Des fibres en nanocarbone rigides et souples à la fois

Le professeur Baughman et son équipe de l’Université du Texas ont élaboré des feuilles “aerogel” plus solides que l’acier, aussi légères que l’air et plus flexibles que le caoutchouc.

Ce matériau composé de nanotubes en carbone alignés verticalement pourrait être utilisé dans les prothèses de membres artificiels, dans la conception de peaux "intelligentes", dans des structures conductrices d’électricité à changement de phase, dans la fabrication de robots ultra-résistants ou dans un avenir proche, participer à la production de cellules solaires à haut rendement.

Les scientifiques se sont intéressés aux nanotubes de carbone pour la création de muscles artificiels à partir de polymères conducteurs d’énergie. Le matériau peut s’étirer à 220 % à un taux de 40 % par seconde contre 10 % pour un muscle humain. Il supporte une température très élevée située entre 25 et 1 200 degrés Celsius. Cependant, il génère moins d’énergie qu’un vrai muscle : 30 J/kg contre 40 J/kg.

Des fibres en nanocarbone rigides et souples à la fois

Dans le sens de la longueur, le muscle peut se développer et se contracter à différentes vitesses, tout en présentant une rigidité exceptionnelle dans l’autre sens. Ce "degré d’anisotropie sans précédent (se dit d’un corps dont les propriétés dépendent de la direction) pourrait avoir un comportement proche du diamant dans une direction et un comportement semblable au caoutchouc dans une autre" a expliqué John Madden, chercheur à l’Université de la Colombie-Britannique.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz