Des batteries très performantes à base de virus

Pour la première fois, des chercheurs du MIT ont démontré qu’il était possible d’utiliser des virus génétiquement modifiés pour fabriquer des batteries 3 fois plus performantes, moins lourdes et plus écologiques que les batteries classiques.

"Les nouvelles batteries à base de virus ont la même capacité de production d’énergie et le même niveau de performance que les batteries Lithium-Ion utilisées dans les voitures hybrides. Elles pourraient également servir à alimenter des appareils électroniques grand public " a indiqué Angela Belcher, la responsable du pojet.

Dans les batteries Lithium-Ion, les ions circulent entre une anode (-) généralement en graphite, et la cathode (+) fait d’oxyde de cobalt ou de phosphate de fer. L’équipe a constaté que l’intégration de nanotubes de carbone augmentait la conductivité de la cathode, sans ajouter trop de poids à la batterie. Les virus génétiquement modifiés sont attirés par les molécules de carbone et vont s’assembler pour créer des nanofils qui augmenteront au final la densité énergétique. Le processus de synthèse a eu lieu au-dessous de la température ambiante et (il) n’aura nécessité aucun solvant organique, ni encore moins de matériaux toxiques.

Des tests en laboratoire ont montré que la pile munie de ce nouveau matériau cathodique pouvait être chargée et déchargée au moins 100 fois sans perdre en capacité.

Déjà en mars dernier, le MIT s’était illustré en annonçant la mise au point d’une technologie permettant d’effectuer la recharge de batteries au lithium, en à peine quelques secondes !

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Momo
Invité
Momo

bonjour, moi je n’ai rien compris à cet article. A part les virus, de quoi est constitué cette batterie ??? quel est le gain de performance par rapport à une batterie classique ??? quel avantage autre que la synthèse à froid de nanotube cette batterie avance ??? très bel effet d’annonce, mais contenu complètement nul et confus. Ne vous demandez pas pourquoi on ne veut pas faire de science après (ni de journalisme d’ailleurs).

enerZ
Invité
enerZ

Les plus de la batterie : – 3 fois plus puissante – Moins encombrante et moins lourde – Pas de solvant, ni de composant toxique Par contre, il est vrai que le MIT ne donne pas de données techniques concrètes…

Alu21
Invité
Alu21

Tout est expliqué dans le Sciences et Avenir de ce mois-ci. Cet article n’est qu’un plagiat incomplet (et reprend même un scan de l’article original)

Ggel
Invité
Ggel

Bien d’accord avec momo, on ne sait toujours pas comment ça marche, d’où sortent ces performances, et ça sent l’effet d’annonce.  Vu le niveau de précision de l’article, et qu’en général l’importance des technologies servant de sujet dans la presse grand public est inversement proportionnelle à leur importance réelle (j’en veux pour preuve les émissions de CO2 danoises ou allemandes alors qu’ils ont plein d’éoliennes sensées être la panacée), cet article ne m’a pas l’air d’une importance capitale…  A bon entendeur, bonne journée

Momo
Invité
Momo

Je regrette de devoir dire que ce n’est pas moi ( mais s’ il doit y avoir un autre  » Momo  » ds. le forum , cela risque tt. de meme de faire desordre ! ….. ) qui ait demande quoi que ce soit sur ce sujet , je ne m’etais pas connecte a Enerz depuis bien longtemps ….Merci pour les reponses ,  mais  de tte facon je n’y connais rien sur ce sujet ….

boris d
Invité
boris d

L’article indique que la densité énergétique augmente, donc moins de volume que les Li-ion actuelles ( batterie Mercedes Blue hybrid ou de BMW en préparation) qui sont déja moins volumineuse que la Ni-MH (chez Toyota et Honda par exemple). Pour le prix ça n’arrange rien, toujours des matériaux coûteux avec l’habituel oxyde de cobalt mais en plus des nanofils de carbone. Je pense que la commercialisation n’est sans doute pas pour bientot, elle n’est même pas certaine. Mais, on peut tout de même saluer l’idée de fabrication de nouveaux matériaux en utilisant un virus.

enerZ
Invité
enerZ

Comment distinguer le vrai « momo » du faux ?! Ce que nous savons c’est que le vrai « momo » est un intervenant régulier d’enerzine.   Aussi, pour éviter ce genre de confusion, il est trés important de s’enregistrer… en tant que membre d’enerzine. Une fois inscrit(e), l’usurpation d’identité (pseudo) n’est plus possible… –> L’ inscription se fait ici.

Li-ion
Invité
Li-ion

Encore du vent. Je suis allé lire l’article de Nature de Ceder à propos de la super batterie qui se recharge en 7 secondes : du grand n’importe quoi, il utilise une cathode avec seulement 30% de matière active contre 90% en général, et avec une électrode  très fine. En gros il réinvente la supercapacité et se félicite ensuite de sa réponse en puissance. Par ailleurs le potentiel de sa cathode sera toujours limité par l’anode en graphite qui ne peut pas supporter une recharge en 7secondes.

phigoudi
Invité
phigoudi

Je vous trouve un peu dûrs avec Enerzine.  Enerzine n’est pas une revue technique mais se borne à vous informer -dans ca cas- d’une nouvelle possibilité de développement de batteries. Si vous voulez des docs techniques, il y a plein de revues pour ça ; mais les détails, à nous qui ne sommes pas des spécialistes des batteries, ça risque d’être chiant, non ? Merci, Enerzine, vous faites bien votre boulot.