Des poissons robots pour détecter les pollutions

Des poissons robots ont été mis au point par des chercheurs de l’Université d’Essex afin de détecter les éventuelles sources de pollution en milieu aquatique.

Pas moins de cinq prototypes devraient être testés d’ici 18 mois. Ils seront tous équipés de détecteurs chimiques en mesure d’identifier les fuites d’hydrocarbures ou certains produits chimiques dilués dans l’eau.

Ces robots pilotes pourraient  aussi évoluer librement dans les rivieres, où ils auront pour tâches de reproduire les différents endroits pollués sur une carte en 3D, permettant aux opérateurs de déterminer la meilleure façon de nettoyer la zone.

Le poisson-robot qui ressemble étrangement à une carpe mesure environ 1,5 mètres de long et se déplace à une vitesse d’un demi-mètre par seconde.

Des poissons robots pour surveiller les pollutionsEntièrement autonome, le robot est doté d’une intelligence artificielle (logiciel) et reste capable de se mouvoir dans son élément grâce à un GPS intégré. Toutes les huit heures, le poisson revient au centre de contrôle pour délivrer à la fois les informations emmagasinées dans sa mémoire et recharger ses batteries.

"Si utiliser des bancs de poissons-robots pour détecter la pollution dans les ports semble sortir tout droit de la science-fiction, il y a des raisons très pratiques pour choisir cette forme", a indiqué Rory Doyle, le directeur de recherche scientifique chez BMT Group.

Et d’ajouter, "avec des poissons-robots, on suit un modèle créé par des millions d’années d’évolution qui est incroyablement efficace".

Si les essais sont concluants, les poissons robots pourraient être utilisés dans le monde entier.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz