Des chercheurs inventent la mini-forêt artificielle

Grâce à un groupe de chercheurs de l’université de Kyoto, la photosynthèse artificielle pourrait connaître des applications pratiques.

La photosynthèse, processus d’absorption par les plantes de CO2 pour produire du dioxygène, a déjà été reproduite artificiellement, mais avec des coûts de production trop élevés pour être utile.

C’est à la lecture d’un article de la Revue Nature en 2006, que le Dr Hideki Hoyanaka s’est interessé de plus près au rôle du manganèse dans la photosynthèse.

"Le dioxyde de manganèse existe en grande quantité naturellement dans les sols. Mais il est difficile de l’obtenir sous forme de particules d’une grande pureté", explique-t-il.

Il est néanmoins parvenu à produire des particules de dioxyde de manganèse nanoscopiques très pures, qui, en état d’immersion et sous la lumière, capturent le dioxyde de carbone.

Cette technique serait même 300 fois plus performante que la photosynthèse naturelle, selon le chercheur et pourrait l’être davantage encore sous une lumière naturelle.

Au vu du faible prix du manganèse, le matériau du Dr
Hoyanaka pourrait connaître nombre d’applications pratiques et commercialisables. Il pourrait notamment servir à réduire les émissions de dioxyde de carbone directement à la source : à la sortie des pots d’échappement ou des cheminées d’usines par exemple.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz