Enerzine

Des chercheurs réduisent de 74% la consommation des smartphones

Partagez l'article

Des chercheurs de l’Université finlandaise d’Aalto ont conçu un proxy (NDLR : un composant informatique placé entre 2 autres pour faciliter, voire surveiller leurs échanges) capable de faire baisser jusqu’à 74% la consommation électrique des téléphones 3G.

Ce dispositif qui agit comme un intermédiaire entre les appareils mobiles qui se connectent à Internet pour échanger des données devrait améliorer leurs performances et réduire considérablement leurs consommations électriques.

Pour des raisons historiques, les besoins énergétiques élevés des téléphones mobiles ont ralenti l’adoption de services Internet dans les pays en développement.

Ce nouveau procédé s’avèrerait donc particulièrement utile pour ces pays car il délivrerait un accès Internet plus rapide à un nombre beaucoup plus élevé d’individus. "À l’heure actuelle, seul un petit pourcentage de la population africaine peut accéder à Internet à partir d’une connexion filaire, alors que 90% d’entre elle vit dans des zones avec une couverture réseau de téléphonie mobile. Celle ci augmente rapidement. Toutefois, l’utilisation des services Internet mobile reste entravée par les utilisateurs n’ayant pas accès au réseau électrique pour recharger leur téléphone", a expliqué le professeur Jukka Manner de l’Université d’Aalto.

L’étude de cas menée par l’Université d’Aalto a examiné l’utilisation d’Internet dans 3 pays d’Afrique : la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya. Les chercheurs ont développé des solutions d’économie d’énergie pour les téléphones 3G qui pourraient être facilement déployées sur un réseau mobile et en particulier dans les zones sans sources fiables d’électricité. En plus de la nouvelle solution de proxy optimisé, les chercheurs ont constaté que la consommation d’énergie des téléphones 3G pourrait aussi être considérablement réduite par le développement de sites web optimisés pour les mobiles, par la compression HTTP et par une utilisation plus efficace de la mise en cache des données.

L’étude finlandaise a été dévoilé la semaine dernière lors de la conférence scientifique Africomm 2011.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz