Des amateurs tentent de créer leur réacteur à fusion

Mark Suppes, un américain de 32 ans, fait partie de la communauté grandissante des "fusioneers" – des amateurs passionnés de sciences qui tentent de construire leur propre réacteur à fusion nucléaire, par plaisir certes mais aussi dans l’idée de relever les défis énergétiques à venir.

Il est le 38ème physicien amateur indépendant dans le monde à vouloir réaliser un réacteur à fusion nucléaire, selon le site communautaire Fusor.net. Parmi la liste publiée, on trouve également un adolescent de 15 ans basé dans le Michigan et un étudiant doctorant situé dans l’Ohio.

Le problème réside que personne actuellement n’a trouvé le moyen de construire des réacteurs à fusion qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

« J’ai été inspiré parce que j’étais convaincu que la technologie sur laquelle je travaillais avait le potentiel de résoudre nos problèmes énergétiques, et je croyais que c’était quelque chose que je pouvais au moins commencer à construire », a déclaré Suppes à la BBC.

Le scientifique amateur a commencé à élaborer son réacteur avec son propre argent, il y a 2 ans, par l’acquisition de composants sur eBay à hauteur de 35.000 dollars. Pour cela, il s’est basé sur les plans d’un réacteur à fusion nucléaire dessinés par Robert Bussard, un physicien nucléaire de renom, décédé en 2007. Le travail sur une version simplifiée d’un réacteur Bussard, a d’ailleurs été financé par l’US Navy, en Californie.

Des amateurs tentent de créer leur réacteur à fusion

Grâce à son engin, il aurait même réussit à détecter des neutrons rapides, un sous-produit de la fusion (cf. bubble meter). Contrairement à la fission nucléaire, les produits de la fusion eux-mêmes (principalement de l’hélium 4) ne sont pas radioactifs, mais lorsque la réaction utilisée émet des neutrons rapides, ces derniers peuvent en revanche transformer les noyaux qui les capturent en isotopes.

Des amateurs tentent de créer leur réacteur à fusion

Mark Suppes espère ainsi construire le premier réacteur à fusion nucléaire rentable qui pourrait convertir l’hydrogène et le bore en électricité.

L’affaire fait grand bruit et les voisins commencent à s’inquiéter sur la dangerosité de l’expérimentation. Les scientifiques chevronnés dédramatisent pourtant la chose et indiquent que les dispositifs créés comme celui de Mr. Suppes ne posent pas de menace réelle pour le voisinage ou l’environnement parce qu’ils ne contiennent pas de matières nucléaires fissiles, telles que l’uranium ou le plutonium.

Des amateurs tentent de créer leur réacteur à fusion

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Des amateurs tentent de créer leur réacteur à fusion"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Wally
Invité

quel est l’énergie que dégagerait 1 mg de H2 entrant en fusion ? il me semble que cela ferait déjà un beau pétard !

Bidagre
Invité
La réaction de fusion la plus souvent envisagée dans les réacteurs serait celle d’un atome de Deutérieum avec un atome de Tritium (tous deux isotopes de l’hydrogène) donne donne un noyau d’hélieum 4 et un neutron. Contrairement à ce qu’écrit l’article, le neutron est radioactif, il décroit en proton avec une demi vie 11 minutes environ. Cette réaction de fusion produit 17,5 MeV soit 17,5 e6 * 1,6e-19 = 2,8 e-12 joules. La réaction à base de H2 seule produit seulement 4 MeV et demanderait une température moyenne du réacteur quasiment 10 fois plus élevée. La masse molaire des réactants… Lire plus »
maxxxx
Invité

Magnifique !!! Et pour rassurer Wally, c’est pas avec un peu de matériel de plomberie du bricomarché (et un abonnement électrique “standard” !) que quelqu’un réussira à faire fusionner 1 mg de H2 😉

Passant
Invité
La section efficace d’une réaction 11B+p est bien plus faible que celle selectionnée dans le cas des projets classiques comme ITER et se produit de manière optimale à des températures bien supérieures alors que pour une réaction D+T la température est déjà énorme (13keV = 150×10^6 °C). De ce fait, les réactions observées dans ce genre de machine se produisent uniquement lors d’un pinch qui dure une fraction de seconde. Neanmoins cette voie est intéressante car la réaction principale ne produit pas de neutrons (moins de problème d’activation des structures, de radioprotection etc.)  et, après des efforts importants de développement,… Lire plus »
Oliv
Invité

Pour répondre à Wally, je pense que, d’après la fameuse formule E = mc², la fusion d’1 mg de H2 (ou de n’importe quoi d’autre) dégage 1*10E-3 * (3 *10E9)², soit 9 * 10 *E15 joules. Pas loin du dizième de la bombe d’Hiroshima, pour avoir un élément de comparaison.

Bidagre
Invité

La formule E= Mc2 s’appliquerait si la fusion aboutissait à la disparition complete des noyaux d’hydrogène. Ici, ils ne disparaissent pas, mais leurs protons et neutrons s’apparient différement. On en compare donc pas l’énergie de masse, mais l’énergie de liaison, plusieurs ordres de grandeurs plus faible.

Maclesby
Invité

Bidagre, tu as oublier de prendre en compte les frottements.

wpDiscuz