Enerzine

Des agriculteurs porteurs de « gros » projets photovoltaïques

Partagez l'article

Initiés par des agriculteurs et soutenus par des investisseurs, plusieurs projets photovoltaïques en toiture sur bâtiments agricoles et industriels ont vus le jour dans le Finistère et en Charentes.

En effet, JMA Sol et Solara, deux PME, viennent de démarrer la production d’énergie solaire photovoltaïque à grande échelle. A eux deux, ces projets d’envergure totalisent plus de 13.000 m² de panneaux photovoltaïques, pour une production annuelle supérieure à 2 MWh.

Après avoir installé 8 éoliennes géantes sur une crête finistérienne, Jacques Trellu, producteur de pommes de terre, a fait appel à Nestadio Capital pour le soutenir dans son nouveau projet d’un coût de 5 millions d’euros : l’installation de 8.000 m² de panneaux photovoltaïques sur le toit de ses bâtiments agricoles. D’une puissance maximale de 1,2 MW, l’installation devient le plus puissante de France sur un bâtiment d’un seul tenant.

Ce projet a bénéficié d’un nouveau procédé d’installation de panneaux photovoltaïques optimisant la surface recouverte. Inventé par Jacques Trellu, il est commercialisé sous la marque JMA Sol. Sur le site prototype, situé à Briec dans le Finistère, l’agriculteur-entrepreneur ambitionne de vendre chaque année à EDF l’équivalent de 1,2 MWh d’énergie renouvelable.

De leur côté, Jean-Pierre et Monique Ploquin de l’entreprise Solara tablent sur une production annuelle d’énergie solaire photovoltaïque de 750.000 KWh. Ces exploitants agricoles charentais, également à la tête d’une entreprise de travaux publics, ont été sensibilisés à la production d’énergies renouvelables.

Des agriculteurs porteurs de "gros" projets photovoltaïques

Après avoir été contraints de renoncer à un projet éolien, puis à la réhabilitation d’un ancien moulin à eau, ils ont acquis une papeterie vouée à la démolition et y ont installé plus de 5.000 m² de panneaux photovoltaïques. En proposant une alternative à la démolition de bâtiments du XIXe siècle et en confiant l’intégralité des travaux à des entreprises locales, cette installation photovoltaïque a bénéficié de l’appui des riverains et des élus de Villognon. L’investissement consacré à ce projet a été évalué à 3 millions d’euros.

En rentrant dans le capital de Solara et de JMA Sol, "Nestadio Capital" a surtout permis à ces 2 projets régionaux d’aboutir. « Ces deux projets situés à plusieurs centaines de kilomètres ont été raccordés au réseau EDF à quelques jours d’intervalle, a déclaré Florent de Kersauson, président de Nestadio Capital. Nous avons choisi de les soutenir car ils sont menés par des entrepreneurs tenaces et que contribuer à des projets d’entreprises du secteur du développement durable est dans la droite ligne de notre politique d’investissement ».


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    62 Commentaires sur "Des agriculteurs porteurs de « gros » projets photovoltaïques"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Sceptic
    Invité

    Les subventions européennes ne suffisant pas à certains agriculteurs, voilà qi’ils profitent aussi des subventions sur les ENR… Et on nous expliquera ensuite que les grandes surfaces les conduisent à la ruine.

    Rice
    Invité
    . Si ces projets ont été déposés entre juillet 2006 et novembre 2010, il est malheureusement probable que le tarif de rachat soit scandaleusement élevé ( envrion 0,60 €/kWh), tout comme celui des ombrières sur les parkings de grandes surfaces (0,60) ou les méga-fermes au sol développée par EDF-EN (environ 0,32 €). Mais la faute à qui ? A notre « élite » de la haute administration qui a confié le dossier à un stagiare pour qui a fixer les tarifs ou aux exploitants qui ont flairé la bonne (et légale) affaire ? Quand vous additionnez une administration incompétente + une classe… Lire plus »
    Antoine
    Invité

    « Ces exploitants agricoles charentais, également à la tête d’une entreprise de travaux publics, ont été sensibilisés à la production d’énergies renouvelables ». Tout à fait d’accord avec Sceptic. Leur sensibilisation est surtout aux subventions.Jamais de tels projets n’auraient vus le jour sans la double subvention à la pose et au rachat. Le quidam de base doit il vraiment payer plus cher son électricité pour ce genre d’entreprise?

    Steph
    Invité
    Ces entreprises beneficient d’incitatifs (et non pas de subventions) tout-a-fait legales. Si le tarif d’achat (et non pas de rachat9 est trop eleve, il faut vous plaindre a Borloo qui a laisse filer le dispositif sans rien verifier. Mais rassurez-vous, aujourd’hui de tels centrales ne peuvent plus se vendre vu que le tarif a ete reduit a 26 c€/kWh avec cette obligation d’integration completement debile et digne de la France bureaucratique. Pendant ce temps, le nuke continue a beneficier de subventions et de recherche publique par centaine de milliard d’€ depuis 40 ans. Et on a pas encore ete confronte… Lire plus »
    Berti49
    Invité
    perso je suis un pro énergies vertes, et moins de nucléaire ne ferait certainement pas de mal (d’accord avec Steph sur les suventions et le pb du démentellement qu’on ne veut surtout pas évoquer) j’ai ma centrale sur mon toit, je ne suis pas contre des éoliennes dans le champ d’à côté, ou même une centrale EN TOITURE de qq centaines de m2 mais là, comme pour les centrales au sol, la démarche est purement financière, sans lien avec une démarche « écolo », c’est purement financier ! le principe des énergies vertes c’est AUSSI et SURTOUT la production au plus près… Lire plus »
    Rice
    Invité
    @ Steph Ne vous laissez pas abuser par le discours bien formaté de Pamina et quelques autres éduqués par le MINIVER. Nous n’aurons probablement jamais les chiffres des coûts de R&D car les seuls susceptibles de nous les fournir sont justement ceux qui n’ont aucun intérêt à le faire car il s’agirait alors de reconnaître que ce qu’ils ont dit pendant 40 ans est FAUX. Nous continuerons donc à croire que le nucléaire est arrivé un beau matin, déposé par une cigogne… Par contre en ce qui concerne le coût de mise en sureté post-Fukushima il va bien falloir le… Lire plus »
    Sand
    Invité

    Un tout petit tour sur wikipedia et on voit de suite le probleme enorme sous estimé.

    Rice
    Invité

    . Pamina… une hirondelle ne fait pas le printemps, et si on mets Brennilis à part (juste pour vous faire plaisir)…. expliquez nous plutôt pourquoi les anglais qui ont moins de réacteurs que nous provisionnent 100 milliards et la France… 15 ? 20 ? A vous de jouer, et un certain (Bachoubouzouc)(Sicetaitsimple)(Dan1)(Lion) -rayez la mention inutile- peut vous aider, s’il le peut. Nous on attend le retour des cigognes… avec le reste des chiffres que j’évoquais dans mon post précédent.

    Dan1
    Invité

    A Rice et d’autres. Vous ne savez qu’aboyer et prendre des postures, mais vous refusez le débat argumenté. Comme vous le rappelle pamina et moi même, vous avez au moins trois rapports à lire, à critiquer et pour lequel vous pourriez démonter les éléments fallacieux et contester les arguments manquant de solidité. Mais cela n’est pas votre mode opératoire… tanpis continuez à aboyer tout seul et à trépigner sur votre chaise, nous débattrons avec d’autres.

    Rice
    Invité
    . @ GGP Meric de nous renvoyer toujours vers les mêmes argumentaires éculés et des rapports périmés. Mais pour faire avancer le débat il va bien falloir nous les fournir ces chiffres ! Et la une seule alternative : ou bien ils sont acceptables et vous êtes qualifiés en 2eme semaine, ou bien ils ne le sont pas et… bye bye nucléaire. Quand à aboyer seul, détrompez vous. Ce n’est pas parce que nous n’avons pas une agence de communication que nous ne sommes pas la « majorité silencieuse ». Dq’ailleurs les sondages ne s’y trompent pas et vous n’^ztes plus « que »… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Ben oui, c’est bête : – quand le prix de l’uranium augmente : EDF perd AREVA gagne, – quand le prix de l’uranium baisse EDF gagne et AREVA perd. Que faut-il pour le nucléaire en France, une hausse ou une baisse de l’uranium ? Pour ce qui de l’agence de communication, je n’en possède pas non plus. J’ai juste un PC et une connexion à internet. Convenons-en, ce là des moyens de subversion disproportionnés par rapport à vous. Mais au fait, pourquoi dites-vous : « Ce n’est pas parce que nous n’avons pas une agence de communication… » Ce nous signifie que… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Bon, ben les allemands pourraient peut être démanteler un réacteur pour 1 milliard d’Euros : Et en plus AREVA pourrait en profiter ! Au total, on démantèle 17 réacteurs pour 18 millliards d’euros. A ce compte là, les Français démantèleraient les 58 réacteurs pour 60 milliards. Bon, ils ne sont pas sérieux les allemands. Ils ne savent pas compter ou quoi

    Rice
    Invité
    . @ AIRSOL Désolé de vous envahir avec ma prose en questionnement ou en réponse sur le coût du nucléaire, mais en l’absence de réponse claire, je suis en permanence obligé de demander au GGP comment il fait pour être « compétitif » avec toutes les casseroles qu’il a au c… (pardon ces coûts cachés) lol. Votre idée d’article spécial est interessante et permettrait au GGP de nous lister en un seul et unique endroit tous les soit-disants commentaires faits depuis des années, sur ce forum. Et nous permettra de trouver (enfin) les 6 misérables chiffres que je réclame depuis des mois… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    A Rice. Si vous aviez su taper les quelques mots, que l’on vous a déjà soufflés, dans la case recherche d’Enerzine, vous auriez déjà lu analyser et critiquer une partie des chiffres qui vous font trépigner et envahir les articles. Apprenez à être responsable et à ne pas rejeter systématiquement votre incapacité feinte sur ceux qui ont donné de l’information. En clair vous n’êtes obligé à cause de quelqu’un, mais vous vous obligé tout seul pour obtenir ce que vous n’aurez pas… et qui est pourtant déjà disponible.

    Dan1
    Invité
    A Airsol : Quand je dis que les Allemands ne sont pas sérieux, c’est sur l’ordre de grandeur du démantèlement qui est de 1 milliard par réacteur. Si c’est bien le cas, cela corroborerait assez bien certaines estimations qui avaient été publiées pour le système français il y a quelques années. Ce qui est remarquable, c’est que dans ce cas là, le coût du kWh était estimé à moins de 3 centimes d’Euro (moins de 30 Euros le MWh). Cette hypothèse de 1 milliard d’euros par réacteur fait tomber à plat la surenchère des partisans du coût exorbitant du démantèlement.… Lire plus »
    Rice
    Invité
    . Bon d’accord DAN, mais une fois que vous avez dit cela… ils sont où les chiffres ? S’ils existaient vraiment, soit vous les donneriez, soit vous indiqueriez où l’on peut les trouver. Pour le 6ème (le coût du risque et de l’assurance) j’ai répondu à votre place, comme quoi, contrairement à ce qui vous prétendez, je « contribue » moi aussi… : – le risque : inquantifiable (d’ailleurs vous ne trouverez PAS d’assureur : c’est quand même un signe !!!!!!!!!!!) – l’assurance (exploitant+garantie de l’Etat+Convention de Bruxelles) : 322 M€, ce qui ne fait vraiment pas lourd (pour avoir idée des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Au lieu de ressasser ce que vous n’êtes pas capable de lire vous-mêmes, commencez par mettre vos quelques chiffres (piqués au hasard des commentaires) à jour, ça fera déjà plus sérieux. Oser prétendre que vous avez répondu à ma place alors que tous les lecteurs d’Enerzine ont déjà pu lire les chiffres actualisés ceux-là prouve bien que vous n’apportez vraiment pas grand chose au débat et que vous êtes tout juste bon à jouer au perroquet… attardé de surcroît. Allez, retournez à votre travail de lecture des rapports qui m’ont servi de support et accessoirement consulter Légifrance, ils sont à… Lire plus »
    Rice
    Invité
    . Ne vous inquitetez pas cher DAN, en ce qui concerne le 6ème chiffre (les assurances), je n’ai pas besoin de vous et c’est un domaine que je connais suffisemment pour corriger les erreurs que vous trainez en la matière depuis quelques posts déja. Comme je vous l’ai dit, il ne suffit pas de maitriser Gogol pour comprendre ce qui vous y trouvez. Alors, prétendre que j’ai répondu à votre place… ben OUI, ne vous en déplaise. Par contre, concernant les 5 autres chiffres pour lesquels je pense que vous avez plus de compétences que moi… silence radio. Bizarre quand… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Et bien si si vous êtes plus expert que moi en assurance du nucléaire (et vous n’aurez pas de mal), alors passez donc votre temps à éclairer votre prochain plutôt qu’à l’enfumer. Corriger donc les erreurs en expliquant clairement comment ça marche avec des références fiables et vérifiables… c’est ça la démocratie. Si vous le faites, vous aurez alors contribué à informer de nombreux citoyens qui pourront mieux choisir en connaissanec de cause. Pour l’instant, s’agissant des références dans ce domaine, j’en ai donné largement plus et cela, tout le monde peut le vérifier sur Enerzine. En attendant où sont… Lire plus »
    Rice
    Invité

    Mon cher Dan, votre dernier post m’a interpellé : il semblerait en effet que personne dans la profession ne connaisse ce texte de loi que vous citez. Inquiétant non ? Je donc continue mes recherches… En attendant : (et nous devrions pouvoir lire à partir du 31.01.2012, le rapport de la Cour des Comptes qui parlera du « coût lié aux mesures de renforcement de la sécurité de la filière nucléaire en France, de ceux relatifs au démantèlement des installations et à l’assurance des sites »). Je vais donc avoir (enfin) 3 des 6 chiffres !!!!

    Lionel_fr
    Invité
    Si j’étais assureur, je me poserais la question suivante : Que se serait il passé si : Une seconde explosion d’hydrogène avait ouvert une grande brèche dans l’enceinte de confinement de Fukushima ? 1. Contamination massive de Tokyo et de sa région 2. Site totalement inaccessible pendant des mois, défaut de refroidissement des réacteurs et des piscines de la centrale. 3. Explosions en cascade sur les réacteurs 1 à 4 qui déversent à leur tour des radiations qui mettent même les robots en panne 4. Fusions des barres dans les piscines et dispersion de centaines de tonnes de corium dans… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Dans mon dernier post, je n’ai pas cité de texte de loi… c’est peut être pour ça que les assureurs ont du mal a le trouver !

    Rice
    Invité

    . Effectivement vous l’avez indiqué le 13 octobre sur un commentaire de l’article de la méga-centrale photovoltaïque de Brandebourg : Pour autant, je ne trouve personne qui connaisse ces dispositions… A suivre donc.

    Dan1
    Invité
    Puisque que vous l’avez vous même cité via le lien, vous connaissez donc cette loi. Or nul n’est censé ignoré la loi… surtout quand elle est accessible en fac similé sur Légifrance. Donc la loi n° 2006-686 du 13 juin 2006 existe, tout autant que la loi n° 68-943 du 30 octobre 1968. J’imagine donc que tous les experts qui gravitent dans le monde des assurances nucléaires (car ce monde existe aussi) savent parfaitement que la loi de 1968 a été modifiée par la loi de 2006 et j’imagine même qu’ils en savent un peu plus sur les modalités d’application… Lire plus »
    Rice
    Invité

    . Je vous trouve bien fielleux… … auriez vous oublié de nous avouer quelque chose ? Nous sommes habitués aux cachoteries du GGP mais pas à une prose aussi nauséabonde de votre part. Mal dormi ?

    Lionel_fr
    Invité
    Résumons : Il est impossible de négocier un contrat d’assurance couvrant les risques nucléaires sur Terre car les intervenants du secteur REFUSENT de le faire. Les états n’assurent rien, ils sont là , c’est tout . La crise financière à montré qu’ils se portent garants de n’importe quoi du moment qu’il s’agit de sauver leurs petites fesses roses. La crise de l’euro montre maintenant les limites de ce système. Pour un état , un accident nucléaire sur son territoire ne peut pas être ignoré mais cela ne signifie en rien qu’il reste solvable après un accident nuke , même s’il… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    heu, vous êtes à cours d’arguments, pour digresser à ce point. C’est bizarre, car il y avait matière à contester ou du moins à préciser ce que j’ai amené, rien qu’en lisant les lois accessibles à tous les citoyens. Soit vous n’y connaissez rien, soit vous refusez absolument d’entrer dans un débat éclairé.

    Dan1
    Invité
    Pour Lionel. Premier mensonge : « Il est impossible de négocier un contrat d’assurance couvrant les risques nucléaires sur Terre car les intervenants du secteur REFUSENT de le faire. » Aussi imparfaits et limités soient-ils, les contrats existent bel et bien et les assureurs aussi. Cela a d’ailleurs suscité une abondante littérature sur la question. Deuxième mensonge cocasse : « Les états n’assurent rien, ils sont là , c’est tout. » J’aurais plutôt écrit : « les Etats assurent tout, c’est pas rien ! » Comment peut prétendre que le risque nucléaire n’est pas assurable et pas assuré par le privé et en conséqence nous rebattre… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Parce qu’on ne peut pas plus assurer la perte de paris qu’une guerre mondiale ou un astéroïde de +400m de diamètre mon cher Dan. Les dinausores eux l’avaient très bien compris et n’ont même pas inventé l’assurance , qui plus est ils n’ont pas voté pour leur astéroïde , ce qui les rends trois fois plus intelligents que nous … Votre argumentaire toutes choses égales par ailleurs est fatigant. Demain matin une catastrophe entre pakistan et inde peut dégénérer en fin du monde en quelques minutes , et vos assureurs ? ils seront où mon cher Dan bien nourri avec… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Le français , vous dites ‘je suis assuré’ si on vous donne un papier en tête avec un joli tampon. C’était encore vrai il y a peu. L’état fédéral US a renfloué l’assureur AIG de 150 milliard$ après les subprimes et en a profité pour le nationaliser mais pensez vous vraiment que l’occident est capable de recommencer ? Les USA sont proches de la faillite et vous nous dites qu’on peut obtenir un bout de papier qui assurerait la perte d’une des premieres capitales mondiales ? Il n’y a pas l’ombre d’un lopek pour le faire , les papiers bidons… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Quelqu’un avec une telle hauteur de vue ne devrait pas être exposé à un frigo en panne le jour où il veut mesurer la fréquence du réseau européen. C’est simplement injuste…. Au fait, votre installation d’un panneau et d’une batterie d’occase, ça avance? Envoyez nous des photos.

    Lionel_fr
    Invité

    pour votre info, la platine qui permet de tester la fréquence a été requalifiée dans un projet aux caractéristiques identiques qui m’a rapporté un contrat et paye actuellement 9 mois /homme de boulot pour 3 ingés très bien nourris. Les idées viennent pas toulours d’où on croit : Une version plus poussée avec un partenaire européen donne lieu à un projet de centre R&D dans un autre pays européen et une collaboration avec la corée du sud.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Superbe! Comme quoi la mesure de la fréquence est une science qui progresse tous les jours. Au fait, si Darty vous a livré un nouveau frigo, vous pouvez peut-être maintenant nous donner la fréquence du réseau européen, vu que la platine a été requalifiée…

    Dan1
    Invité
    Reste que deux mensonges sont sur le grill : Le nucléaire serait inassurable et inassuré. Pourtant depuis plus de 50 ans il existe des dispositions originales parfaitement décrites dans la littérature et retracées dans les conventions, protocole et lois des divers pays. Certes ce système est très imparfait et hautement discutable (d’ailleurs en discussion), mais l’assurance existe par le privé et par les Etats qui ont signé des conventions. Les parlements ont légiféré. Les Etats n’assurent rien. Comment peut-on proférer de telles âneries, alors que justement, pour le nucléaire, ils s’engagent au titre des conventions, protocoles et lois parfois sans… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Vous me malcomprenez à dessein je suppose, soit Mr Simple Vous êtes loin du compte, il faut dire que vous êtes si cassant que même le mieux inspiré vous cacherait où il achète son pain de crainte que vous n’alliez faire analyser le levain L’idée du frigo était originale mais a fait flop (pour une raison qui reste mystérieuse à ce jour) , en revanche le principe était bon Mr Dan On est assurés alors… vous êtes rassuré je pense : protocoles, conventions, lois, littératures , signé et légiféré (sic) voila un tas de gens qui assurent Pour ne pas… Lire plus »
    Rice
    Invité
    . Dans l’attente de pouvoir répondre à Dan sur la nature de la garantie du nucléaire en France, regardons ensemble comment l’assureur fait son offre (montant de la garantie, franchise, tarif). >>> Pour mémoire, l’assureur (comme le banquier) a horreur de l’inconnu… Dans l’absolu, la méthode est désespérément simple : fréquence de réalisation de l’évènement x cout maximum possible du sinistre, auquel vous rajouterez une pincée de frais généraux, de taxes et de bénéfices escomptés. Si ce calcul est assez facile pour des sinistres des « dommages » avec des fréquences importantes et dont les coûts sont connus (le bris de glaces… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    En fait , il n’y a pas vraiment de cout caché, il y a des gens qui croisent les doigts pour que ça n’arrive pas, .. et beaucoup de belles paroles. La gravité des accidents nucléaires varie de « pet de souris » à « cataclysme continental » , ce genre de risque ne peut pas interesser des hommes d’argent. La quantité de capital à immobiliser est égale à la richesse géographiquement localisée sur la zone sinistrée qui est infiniment supérieure au PIB (qui n’est que le produit de cette richesse sur un an) J’ai fait deux missions dans l’assurance : le montant des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    « De plus, la toxicité par rayonnement est la particularité du nuke : les autres sources d’énergie peuvent être très toxiques mais les dégâts d’un accident dans l’espace et dans le temps sont inférieurs d’un facteur qui peut atteindre 9^10 ! » Ce que vous affirmez est archifaux dès que l’on introduit le facteur temps et que l’on regarde les filières concurrentes, par exemple le charbon (plus de 40% de l’électricité mondiale). En effet, la particularité de la filière charbon est d’être beaucoup moins spectaculaire que le nucléaire. Peu de très gros accident médiatisés, mais une intoxication continue tout au long de… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Pour Rice. Puisque vous semblez être un spécialiste des coûts cachés, pourriez nous parler de ceux de la filière charbon-lignite ?

    Rice
    Invité
    . J’aime bien votre façon de déplacer le problème quand vous ne savez pas le résoudre (même si je m’en lasse un peu). C’est bien une méthode de technocrate totalement coupé des réalités du monde. Bref. Donc, les coûts cachés de la filière charbon-lignite… IMMENSES. La pollution des hommes et de l’environnement … IMMENSE. Bon, maintenant que je vous ai donné raison sur les « externalités », pensez vous sérieusement que l’explosion d’une mine de charbon interdira une région, voire un pays pour 10, 100, 1000 voire 10000 ans comme le ferait (fera ?????) une grosse centrale nucléaire ? Combien de français… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Dan : j’ai parlé des dégâts d’un accident et non pas comme vous avez été un peu prompt à interpréter , de l’exploitation normale. Dans votre monde parfait , toutes les cochonneries nucléaires passent de la mine à l’enfouissement sans aucune fuite car le contrôle est « total » alors que le charbon libère ses produits de combustion dans l’atmosphère mais dans le cas d’un accident (je vous rappelle qu’on parle de sinistre), la situation s’inverse complètement car la nucléosynthèse engendre des éléments « tous neufs » dont la majorité des isotopes sont instables alors que le charbon fossile a connu une période de… Lire plus »
    Rice
    Invité

    C’est cohérent : on peut remplacer « coûts cachés » par « externalités charbon-lignite », pas par des ENR. Donc on compare ce qui est comparable. Pour une fois, vous dites une vérité que j’approuve totalement : 1 – on ne veut pas remplacer la peste par le choléra, 2 – on compare effectivement ce qui est comparable. Deux cochonneries entre elles.

    Lionel_fr
    Invité

    Je ne partage pas cet avis. Les temps ont changé depuis 1973. Toutes technologies confondues, le gaz est le meilleur vecteur de chaleur et d’electricité. En 2020 le PV sera en pleine explosion et et les premieres éoliennes complètement amorties fourniront des mwh à 10€.. L’intermittence posera de moins en moins de problèmes. Nuke et charbon seront les dindons de la farce

    Dan1
    Invité

    A propos de PV et autres EnR, je redonne le lien vers un document du Dr Günter Keil, un Allemand qui ne pense pas tout à fait comme les autres. Je vous conseille de lire ce qu’il écrit à propos du match Chine – Allemagne. Il vaudrait mieux se mesurer aux Africains car ils ont du soleil, pas de panneaux photovoltaïques (ou si peu) et ils ne risquent pas de nous envahir avec leur production à bas prix.

    Dan1
    Invité
    Rice nous dit : « Donc, les coûts cachés de la filière charbon-lignite… IMMENSES. La pollution des hommes et de l’environnement … IMMENSE. Bon, maintenant que je vous ai donné raison sur les « externalités », pensez vous sérieusement que l’explosion d’une mine de charbon interdira une région, voire un pays pour 10, 100, 1000 voire 10000 ans comme le ferait (fera ?????) une grosse centrale nucléaire ? » Vous reconnaissez donc que les externalités (mot pudique qui cache des morts par milliers) du charbon sont immenses, peut être plus que le nucléaire… dans l’espace et dans le temps, mais ce qui vous passionne… Lire plus »
    Rice
    Invité
    . Si cela peut vous faire plaisir, je peux l’écrire à nouveau : oui, le charbon a causé des milliers (des centaines de milliers ?) de morts. Une fois que j’ai dit cela, revenons à nos moutons atomiques et arrêtez vos diversions. La problématique du nucléaire c’est tout simplement que personne n’est en mesure d’évaluer le risque, ni en terme d’occurrence, ni en terme de dommages humains ou matériels. En cas d’explosion d’une centrale nucléaire (je sais, cela NE PEUT PAS ARRIVER EN FRANCE, mais imaginons….) : Quelles seraient les conséquences ? Dans quel rayon ? Pendant combien de temps… Lire plus »
    Rice
    Invité
    . @ Dan Dans un précédent post, j’indiquais le montant maximal de la responsabilité de l’exploitant en cas d’accident nucléaire (91,5 millions d’euros) et si le montant dépassait cette barre alors entre 91,5 et 228,6 millions d’euros, c’était l’Etat français qui prenait en charge les coûts et au-delà jusqu’à un plafond de 381,1 millions d’euros, c’était les Etats parties à la Convention de Bruxelles qui assuraient collectivement le coût. Dan, me faisait alors remarquer mon ignorance (et donc mon « incompétence », moi le Troll de service qui ne contribue jamais…) de la loi du 13 juin 2006 qui prévoyait des modifications… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Tiens, l’expert en assurance vient de découvrir les conditions d’application des dispositions légales… en lisant la loi ! J’ai pourtant donné cette loi en lien plusieurs fois et même avant que vous ne trépigniez pour vos chiffres. Je vous ai même incité à contester mes assertions dernièrement (dans le message du 16-10-2011 à 15:10:42) : « Au bout du rouleau heu, vous êtes à cours d’arguments, pour digresser à ce point. C’est bizarre, car il y avait matière à contester ou du moins à préciser ce que j’ai amené, rien qu’en lisant les lois accessibles à tous les citoyens. Soit vous… Lire plus »
    Rice
    Invité

    . Et mauvais perdant en plus ! Vous avez quel âge ?

    Dan1
    Invité
    Dès le 25 juin 2011, je vous ai fourni toutes les références nécessaires pour juger des conditions d’application des évolutions légales notamment (l’article 55 de la loi de 2006 et le nouvelle article 4 de la loi de 1968). Manifestement, bien qu’expert en assurance qui n’a pas besoin de Dan1, vous n’avez absolument pas lu ces articles à l’époque (ni en juin, ni lors d’un rappel explicite le 28 juillet). Pourtant, dès la première lecture on voit que la mise en application de la loi est soumise à condition. Vous n’en avez pas parlé. Je vous ai « retendu la perche »,… Lire plus »
    wpDiscuz