Des champs solaires et des cultures dans les déserts

Dans le cadre d’un ambitieux projet mené par une équipe d’architectes et d’ingénieurs, de vastes serres utilisant de l’eau de mer pourraient être associées à des centrales à énergie solaire pour fournir de la nourriture, de l’eau douce et de l’énergie propre dans les déserts.

Le quotidien britannique "The Guardian" révèle ainsi que "ce type de projet déjà en démonstration à Tenerife (Espagne), à Oman et aux Émirats arabes unis, envisage l’exploitation de serres géantes auxquelles on associerait de l’énergie solaire CSP, – une technologie qui utilise la concentration des rayons du soleil sur des miroirs convergents – afin de créer toute la vapeur nécessaire à la production d’électricité".

Les serres de démonstration ont déjà réussit à produire des laitues, des poivrons, des concombres et des tomates. Les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes pourraient même provenir d’algues extraites de l’eau de mer. 

Selon les promoteurs du "Sahara Forest Project", ces installations transformeraient les déserts en végétations luxuriantes, et feraient disparaître le besoin de creuser des puits (en eau douce), un processus qui provoque l’épuisement progressif des sources aquifères de la planète.

Comme les technologies des "serres à eau de mer" et des "concentrateurs solaires" existent et sont déjà bien éprouvées, le coût d’un projet de cet acabit pourrait se révèler relativement faible. Les concepteurs estiment que la construction de 20 hectares de serres combinée à un système DSP 10 MW coûterait environ 80 millions d’euros.

Des champs solaires et des cultures dans les déserts

Neil Crumpton, un spécialiste en énergie de l’ONG les "Amis de la Terre", a déclaré que le potentiel de ces technologies dans les milieux désertiques est immense. "La concentration des rayons solaires sur une surface d’à peine 1% des déserts terrestres pourrait fournir un cinquième de la consommation mondiale en énergie. Et 1 million de tonnes d’eau de mer pourrait être évaporé quotidiennement pour couvrir 20 000 ha de serres."

L’Agence internationale de l’énergie estime que la planète a besoin d’investir plus de 45 milliards de dollars dans de nouveaux systèmes d’énergie au cours des 30 prochaines années.

Des champs solaires et des cultures dans les déserts

Des champs solaires et des cultures dans les déserts

Des champs solaires et des cultures dans les déserts

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Des champs solaires et des cultures dans les déserts"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredhu
Invité
Optimiste l’article !1% de la surface du désert = 1/5 des besoins en énergie,soit (si j’me gourre pas …)5% de la surface = TOUTE l’énergie dont on a besoin !Doublons à 10%, et on a de la marge.Coooool …Quant aux serres à eau de mer, j’espère qu’elle auront une autre allure que celle à Abou Dhabi, quelques pots vides … Sont où, les tomates ? ;-)Sérieusement, pour l’instant je ne vois pas trop de désavantages à ce type de projet, à part bien sûr l’écossystème fragile du désert (mais en reste-t-il ?), et la dépendance de nos pays vis à… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Comme le faisait remarquer Fredhu les photos ci-dessus ne sont pas très éloquentes ni démonstratives…peut mieux faire pour démontrer l’intérêt voire les résultats !Ceci dit certainement des TRES BONNES PISTES pour faire de l’eau douce à partir d’eau de mer, faire pousser des légumes et autres denrées utiles pour l’humanité, à des endroits où il y a du SOLEIL, des PETRO-DOLLARS et de l’EAU de mer, très bien illustré aux Emirats, AbouDhabi, Oman, etc…So let’s DO IT !!!Et comme il est dit: ”Comme les technologies des “serres à eau de mer” et des “concentrateurs solaires” existent et sont déjà bien éprouvées, le coût d’un… Lire plus »
Mamouth
Invité

Le problème de la désalanisation de l’eau de mer, c’est que fait-on de l’eau de mer rejetée (le brine en anglais), qui contient le sel enlevé. Et bien, on le renvoit en mer, ce qui au passage en augmente la salinité.On me dira que vues les quantités en jeu, c’est négligeable, mais c’est exactement avec ce genre de raisonnement que nous avons les problèmes actuels.

Guydegif(91)
Invité
Positivons ! Qui n’a pas vu un reportage ou un film où du sel en plaques si roche solide ou en sacs si poudre était transporté à dos de chameaux ou dromadaires d’un bout à l’autre de continents…Le sel a tj été une denrée précieuse et le reste, donc, tout comme pour les marais salants, le sel récupéré lors du désalement d’eau de mer dans l’article ci-dessus pourra être valorisé en tant que sel comestible….Le brine c’est de l’eau avec du sel en solution; quand on enlève l’eau il reste le sel solide dont on peut faire usage en cuisine et… Lire plus »
Lolikpop
Invité

et je men sert pour me chauffer les couilles!!!! B)

wpDiscuz