Des alternatives aux gaz fluorés à fort potentiel de réchauffement global

Les gaz fluorés font partie des gaz à effet de serre à fort Pouvoir de Réchauffement Global (PRG ou GWP* en anglais) ; Certains d’entre eux, les Hydro Fluoro Carbures (HFC) sont essentiellement utilisés dans les installations de réfrigération et de climatisation.

Alors que le Conseil et le Parlement européens viennent de se mettre d’accord sur les principales dispositions de la révision de la réglementation F-Gas, dont l’objectif est de réduire considérablement l’utilisation des HFC, l’ADEME, l’AFCE et UNICLIMA viennent de publier une étude sur les solutions technologiques alternatives à ces gaz dans les applications de réfrigération et de climatisation.

L’objectif de ce travail est de proposer une cartographie des différents alternatives actuelles ou en cours de développement afin d‘accompagner les entreprises dans l’application du règlement F-Gas.

Cette étude, lancée en juin 2013, a été réalisée par le Consortium EReIE, Armines et Cemafroid piloté par Denis Clodic, Expert, ancien directeur du Centre d’Energétique et Procédés de l’Ecole des Mines de Paris et PDG de EReIE.

Tous les types de fluides frigorigènes, synthétiques (HFC, HFO) et non halogénés dits « naturels » (ammoniac, CO2) peuvent être envisagés pour répondre à l’ensemble des applications variées du froid et du conditionnement d’air. Le niveau de température requis, la performance énergétique, la sécurité, le coût total d’opération sont déterminants dans le choix d’un fluide frigorigène. Cependant, quel que soit le fluide, chacun doit faire en sorte que la conception des systèmes et leur exploitation génèrent le moins de fuites possible avec la meilleure efficacité énergétique possible.

Le rapport présente toutes les solutions actuellement existantes ou en cours de développement, par application, tant en fluides qu’en technologies. 23 fiches « applications » permettent d’un coup d’œil de juger de la viabilité, de voir les avantages et inconvénients de telle ou telle solution et de découvrir les possibilités et freins qui se présentent pour la modification ou le remplacement des systèmes fonctionnant avec des fluides HFC à fort PRG.

Sont également présentées les normes et réglementations qui peuvent influencer les choix des décideurs. Il est remarquable de noter que beaucoup d’alternatives mettent en jeu des fluides plus ou moins inflammables dont la mise en œuvre requerra une mise en conformité des normes, notamment en matière de sécurité.

Pour Rémi Chabrillat, directeur Productions et Energies durables de l’ADEME, "en plus de donner des éléments de décision pour les futurs investissements, cette cartographie est essentielle pour identifier des priorités en terme de programmes de soutien à l’innovation sur des nouvelles technologies ou de nouveaux fluides moins impactant pour l’environnement".

"Cette nouvelle étude va permettre à tous les acteurs de la filière réfrigération et du conditionnement d’air de guider leurs choix pour de futurs investissements, en neuf comme en rénovation, tant pour les utilisateurs (froid commercial, industriel, climatisation) que pour les industriels qui conçoivent, fabriquent, installent et entretiennent ces équipements" a déclaré le président de l’AFCE, Bernard Philippe.

"Cette étude démontre, s’il en était besoin, l’extrême complexité du sujet. Les solutions alternatives seront différentes pour chacune des applications et sont, de plus, à différents niveaux de développement et donc d’efficacité opérationnelle ; le facteur temps sera donc aussi important que le facteur financier" a ajouté de son côté le Délégué Général d’Uniclima, Jean-Paul OUIN.

>>> Accéder à l’étude sur les alternatives aux HFC à fort GWP : ici

* Global Warning Potential

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz