau français ? C’est vraiment un des arguments les plus ridicules que j’ai pu lire… De toute façon la question n’est plus « faut il faire du renouvelables ou du nucléaire » puisque personne ne veut acheter… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Pour alain843 : Non les chiffres de la France ne me choque absolument pas pour la bonne raison que les pays qui n’ont pas fait 75 % de nucléaires, ils ont fait quoi ? La chose suivante : En nb de TWh thermique à flamme/production totale pour l’année 2007 (source UCTE) : Allemagne = 366 / 584 soit 63 % Espagne = 157 / 278 soit 56 % Italie = 254 / 301 soit 84 % Pays Bas = 89 / 99 soit 90 % et pour terminer deux champions : Grèce = 48 / 52 soit 92 % Pologne =… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    20 % d’exportation c’est d’abord faux surtout en 2008, voir le bilan RTE : Nous avons produit (en net) 418 TWh nucléaires et exporté seulement 48 TWh. En imaginant que toutes les exportations sont nucléaires (ce qui est faux) nous avons donc exporté 11,5 % et non 20 % et cela fonctionne quand même. D’autre part, je ne vois pas que le nucléaire français a besoin de mobiliser la moitié des capacités de pointe du marché européen. D’autre part le nucléaire fait aussi du suivi de charge, même si c’est moins rentable. Il pourrait en faire plus :    Quant… Lire plus »
    Thuriot
    Invité

    Il ne faut pas s’étonner que Chelya étale des slogans du genre : »exporter de l’électricité pas cher quand personne n’en veut et en importer pour très cher quand tout le monde en cherche  » . Chelya esr un pur produit caricatural de la mouvance antinucléaire lorsqu’elle nous joue sa comédie enfumante et prétentieuse d’avoir soi disant des »arguments sérieux à faire valoir »,mais ils se révellent toujours,en fin de compte être une lamentable intox de contorsionnistes pseudo-intellectuels dont la mouvance antinucléaire raffole. Chelya n’est qu’un pompeux cornichon,typique de cette lamentable mouvance,lorsqu’elle devient prétentieuse.

    Dan1
    Invité
    Pour Chelya : En effet le chiffre de 48 TWh est le solde 2008 des échanges et non l’exportation, mais c’est involontaire. Pour vérifier plus en détail, il suffit de prendre les données du site de l’UCTE : On peut extraire au format excel les données suivantes : 2007 : exportations = 65,465 TWh ; importations = 10,360 TWh ; solde = 55,105 TWh 2008 : exportations = 56,495 TWh ; importations = 10,176 TWh ; solde = 46,319 TWh On voit donc que en 2008 les exportations ont fortement baissées sans introduire de dysfonctionnement sur le système nucléaire. D’autre… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    L’argument qui consiste à dire pour l’Europe : « A l’heure actuelle, le nucléaire est totalement incapable d’avoir un taux de croissance approchant celui des EnR », est une pure évidence compte tenu du développement des filières. Vous enfoncez des portes ouvertes. Raisonnons par l’absurde : quels sont les potentiels de progrès du nucléaire et de l’éolien en France à production totale égale, c’est à dire 550 TWh. Le nucléaire fait actuellement 420 TWh sur 550, il pourrait donc progresser de 130 TWh soit + 31 %. Après ça dépasserait 100 % et ça ne fait pas sérieux ! L’éolien a produit 5,6 TWh sur… Lire plus »
    bmd
    Invité
    Selon les Echos, le SPD affiche explicitement dans son programme pour les élections législatives de la fin de l’année en Allemagne l’arrêt des centrales nucléaires en 2021 et le développement des centrales à gaz et à charbon. Un  » détail  » que ne semblent pas se résoudre à accepter les fanatiques de l’éolien et du solaire: quand il n’y a pas de vent ou de soleil, il faut utiliser une autre source d’énergie pour produire l’électricité, en fonction du facteur de charge, en Allemagne, environ 20 % pour l’éolien et 10 % pour le solaire. Il s’agit d’une proportion, et cette proportion sera identique… Lire plus »
    bmd
    Invité
    Selon le journal les Echos, le programme énergétique défendu par le SPD Allemand pour les prochaines législatives est: démantèlement des centrales nucléaires à partir de 2021 comme prévu, développement des centrales à charbon et à gaz, ainsi que des renouvelables. Ce programme est logique, devant l’impossibilité, même en Allemagne où pourtant les efforts dans ce domaine sont considérables, de faire des ENR une source d’électricité capable d’assurer l’essentiel de la consommation électrique. La disparition des centrales nucléaires doit donc logiquement s’accompagner du développement des sources fossiles. A noter que l’éolien, cheval de bataille des partisans des électricités renouvelables, a en… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Dan1 Je parlais d’un taux de croissance en GWh… Il suffit de comparer… La « renaissance » du nucléaire a eu lieu en 1998 avec la décision finlandaise de faire un nouveau réacteur. Licence d’exploitation en 2000, début du chantier en 2005 et fin prévisionnelle du chantier en 2012 (et donc vraisemblablement début des opérations commerciales en 2013). Ce n’est pas sérieux de se baser sur une technologie qui dure si longtemps à construire et demande un financement aussi important. En 2005 alors que les cours de la bourse était beaucoup plus haut qu’actuellement la cour des comptes tirait la sonnette d’alarme sur les capacités… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Taux : je ne vois pas la différence qu’il y a entre un taux de progression exprimé en GWh et un autre exprimé en TWh. Si le nucléaire passe de 420 à 550 TWh il augmentera autant que de passer de 420 000 GWh à 550 000 GWh… c’est à dire + 31 % et c’est pareil pour l’éolien. S’il n’est pas sérieux de se baser sur une technologie longue à construire, cela veut dire qu’il faut continuer à vivre dans le court terme et s’interdire d’investir pour les générations futures comme on a pu le faire avec les barrages hydroélectriques… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Une centrale nucléaire de 1,65 GW c’est plutot 11,5 TWh… Mais même avec vos hypothèses trop optimistes, il suffit de constater que rien qu’en 2008 l’UE a installé l’an dernier 8,5 GW de vent (17 TWh), les USA ont installé également 8,5 GW, que la Chine en a installé 6 GW… En 98, l’industrie nucléaire et les EnR ont toutes les deux étaient promus comme moyen de produire de l’énergie sans CO2 dans l’UE. En 2009, la centrale nucléaire finlandaise n’est toujours pas finie alors que dans le même temps on a installé pour plus de 50 GW d’éolien… Alors que l’éolien… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Répondez donc à mes questions d’abord : Combien coûte un EPR en équivalent éolien ? et combien de temps vous mettez pour construire cela du dépôt de dossier à la mise service réelle ? Réchauffement climatique : commencer à agir seulement en 2020 ? là vous n’êtes pas sérieux, les français, même si c’est involontaire car pour d’autres raisons, on commencer à agir dans les années 70 et, c’est un fait avéré, on produit déjà 9 5000 TWh nucléaire sans émission de CO2, ce qui revient à économiser le rejet de plus de 9 milliards de tonnes de CO2 par… Lire plus »
    alain843
    Invité
    Commission européenne, l’énergie éolienne pourrait couvrir environ 12% des besoins des pays membres d’ici 2020, contre seulement 4% l’an dernier, selon une étude du projet européen TradeWind. Pour atteindre cet objectif, l’Union européenne compte notamment sur le développement de champs d’éoliennes en mer (offshore) dans le nord de l’Europe, auxquels elle veut consacrer plus de 500 millions d’euros. A terre, l’espace manque pour installer des parcs de grande envergure et ces installations –accusées d’être bruyantes ou de dénaturer le paysage– ne sont pas toujours très bien vues des habitants. De plus, le vent souffle avec plus de régularité en mer,… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Lire : « c’est un fait avéré, ont produit déjà 9 500 TWh nucléaires » Et non 95 000 TWh ! 9 500 TWh représente la production de l’ensemble de la filière depuis le début jusque fin 2008 (source : rapport charpin de 2000 et bilans RTE)     

    chelya
    Invité
    « Combien coûte un EPR en équivalent éolien ? et combien de temps vous mettez pour construire cela du dépôt de dossier à la mise service réelle ?  » Pour les délais, pour un parc de 50 MW : compter 1 an de mesure, d’études environnementales, de sécurisation de financement et de tracasseries administratives et 5 à 12 mois pour la construction et les tests. Le temps que la centrale nucléaire sera construite les parcs éoliens lui auront déjà mis plusieurs années de production dans la vue… Sans compter qu’il y a moins de risques industriels dans les EnR on a une multitude d’acteurs sur beaucoup de projets… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Pour Chelya : je vais vous aider à y voir clair : un EPR équivalent éolien terrestre de 5,93 GW coûterait selon l’étude DIGEC de 2008  (voir page 21) : 7,7 milliards d’Euros pour une installation qu durerait 20 à 25 ans contre 60 ans pour l’EPR. Admettons qu’elle tienne 30 ans, pour faire autant qu’un EPR il faut doubler la mise (vous me direz, c’est pas nous c’est les générations futures !). Donc l’équivalent éolien coûterait 2 x 7,7 = 15,4 milliards d’Euros 2009. Un EPR tête de série à 5 milliards d’Euros (on peut sûrement faire mieux) avec 50… Lire plus »
    marcob12
    Invité

    Discussion intéressante, où parfois on s’égare dans des débats franco-allemands de peu d’intérêts. L’avenir énergétique de la planète ne se décidera pas dans ces deux petits pays. Quant on parle des coûts respectifs des différentes filières, je vous renverrais vers un article d’Amory Lovins « l’illusion nucléaire » où il situe bien la place et l’avenir du nucléaire dans le pays qui eu le plus grand nombre de centrales nucléaires et regarde franchement ailleurs.

    Becker
    Invité
    Cher Dan1 , nous voudrions votre avis sur  Amory Lovins,président de son Rocky Mountain Institute (RMI),qui fustige le nucléaire et notamment le nucléaire Français . Voici à ce sujet une déclaration du sieur Amory Lovins.Il me semble qu’il est un des principaux gouroux des antinucléaires primaires américains.Très apprécié des antinucléaires Français aussi. Il s’est fait connaitre avec les concepts de « négawatts » et d' »éfficacité énergétique » tout en criant Haro sur le nucléaire .Voici comment Amory Lovins présente les choses sur le nucléaire : Le nucléaire, aberration économique Cas d’école de l’inefficacité énergétique, le nucléaire est présenté par Lovins comme une aberration thermodynamique… Lire plus »
    Becker
    Invité

    Je vous donne un lien « actu-environement » qui contient un petit article sur Amory Lovins, pour que vous le situez rapidement . Autre chose, Amory Lovins preche le « capitalisme naturel »,un concept qu’il affectionne et sujet à caution .

    Dan1
    Invité
    Inefficacité énergétique, aberration thermodynamique et économique : qu’est-ce que ça veut dire et par rapport à quoi ? Là on reste sur des affirmations gratuites et non argumentées. L’abandon du nucléaire permet d’investir 2 à 20 fois plus dans les EnR et les réseaux : bonne nouvelle, sauf que ceux qui ont intégralement abandonné le nucléaire (les italiens) ont investi massivement dans le gaz et se proposent de revenir au nucléaire ! L’abandon du nucléaire permet d’investir dans d’autres secteurs à partir des financements libérés. Sauf que le nucléaire français rapporte aussi de l’argent par la vente d’électricité (2,8 milliards en 2008). Et… Lire plus »
    Becker
    Invité

    Cher Dan1, Merci de nous avoir répondu et donné votre avis sur Amory Lovins dont il nous semblait bien qu’il était une sorte de prêt à penser de la mouvance antinucléaire internationale,leur gourou en quelque sorte .Et bravo pour votre décorticage détaillé des déclarations de ce Monsieur Amory Lovins qui sont aussi fondées que celles de SDN comme le dit Lion .

    Dan1
    Invité

    Puisque vous tenez à discuter du coût de l’EPR finlandais, je vous suggère de cliquer ur le lien suivant et d’aller au dernier commentaire, où je donne les liens vers deux estimations finlandaises : une pour le réacteur en construction (OL3) et l’autre pour le suivant si les finlandais y prennent goût.   Bonne lecture.

    marcob12
    Invité
    Vous n’avez pas lu le document que je proposais. Amory lovins est un spécialiste en « efficacité énergétique » (pour simplifier) et son crédo depuis longtemps est de dire que les économies d’énergie coûtent moins cher que la production d’énergie et  génèrent moins de nuisances. Cette conviction acquise de longue date l’a conduit à privilégier les sources d’énergie distribuées et ayant les meilleurs rendements énergétiques (la cogénération par ex). L’auteur de « winning the oil endgame » a autant le pétrole, que le charbon ou le nucléaire dans le collimateur pour des raisons identiques et quelques-unes spécifiques. Il suffit de le lire pour s’en… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Pour marcob12 : Dans ma réponse, le problème n’est pas de savoir si je connais ou pas Amory Lovins, je reprends point par point les affirmations et je montre qu’elles sont mal étayées. Cela aurait été aussi vrai quel que soit l’auteur. Maintenant pour les négawatts (ou plutôt négatep, c’est moins orienté), pourquoi pas, mais c’est stupide d’opposer les économies et les moyens de production, nous avons besoin des deux. Si Amory Lovins veut changer les choses, il peut commencer par les Etats-Unis et montrer à la face du monde que sa stratégie est la meilleure. Ce que je constate c’est… Lire plus »
    marcob12
    Invité
    Amory Lovins propose une véritable stratégie énergétique  et jusqu’à peu était peu entendu aux USA (du moins à l’échelon fédéral). La principale raison est l’efficacité des lobbies de production énergétique (tous) qui se sont fait massivement subventionner quand l’efficacité énergétique était laissée au « bons soins du marché ». D’un côté des consommateurs maîtrisant potentiellement leurs dépenses énergétiques, de l’autre des moutons à tondre. Le choix était vite fait… Les choses changent. Que son schéma soit le bon n’implique pas qu’il soit adopté massivement et/ou rapidement. Vos 9500 Twh sont en « trompe-l’oeil » car une grande partie de ces Twh auraient pu être… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Il serait pourtant si simple d’admettre que le nucléaire honni a au moins permis en France d’éviter beaucoup d’émission de CO2 (plusieurs milliards de tonnes), ce qui est une complète évidence. Seulement, certain commentateur antinucléaire ne peuvent pas admettre quoi que que ce soit de positif pour cette filière même si c’est complètement évident. Une partie de ces 9 500 TWh auraient pu être évités. Oui : y-avait qu’à ! Seulement aucun pays pendant cette période n’a vraiment fait du négawatt et encore moins du négatep. Ceux qui n’ont pas fait de nucléaire et qui n’avait pas 99 % d’hydraulique comme la… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Pour le nucléaire électrogène, on quantifie et traitent les déchets et le prix est largement répercuté dans le kWh. Que dire des pays qui ont fait, font encore et vont continuer à faire majoritairement du thermique mâtiné d’EnR (par exemple les Pays Bas). Peut-on dire que ces pays ont une industrie qui couvre les risques notamment inhérents aux déchets alors que les centrales thermiques se servent de l’atmosphère comme poubelle et rien dans le prix du kWh ne couvre les externalités. Voilà une question à laquelle il faut répondre de façon argumentée.

    bmd
    Invité

    J’attends toujours une réponse chiffrée sur la comparaison de la mortalité due aux centrales nucléaires et celles dues aux centrales à charbon en Allemagne. J’aurais pensé que les antinucléaires de ce site, qui connaissent bien sûr parfaitement le sujet puisque ce sont les dangers du nucléaires qui motivent leur opposition (du moins c’est ce qu’ils disent) sauteraient sur l’occasion de nous faire une démonstration; Mais c’est le silence radio, comme toujours quand on pose cette question à un antinuléaire.

    marcob12
    Invité
    Quand on se trompe de paradigme énergétique, on est condamné à en assumer les conséquences. Je n’ai aucun état-d’âme à reconnaître que l’électronucléaire français (par rapport à des alternatives fossiles) a permis d’éjecter moins de CO2 dans l’atmosphère. Je n’aime pas enfoncer les portes ouvertes, peut-être… En quelle langue faut-il dire que tout le monde a subventionné la production d’énergie en dissuadant (implicitement) les économies d’énergie  pour des raisons de simplicité, d’intérêts industriels, d’intérêt de l’Etat (facile de taxer les kw et bien moins de taxer les négawatts). D’un côté quelques très grosses entités et quelques technologies, de l’autre une… Lire plus »
    renewable
    Invité

    A pamina : juste une remarque, l’étatprend bien en charge une partie du démantèlement des centrales nucléaires, et aura a prendre sa part sur les 58réacteurs à venir (voir cours des comptes et abondants débats à ce sujet sur ce forum). D’autre part, il est amusant de constater que critiquer le nucléaire expose toujours à nombres d’insultes, de dénigrements, de mépris… Avec toujours la meme bandes des 5 qui se relayent pour défendre pied à pied la blancheur immaculée du saint français nucléaire..

    Dan1
    Invité
    Pour marcob12 : C’est assez facile mais très réducteur de dire que c’est toujours l’Etat qui est le responsable et le pousse au crime. Admettons que ce soit vrai en France dans un Etat providence très centralisateur. Cependant, le France n’est le seul modèle de gouvernance en Europe et dans le monde. or on constate globalement la même tendance quel que soit le mode de gouvernement et avec ou sans nucléaire : les besoins en énergie ont beaucoup augmenté partout et les économies réalisées par l’efficacité énergétique ont été largement « mangés » par l’augmentation des utilisations. Donc les marges d’économies sont peut être théoriquement… Lire plus »
    marcob12
    Invité
    Vos remarques et question sont légitimes et j’y répondrais dès que j’aurais le temps sous la forme d’un document argumenté que je laisserai en ligne (le format d’un commentaire n’est pas approprié et je manque cruellement de temps en ce moment). En dehors du fait que nos modes de vie sont sans doute à des années-lumière l’une des autres, je crois que la grosse différence entre les partisans de l’électronucléaire et moi est que pour vous c’est un premier choix justifié par l’ex français et pour moi une source de dernier recours (le dos au mur en quelques sortes). Or,… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Pour répondre à votre test, si vous me trouvez une source d’énergie électrique abondante, pas chère et sans risque, eh bien je suis tout à fait preneur ! L’éolien le solaire la biomasse le stockage de l’énergie l’hydro et l’efficacité énergétique… Il faut quand même relativiser la question du prix de l’électricité, à partir du moment où la moitié du prix du kWh électrique est constitué par la distribution et la transmission et qu’il faut ajouter toutes les taxes qui sont dessus, la différence de prix entre les différentes productions d’énergie industrielles entrent dans l’épaisseur du trait…   Si l’on compare le prix des énergies en Europe on… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Eh bien, donnez moi donc l’exemple d’un seul pays au monde ayant réussi l’exploit d’utiliser ces sources d’énergies pour satisfaire majoritairement ses besoins en électricité (je mets naturellement à part l’hydro, comme je m’en explique ci-dessous). Ne cherchez pas : vous savez très bien que ce pays n’existe pas. Hé bien vous avez la Navarre qui en 1995 à lancer pour faire 100% de son électricité à partir de renouvelables en 2012 et produit maintenant 70% de son électricité (principalement à partir d’éolien mais aussi hydro, biomasse et solaire). Ce qui montre d’ailleurs la très grande rapidité avec laquelle peuvent… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Pourriez vous m’indiquer comment la Navarre va faire 100 % d’électricité EnR en 2012 avec deux magnifiques centrales à gaz presque neuves avec des turbines Alstom ??  A mon avis, ils vont démanteler les centrales !

    wpDiscuz