Des capteurs autonomes en énergie dans les avions

La maintenance des avions pourrait devenir plus aisée à l’avenir, grâce notamment à l’intégration de capteurs de contrôle dans le revêtement de l’avion.

Ainsi, si les capteurs détectent des bosses ou des fissures – ex. par la collision d’un oiseau – ils seront en mesure d’envoyer un signal radio à une unité de surveillance.

Selon les chercheurs de l’Institut Fraunhofer, "comme les capteurs sont légers – ils n’ont pas besoin de câbles ou de piles". Aussi, tirent ils leur énergie à partir de la différence de température entre l’air extérieur (environ – 20 à – 50°C) et la cabine passagers (environ 20°C). De plus, les capteurs peuvent être placés à des endroits généralement inaccessibles sur l’avion.

"Nous utilisons des générateurs thermoélectriques, développés en coopération avec Micropelt, et nous les adaptons afin qu’ils puissent fonctionner efficacement", explique le Dr Dirk Ebling, scientifique à l’IPM**.

Les matériaux thermoélectriques sont des semi-conducteurs qui produisent de l’énergie électrique sous l’influence d’une différence de température. Si un certain nombre de ces éléments thermo-électriques sont branchés en série, ils produisent suffisamment d’énergie pour alimenter de petits capteurs ainsi qu’un dispositif radio transmettant les résultats de mesure à une unité centrale. "Nous sommes également en train d’optimiser le flux de chaleur", souligne le chercheur.

Les premiers prototypes de capteurs ont déjà été élaborés. Mais l’ensemble du système comprenant le capteur, le générateur thermoélectrique, le dispositif de stockage d’énergie et le module de transmission du signal ne devrait pas être bouclé avant trois ans.

Les applications liées aux capteurs autonomes sont nombreuses
. Dans le secteur automobile, ils pourraient contribuer à réduire le poids du véhicule en supprimant l’installation de câbles lourds. Ils seraient également utiles dans les bâtiments, où intégrés aux murs ils surveilleraient le taux d’humidité. Leur utilisation dans le secteur médical constitue également une voie à suivre.

** Institut Fraunhofer de physique Measurement Techniques (IPM) de Fribourg

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Des capteurs autonomes en énergie dans les avions"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
falmer
Invité

Dans les vehicules, ca a un gros interet: Celui de reduire le nombre de cable qui passent d’une partie a l’autre. Ca sous entend une baisse de cout, mais surtout une bien meilleur etancheite entre l’habitacle et le moteur, et donc un comfort plus grand.  Depuis plusieurs annees on fait la meme chose en regroupant les cables ensemble (ou en un seul cable). Ca s’appelle le multiplexage.

New idea
Invité

Est ce que quelqu’un peut nous rensigner si ilya une application de cette invention dans le domaine de raffinage ou petrochimie, je pense au catalyseur ou adsorbants en particulier?

Ricou
Invité

Moyennant un peu plus de sensibilité que celle indiquée dans l’article, ces capteurs thermoélectriques peuvent aussi trouver une large application dans les bâtiments où les exigences d’étanchéité à l’air sont essentielles pour l’atteinte des limites de consommation annuelle en énergie primaire. A suivre donc

wpDiscuz