Des hydroliennes en France au large de Paimpol en 2011

EDF vient de décider la construction du premier projet pilote de ferme hydrolienne en France pour produire de l’électricité à partir de l’énergie contenue dans les courants de marées.

3 à 6 hydroliennes, d’une capacité totale de 4 à 6 MW, seront installées et raccordées au réseau d’électricité dès 2011 au large de Paimpol (Côtes d’Armor), dans une zone où l’intensité des courants atteint des niveaux parmi les plus élevés d’Europe.

Cette première mondiale représente l’aboutissement de plus de 4 années de concertation et d’études sur les côtes bretonnes et normandes. Le choix du site de Paimpol-Bréhat s’est imposé au regard de critères techniques et économiques. En outre, l’accueil du projet, porté par les décideurs locaux, fait l’objet d’un fort consensus de la part des élus, des associations de protection de l’environnement et de tous les acteurs de la mer.

L’installation de ce démonstrateur permettra de tester la technologie en conditions réelles, d’en apprécier la rentabilité et d’établir un cadre administratif et juridique susceptible de favoriser le développement d’une filière française.

En effet, l’énergie des courants des marées n’émet pas de gaz à effet de serre et présente l’avantage d’être totalement prévisible. Cette nouvelle source d’énergie pourrait donc, à long terme, contribuer significativement à la production d’électricité d’origine renouvelable, en particulier au Royaume-Uni et en France, qui concentre à elle seule 80 % du potentiel européen hydrolien, soit une production d’électricité de 10 millions de MWh par an.

Pour Pierre Gadonneix, Président Directeur Général d’EDF, « EDF, qui est, grâce à l’énergie nucléaire et hydraulique, l’énergéticien le moins émetteur de CO2 en Europe, fait du développement des énergies renouvelables une de ses priorités. Ce projet de ferme hydrolienne, qui s’inscrit dans ce cadre, répond en cela aux travaux du Grenelle de l’Environnement. Les énergies marines constituent en effet une source d’électricité sûre et inépuisable, susceptible de contribuer à répondre aux besoins grandissants en énergie des populations et aux engagements internationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. ».

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Des hydroliennes en France au large de Paimpol en 2011"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Raminagrobis
Invité
Souhaitons que l’appel d’offre soit remporté par la firme bretonne Hydrohélix :)C’est une source d’énergie intéressante bien qu’au niveau mondiale elle soit plutôt limité et éparse (quelques endroits intéressants, genre la manche, le détroit de gibraltar, de façon générale les caps et détrois qui font goulot sur le passage de la marrée d’ouest en est).Notons que la Bretagne est déficitaire en électricité, car elle n’a ni centrale nucléaire ni grand barrage de rivière. Il y a l’usine marémotrice de la rance, les parcs éoliens, et une paire de centrales thermiques qui font ce qui peuvent, mais plein d’électricité est “importée”,… Lire plus »
Flobeb
Invité
Bien, très bien même,de l’énergie renouvelable et surtout parfaitement prévisible et même stable, l’onde de marée se déplacant le long des côtes, l’énergie produite par des fermes judicieusement placées au fond des estuaires et autres détroits serait au niveau nationale quasi constante (aux coefficients de marée près) en tout jamais nulle. Elle ne serait donc pas sujette au déficit de production réccurent du solaire et de l’éolien. Malheuresement, les sites seront peu nombreux et probablement les lobbys bien pensant empecheur de progresser vont probablement freiner la démarche invoquant la perturbatio des petits poissons par les hélices broyeuses…Vite des hydroliennes dans… Lire plus »
Raminagrobis
Invité

Je pense même qu’il y aura une certaine complémentarité avec l’usuine marémotrice de la rance : celle ci produit lorsque la marrée est au plus haut ou au plus bas, les hydroliennes devraient plutôt produire à mi-marrée.Les hélices tournent lentement, elles ne risquent pas de tuer de poissons

r17777
Invité
  Tout comme RaminaGrobis j’aimerais un rapprochement, qui plus est très équitable entre EDF et Hydrohélix… Mais connaissant un peu les dirigeants d’hydrohélix , et leur mésaventure en terme de financement aidé (ademe)  au début des années 2000 , comme par hasard , qd edf à commencé à s’intéresser à l’énergie hydrolienne en grande bretagne et en le  faisant clairement savoir à l’ademe, j’ai bien peur qu’hydrohélix , et son démonstrateur actuellement installé dans l’Odet (aidé par la région bretagne) n’émerge jamais vers une commercialisation viable … 🙁  … j’espère me tromper… Sinon à par ça , Mr Gadoneix ainsi… Lire plus »
r17777
Invité

cette énergie hautement prévisibleet toujours dispo pourrais avec un lissage genre volants d’innertie de type Energiestro ( mues électriquement bien sur! ) ,bouffer  de grosses parts de marché à la production de base  et donc, et deviendrait par ce fait, un formidable concurent du nucléaire …  mais pas sans réelle diminution drastique de la conso élec nationale , sinon on en reste à un problème d’échelle!une usine du genre devant la hague ..serait un beau pied de nez à l’EPR ! 😀   espérons que les actionaires se reveillent rapidement!

r17777
Invité

energie des courants + volants d’inertie + congénéation à base de biommasse pour la base …. + énergies houlomotrice,solaire, éolienne prenant la priorité sur la coégé biomasse +  hydraulique en appoint  après avoir réduit les pointe en changeant de politique (ex : isolation, chauffage , et clim des btaiments) ….  ça devrait pouvoir marché …borde*! on à bien envoyé des gars sur la lune!

pasnaif
Invité
Faut vraiement que les anti-nucléaires ne croient plus à leurs arguments historiques pour aller chercher des trucs aussi tordus que ceux de l’ADEME concernant l’appel de courant au charbon du SEUL fait du chauffage électrique…! Voyons, qu’est-ce qui empêcherait EdF et RTE de poser dès le disjoncteur chauffage des relais genre “courant moins cher, utilisés pour commander les chauffe-eaux” et de délester le chauffage électrique direct quelques heures par jour d’hiver? Du coup l’argument pipo d’ADEME tombe à l’eau. Pas un gramme de charbon dû au chauffage électrique! L’inertie thermique de la moindre maison chauffée électriquement permet de ne pas… Lire plus »
pasnaif
Invité

Pas de bruit, pas de pollution paysages, prévisibilité comme l’indique l’un des commentaires ainsi que complémentarité avec la marée. N’allons pas lui chercher des noises côté ciments, acier donc CO², tout ça ce seraient des procès de mauvaise foi (voir celui qu’on tente de faire au Photovoltaïque sous prétexte qu’il libère trop de CO² lors de sa construction…). Les seuls perdants seraient les sous-marins en exercice, mais vaut mieux qu’ils aillent plonger ailleurs, c’est meilleur pour les pêcheurs.

Guydegif(91)
Invité
Voilà une sage décision, en espérant ne pas repartir de zéro, ré-inventer la roue, etc…! mais plutôt en tablant et capitalisant sur les expériences déjà acquises dont celles d’EMEC en GB, de MCT en GB (où EDF Energy est l’1 des actionnaires principal) qui a mis en service 1 hydrolienne de 1.2 MW en mai 2008…, de Hydrohélix et son hydrolienne de test-4 mois de 300 KW dans l’Odet, etc…afin d’avancer vite et ne pas piétiner…. Au vu du potentiel et de la prévisibilité de cette ressource en face de nos côtes de la Manche surtout, un max d’efforts (enfin !) pour aboutir… Lire plus »
Geo
Invité

Il était temps… on commençait à se poser des questions puisqu ‘ EDF via EDEV avait déjà écrit qu’elle “… nous n’investissons que rarement dans la construction d’équipements à énergies renouvelables…”Juste une question : pourquoi Paimpol et pas au large de La Hague ou les courants sont les plus forts ?

stef
Invité
“L’inertie thermique de la moindre maison chauffée électriquement permet de ne pas même s’apercevoir de la coupure avant une douzaine d’heure”C’est complètement faux ça, il y a plein de logements chauffés à l’élec qui ne sont pas (ou peu) isolés. Et dans ces cas là, au bout de 2-3h il commence sérieusement à faire froid (surtout avec les magnifiques radiateurs grille pain où le froid se fait sentir dès que le radiateur s’arrête…).Donc à moins de dire aux gens “ok vous avez froid mais attendez un peu, pour l’instant le courant nucléaire (ou provenant d’EnR, ça marche aussi) n’est pas… Lire plus »
r17777
Invité
“Faut vraiement que les anti-nucléaires ne croient plus à leurs arguments historiques pour aller chercher des trucs aussi tordus que ceux de l’ADEME concernant l’appel de courant au charbon du SEUL fait du chauffage électrique…!”   Sauf qu’historiquement la lutte contre  l’énergie nucléaire et ses dérives militaires, existe depuis bien avant que le réchauffement climatique soit un phénomène connu et surtout reconnu du grand public! Donc il est normal que les anti-nucléaires, qui je le rappel sont avant tout des pro alternatives (négawatt et enr +NRJ conventionnelles pour l’appoint),  n’aient pas tjrs avancé cet argumentaire co2 du chauffage élec…. néanmoins… Lire plus »
r17777
Invité

j’ai’ai précédement oublier de préicser le rapport technique  entre chauffage élec  et faiblie inertie…Le chauffage élec étant très réactif, et donc super modulable ,lors des premiers choc prétrolier, les français ont donc pu faire le choix simplifié et moin honéreux d’une isolation interne , puisque l’inertie le lissage parraissait alors secondaire….bref ….si on est complètement à la rammasse  coté performance des batiement en france  , c’est en majeur partie à cause du lobby du chauffage élec! 

Fossil
Invité

à R17777LISANT UN DE VOS COMMENTAIRES DU 16.07POUVEZ vous m expliquer ce qu’est ” la supercherie éconologique des pac” – j’ignore le mot éconologique – que veut dire l’abréviation PAC  ??  MERCI  Pour pouvoir comprendre

Fossil
Invité

PS  POUR PAC  c’est peut-êtrePILES A COMBUSTIBLE  ???

stef
Invité

PAC = Pompe à chaleur, appareil de chauffage électrique utilisant de l’énergie se trouvant soit dans l’air, soit dans l’eau, soit dans le sol.Econologique veut dire, en règle générale, écologique et économiqueIl y a supercherie concernant les PAC car les vendeurs et fabricants annoncent des coefficients de performance (COP, traduisant en fait le rendement de la PAC, puisque c’est le rapport entre l’énergie thermique reçue dans l’habitation et l’énergie électrique consommée) qui sont bien en deça de ceux constatés sur le terrain.

xpair
Invité
Contre l’avis général, ma prochaine maison sera “tout électrique”, voici pourquoi:Je vais d’abord rechercher à supprimer le plus de perte possible en sur-isolant, donc: très peu de consommation. je vais maximiser les apports passif (baies vitrées) donc: énergie gratuite.Je vais chauffer l’eau avec des panneaux solaires: gratuit. je vais maximiser l’inertie thermique:  isolation par l’extérieur et murs massifs (béton coffré) dont confort. je vais produire avec une éolienne et des panneaux solaires photovoltaïques, l’énergie pour la VMC double-flux et les appareils domestiques…qui seront tous de classe A.Ensuite, un plancher chauffant électrique (que l’on peut moduler au degré près) sera là… Lire plus »
stef
Invité
Xpair, vous avez tout à fait raison sur le fait de commencer par apporter une très bonne isolation à votre habitation, d’en faire une habitation bioclimatique, bref de limiter les besoins d’énergie dès le départ.Par contre, un plancher chauffant électrique entraîne plusieurs inconvénients :-bien que les besoins de chauffage soient restreints, il y aura toujours des kWh consommés (ou alors il ne faut pas mettre de planncher chauffant), et le kWh électrique est assez cher. Un kWh produit avec une PAC coûte déjà moins cher…-le choix du plancher chauffant électrique ne permet pas par la suite de changer d’énergie, contrairement… Lire plus »
Fossil
Invité

merci à Stef pour m ‘avoir répondu  je vais pouvoir mieux comprendre  à force d’user d’abrévations , elles ont souvent plusieurs sens !

Fossil
Invité

 pour XPAIR   attention  pour les années qui viennent nous allons connaitre de plus en plus de   BLACKOUTS électriques avec des pannes généralisées   qui auront le max de chance d ‘arriver par exemple lors des   GRANDS FROIDS    donc alors  CHAUFFAGE  = NIET !!! l ‘illusion du nucléaire franchouillard gratos ne durera pas   Uranium = énergie FOSSILE  / NON renouvelable   avec en fait comme l ‘écrit stef  faible productivité   ( contrairement à l ‘idée vendue à la populace ) 

Momo
Invité

C’est quoi ce language  ? ” franchouillard ” , ” populace ” ….! Vous pensez vraiment que le texte de Monsieur Xpair  est celui d’un imbecile et d’un ignare en la matiere , et ses arguments justes bons a jeter sans menagements a la poubelle ? Vous desservez votre ” cause ”  par votre mepris affiche envers ceux qui ne partagent pas votre opinion personnelle !  Dommage , l’ecologie merite infiniment mieux ! Personnellement je prefere les echanges entre ” Stef ” et ” Dan ” par exemple , ils sont incroyablement + instructifs et constructifs !

Dan1
Invité

J’ai une question toute bête pour les spécialistes : à combien de TWh estimez vous la surconsommation, potentiellement attribuable, aux centrales fossiles (charbon, gaz, fuel) en 2007 en France pour les besoins du chauffage électrique ?

stef
Invité
Je ne suis pas spécialiste, mais heureusement Internet est là…En 1997 (je n’ai pas trouvé d’études plus récentes…) 43 TWh ont été consommés pour le chauffage électrique en résidentiel, 22 dans le tertiaire. On peut imaginer qu’en 2007 ces chiffres seraient plus importants (reste à savoir de quel ordre), au vu à la fois du développement de ce type de chauffage et de la hausse (faible mais continue) des consommations de chauffage, toutes énergies confondues (malgré les réglementations thermiques en vigueur…).Enfin restons sur les hiffres de 1997, qui ont le mérite d’exister.Jancovici estime que 20 TWh de fossile sont nécessaires… Lire plus »
Dan1
Invité
Si je prends 600 g de CO2/kWh pour le chauffage et que je prends la consommation de 1997 de 65 TWh, je trouve 39 millions de tonnes de CO2. En admettant que le chauffage électrique n’a pas régressé depuis 1997, je dois retrouver au moins 39 Mt en 2007. Quand je prends les chiffres de l’UCTE, je trouve 55 TWh de moyens fossiles potentiellement attribuable au chauffage électrique, cela donne alors seulement 33 millions de tonnes (il en manque 6). Pire, si je divise l’année en 2 parties ; période de chauffage de octobre à avril et période sans chauffage de mai… Lire plus »
Dan1
Invité
j’ai bien noté que la source 1 fait l’apologie du gaz et plus fort du fioul domestique, et pour cause, le site est sponsorisé par GDF/SUEZ. Y aurait-il des liens étroits entre les écologistes et les gaziers ? Les arguments avancés dans ce document montrent que le chauffage électrique émettrait entre 500 et 600 g d’équivalent CO2 par kWh, alors que le gaz serait à 234 g/kWh et le fioul à 300 g/kWh. Cette présentation tendrait donc à encourager le chauffage au gaz et pire au fioul en culpabilisant outrageusement le consommateur qui pourrait penser qu’il pollue 2 fois plus en… Lire plus »
stef
Invité
Effectivement si on respecte le critère d’additivité on arrive à 180g de CO2 par kWh, comme vous l’avez noté. Mais cette méthode se base uniquement sur les moyens de production français. Or aujourd’hui comme vous le savez bien le marché de l’électricité est un marché européen, où chaque nouveau kW de puissance entraîne l’ouverture de la centrale où le courant est le moins cher à produire, comme indiqué dans l’étude RTE Ademe :La sollicitation des moyens de production pour satisfaire la demande respecte un ordre économique établi en fonction des coûts proportionnels de production de chaque installation. Au plus bas… Lire plus »
Dan1
Invité
La fluidité, pivot de la deuxième étude n’existe pas… pas encore car les capacités d’interconnexion sont forcément limitées et de toute façon, l’électricité n’est pas une marchandise facilement transportable à longue distance, ce qui permet d’ailleurs à certains de stigmatiser une organisation de production hypercentralisée génératrice de pertes immenses. Il faut donc retenir qu’aujourd’hui, et pour de très nombreuses années encore, les échanges seront limités, bien qu’en 2007, le solde exportateur de la France soit de 56,7 TWh dans lesquels il doit logiquement y avoir du fossile, au moins 5 TWh.J’ai parfaitement compris que le raisonnement à 600 g/kWh est… Lire plus »
stef
Invité
Je rejoins ce que dit jake, le kWh électrique à 500 ou 600 g de CO2 est valable pour les nouvelles installations de chauffage.Mon calcul de 36 TWh issu de centrales fossiles n’était donc pas très juste… puisqu’il prenait en compte l’ensemble des consommations du chauffage électrique à 550 g de CO2 du kWh.Dan, concernant les interconnexions entre pays, voici ce que raconte RTE : “La seule limitation à cette utilisation optimale des moyens de production à l’échelle européenne tient aux possibles congestions du réseau de transport. Si de telles situations se rencontrent fréquemment en Italie, en Grande-Bretagne et en… Lire plus »
Dan1
Invité
Avec les arguments développés ci-dessus, nous nous plaçons dans la situation où les 600 g de CO 2 ne représentent que le résultat d’une étude d’un seul scénario de développement du chauffage électrique dans les prochaines années. Dans ce cas, cela ne représente absolument pas la situation actuelle qui doit être calculée sur les dernières données existantes, comme je l’ai fait. Cela n’a pas l’air évident pour tout le monde et surtout pas pour ceux qui clament que le chauffage électrique émet dès maintenant les 600 g annoncés. Il ne faut pas confondre faits établis et prospective, quelle qu’elle soit.… Lire plus »
Dan1
Invité
Le parti pris d’imputer une majorité de fossile au chauffage électrique ne tient pas à l’analyse, même prospective, surtout que, comme je l’ai montré, cela se fait au détriment d’autres usages qui me semblent eux aussi “saisonnalisés” et qui produisent des pointes journalières bien plus importantes que le chauffage. De même, le nucléaire n’est pas aussi rigide qu’on le dit et il participe pleinement aux évolutions saisonnières (suivant lent de la charge), en revanche, il ne fait pas de suivi rapide. Tout cela est parfaitement vérifiable, par n’importe qui, aussi bien avec les données de RTE que celle de l’UCTE.Maintenant, je vous… Lire plus »
Dan1
Invité
Tout imputer au chauffage électrique (ou tout du moins une très grosse part) est une conséquence de la méthode choisie. Comme je l’explique, si on prend la méthode d’additivité (qui consiste en final à ne pas avoir plus d’émission de CO2 que ne peuvent en émettre nos centrales électriques) et que l’on affecte 180 g de CO2/kWh au chauffage pour une consommation de 65 TWh en hiver, on accepte en contrepartie de n’affecter que 100 g à l’éclairage et 60 g aux usages intermittents pour une moyenne globale de 75 g de CO2 par kWh pour l’ensemble de la production et… Lire plus »
Elu 76
Invité

Combien de noeuds faut-il pour qu’une hydrolienne fonctionne, sur le littoral haut-normand (devant fécamp) serait-il possible? Merci

Philser
Invité

Pourquoi il n’éxiste pas hydrolienne qui ce sert également du vent comme énergie,en réunissant les deux système de production on pourais réduire 1/4 les piéces dout d’en fornissant la méme puissance,il sufirer de mètre l’héolienne supérieur sur roulement à bille pour que si méme le sens du vent es contraire rien ne ce bloque.Ainsi on pourais aussi modifier certains moulins à eau pour founir les deux mode de production,faire baisait les prix de cette technologie et en faire bénéficier le plus grand numbre

wpDiscuz