Des chercheurs développent un laser qui s’auto-corrige

Les lasers permettent de modifier avec précision la surface d’un matériau, essentiellement en en ôtant des fragments (ablation laser), propriété qui est mise à profit en chirurgie (pour la correction de la myopie), en sciences des matériaux ou pour la production de semi-conducteurs et de composants micro-électroniques.

Les résultats obtenus sont notables, mais pourraient être encore améliorés si les lasers apprenaient à se régler d’eux-mêmes, c’est-à-dire s’ils changeaient d’eux-mêmes la fréquence et l’intensité de leurs faisceaux lumineux en fonction du matériau à traiter et de ses réactions.

Tel est l’objectif de projets soutenus par le Fonds pour la promotion de la recherche scientifique (FWF) : Wolfgang Husinsky et ses collègues de l’Institut de physique générale de l’Université technique de Vienne, développent des algorithmes d’apprentissage génétiques, autrement dit des algorithmes grâce auxquels le laser progressera et se règlera par essais-erreurs.

Le laser fonctionnera par séquences ultra-courtes, en libérant un faisceau de grande intensité sur une durée de quelques femtosecondes, car les intensités lumineuses ainsi atteintes peuvent déclencher des processus non linéaires dans le matériau, processus à même de le modifier localement, sans avoir d’effets sur son environnement immédiat.

 
Cette information est un extrait du BE Autriche numéro 95 du 5/12/2006 rédigé par l’Ambassade de France en Autriche. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz