Enerzine

Des tarifs solaires rabotés trimestre après trimestre

Partagez l'article

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) indique dans un communiqué avoir pris connaissance de la délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) portant sur les nouvelles valeurs du tarif d’achat de l’électricité photovoltaïque pour les installations d’une puissance inférieure à 100 kW.

"Cette troisième baisse tarifaire en dix mois remet en question le développement du photovoltaïque sur certains segments de marché" a estimé le SER qui appelle "à revoir le mécanisme de soutien à la filière."

La filière photovoltaïque se trouve en effet à nouveau confrontée à une baisse de tarif de 9,5 % qui doit s’appliquer pour le dernier trimestre 2011. "Après le moratoire décrété en décembre de l’année dernière, les pouvoirs publics ont décidé, contre l’avis unanime des professionnels, de limiter les tarifs aux seules installations de moins de 100 kW (les installations de puissances supérieures devant passer par un mécanisme d’appels d’offres). Ces tarifs ont subi des diminutions successives de 20 % au 4 mars 2011, puis de 9,5 % au 1er juillet" a ajouté le syndicat dont la branche photovoltaïque est représentée le SOLER.

Et les conséquences de ces baisses tarifaires s’en font ressentir puisque les demandes de raccordement ont chuté de 40% en moyenne sur les segments concernés. Ainsi par exemple, les demandes globales pour les installations de moins de 36 kW sont tombées à des niveaux antérieurs à ceux de juin 2009. Les professionnels craignent que l’application automatique des nouvelles décotes entraîne un ralentissement encore plus prononcé du marché du résidentiel, et l’arrêt des activités sur les installations de tailles intermédiaires.

« Désormais, nous sommes pris en tenailles entre, d’un côté, des appels d’offres inadaptés pour les installations de puissances supérieures à 100 kW, et de l’autre, un tarif dont le rythme de décroissance est sans commune mesure avec celui que nous observons sur le terrain » déclare Arnaud Mine, président de SOLER. « Je lance un appel aux pouvoirs publics pour qu’ils revoient le mécanisme de soutien à la filière photovoltaïque, avec deux mesures prioritaires : premièrement, le retour à un tarif d’achat, au moins pour le segment 100 – 250 kW, dont la baisse doit être soutenable pour la profession ; deuxièmement, une réévaluation de l’objectif annuel d’installations raccordées au réseau à 1000 MW au lieu des 500 MW actuels, condition pour qu’une industrie puisse émerger dans notre pays. »

« Faire reposer la décroissance des tarifs sur les seules entrées en file d’attente, sans que l’on sache si ces projets se feront ou non, ce n’est pas pertinent. D’autant plus que nous nous interrogeons fortement sur la manière dont ces chiffres sont établis par les gestionnaires de réseaux » souligne pour sa part Jean-Louis Bal, président du SER. «Il ne faut pas non plus se laisser abuser par les volumes conséquents des raccordements actuels : ils sont en décalage de plusieurs mois, voire de plusieurs années dans certains cas, par rapport à des ventes qui, aujourd’hui, sont bel et bien exsangues. Nous avons perdu environ 10 000 emplois depuis mars dernier ; si rien n’est fait, nous en perdrons probablement plus avant la fin du premier semestre 2012 ».


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    26 Commentaires sur "Des tarifs solaires rabotés trimestre après trimestre"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Propv
    Invité

    Tout est fait pour stopper les installations PV. Bravo NKM, objectif atteint !

    Samivel51
    Invité

    Si le gouvernement baisse regulierement les prix de rachat du solaire afin de reduire au minimum le surcout pour la facture d’electricite des francais, pourquoi mettre en meme temps un quota aussi bas? Avec 500 MW par an, il nous faudra 50 ans pour atteindre le niveau d’equipement de l’Allemagne… aujourd’hui!

    Samivel51
    Invité

    Vous ne pouvez pas traiter de criminelle la main qui vous nourrit, sous pretexte qu’elle vous met au regime. Tous les jours des usines ferment, usines qui n’ont pas la chance d’etre subventionnees par l’Etat.

    ecoenergie
    Invité
    J’ai été sidéré d’apprendre qu’en 2010i la consommation d’électricité des francais avait augmenté de 26TWh (Ref RTE) et que la même année l’augmentation de l’énergie electrique fournie par l’ensemble des systèmes solaires photovoltaïques était de 0,4 TWh (Ref SoeS). Prenons du recul :Malgré d ‘importantes subventions à l’investissement (25 à 60% pour les particuliers) a la production (le kWh est acheté en moyenne a plus de 25 cm alors que le cout de production de l’EDF est voisin de 6 cm) l’augmentation de production photovoltaique a été en 2010 soixante cinq (65) fois plus faible que l’augmentation de la consommation.… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Certes, on va me dire que l’Allemagne et la France ce n’est pas pareil, mais: -l’agence des renouvelables allemande vient d’annoncer une baisse de 15% des tarifs au 1/01/2012. Il vont donc être compris entre 18 et 24,5c€/kWh. -les tarifs rabotés francais qui viennnet d’être publiés ( pour les installations < 36kW) sont entre 24,8 et 40,6. Et ce malgré un productible moyen plus élevé en France car on a quand même un peu plus de soleil. Alors NKM criminelle…..

    Sicetaitsimple
    Invité

    Reportons nous il y a un an et comparons les résultats à la feuille de route du Grenelle que nous rappelais Dan1 et qui prévoyait 748MW installés fin 2011. On vient de dépasser les 2000MW au 30/09/2011 ( 1943 en métropole et quelques dizaines dans les DOM). NKM criminelle ou pour une fois un état qui pilote à peu près un système qui peut totalement déraper et couter très cher au consommateur (en général, que ce soit des particuliers ou des industriels) en mettant suffisament le système en tension pour que les marges indues et les effets d’aubaine soient limités?

    Sicetaitsimple
    Invité
    je redonne la feuille de route rappelée par Dan1: « Maintenant, je vais donner les objectifs année par année : 2010 = 504 MW 2011 = 778 MW (+ 274 MW) 2012 = 1 080 MW (+ 302 MW) 2013 = 1 402 MW (+ 322 MW) 2014 = 1 752 MW (+ 350 MW) 2015 = 2 151 MW (+ 399 MW) 2016 = 2 597 MW (+ 446 MW) 2017 = 3 091 MW (+ 494 MW) 2018 = 3 632 MW (+ 541 MW) 2019 = 4 222 MW (+ 590 MW) 2020 = 4 860 MW (+… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Merci Sicetaitsimple de rappeler la fameuse feuille de route qui a été allègrement piétinée. Nous sommes actuellement en passe d’atteindre l’objectif de 2015 en 2011 ! Voilà ce que devrait connaître tout citoyen (c’est un rappel) : Je pense que ce dossier très bien fait se passe de commentaire. La CRE indique clairement que les engagements liés à la CSPE ne sont pas aujourd’hui totalement couvert. Elle indique par ailleurs : « Ainsi, les charges dues au photovoltaïque devraient représenter 30 % des charges au titre de 2011, soit environ 1 milliard d’euros : 915 M en métropole continentale et 83… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    You are welcome. Si on voulait refaire un historique de ce qui c’est dit sur Enerzine sur le PV depuis deux ans, je pense qu’il y aurait quelques perles à souligner: – la compétitivité des producteurs de matériel européen ( notamment Norvégiens,suivez mon regard, le même nous expliquant il y a deux ou trois jours que l’écroulement du Norvégien en question était bien normal…) vis-à-vis de leurs compétiteurs chinois. Résultat, l’ensemble ou quasiment des boites européennes sont en train de fermer leurs unités de production en Europe. – le choeur des pleureuses mené par Enerplan, avec quelques moments savoureux (… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Je n’ai rien contre le PV, quand les coûts auront été réduits de 50% comme il nous est promis il sera bien temps de lacher la bride, et là nos voisins Espagols, Allemands et Italiens nous ont prouvé qu’un rythme d’installation de plusieurs milliers de MW par an était tout à fait possible, il n’y a donc pas d’urgence. En attendant, que l’Etat maitrise l’affaire me parait judicieux.

    Lionel_fr
    Invité
    ben pour une fois je suis d’accord là Le tarif de rachat dégressif accompagne logiquement le soutien à la filière PV. Il permet aux fabricants de réduire leur prix et accroitre leur volume, il est parfaitement normal et souhaitable que le tarif de rachat baisse une fois que le prix des panneaux baisse. Merci à l’europe d’avoir su financer le saut technologique en passant par les mecanismes de marché. Elle mérite un bisou sur la joue chère vieille europe. En l’occurence , Angela aura le bisou et Nicolas les reproches conjugués des pro PV et des anti PV … c’est… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    de la part de Hue Jintao à Angela, ca doit bien le faire rigoler Hue que l’Europe mais surtout l’Allemagne dépense des milliards depuis plusieurs années pour financer l’industrie chinoise du PV (par ailleurs largement aidée par ses propres banques, il est clair que la compétition est largement faussée).

    Lionel_fr
    Invité
    Pauvre M Simple. Vous auriez tellement voulu avoir l’honneur de manipuler des palettes de panneaux dans un hangar 12 heures par jour, 6 jours par semaine pour un salaire faramineux de 250€/bruts Je compatis à votre chagrin Une carrière aussi palpitante. Je dis ça complètement au pif , en fait , je serais curieux de connaitre la fabrication des panneaux. Savoir pourquoi la chine est incontournable sur une production aussi mécanisée. Je peux comprendre quand les lignes de fab emploient 400 000 personnes comme pour les smartphones mais les panneaux sont surtout une question de grosses machines outil. Domaine dans… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Excusez moi, mon pauvre esprit ne comprends pas ce que vous voulez dire avec vos 12h/j et 250€ bruts…..Vous avez donc bien raison de dire Pauvre M. Simple. Savoir pourquoi la Chine est incontournable, cherchez donc, demandez à ceux qui savent dont Chelya, je n’en sais rien, il y a des « spécialistes » du PV sur ce forum. C’est juste un constat, M. 3M.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Vous pouvez en trouver bien d’autres, mais en voilà un, qui concerne quand même un leader::

    airsol
    Invité
    « elle ne créera dans l’avenir aucun emploi de production en Europe » on parie? la feuille de route est une feuille minimale, il est incorrect de laisser entendre qu’il s’agissait d’un ojectif maximal. Le problème étant le financement, il aurait été plus judicieux de cibler un montant maximal annuel plutôt qu’un volume Avec cette feuille de route, la part du PV ne dépasserai pas 2% de la production electrique en 2020 Il est tout a fait souhaitable que cette part soit plus grande, en encourageant les entreprises françaises Avec par exemple, un protectionnisme genre « vous voulez vendre chez nous? installez donc… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    J’ai bien parlé de production, l’assemblage est un autre domaine sur lequel on peut discuter, même si je ne suis pas très optimiste. On verra…. Que les chiffres dépassent la feuille de route du Grenelle, personne n’en doute, c’est déjà le cas et vous aurez remarqué que c’était déjà mon avis il y a un an. Sur le « vous voulez vendre chez nous, produisez chez nous », je n’ai pas de problème, mais rappelez vous les usines de magnétoscopes et autres.. Ca a un temps,ca coute cher en subventions, et ça se finit généralement mal.Ca peut marcher si on ne raconte… Lire plus »
    airsol
    Invité

    C’est marrant que la chute du prix du kWh photovoltaîque ne soit pas salué comme il se doit. Après tout, le but des subventions, c’est aussi ça? Ce qui fait le plus de mal aujourd’hui sur le marché des particuliers, c’est bien la crise de confiance engendrée par un revirement du discours gouvernemental illustré par un moratoire qui a été pris pour une « fin des aides au secteur »

    Licht und sun
    Invité

    oui mais a la difference qu ici en allemagne pas d appel d offre pour les plus de 100 kw,pas de pdf au prix prohibitif et surtout pas de liste d attente

    De passage
    Invité

    au lieu « d’électricité photovoltïque » parlons de « pognon photovoltaïque » permettant aux riches au soleil de piquer le frix des autres par le biais de la très vertueuse CSPE

    Lionel_fr
    Invité
    Je salue la baisse du prix de panneaux ! N’ayant aucun intéret direct dans cette industrie , ça m’est d’autant plus facile. Les tarif de rachat ont fonctionné et ils ont permis à l’industrie PV de baisser ses prix et augmenter ses volumes. Mission accomplie. Et ce j’est qu’un début. Maintenant, les problèmes de la filière française sont directement liés à la gestion de cette déflation et je reconnais que ça ne rend pas les choses faciles. Faire un devis en Mai qui devient complètement faux en septembre, acheter en volume des panneaux qui perdent 10% de leur valeur marchande… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Vous avez raison, il fait noir la nuit, vous êtes notre grand savant! Et j’ajouterais si vous me le permettez que la nuit est longue en hiver, et que le soleil est également bas en hiver. Alors, croisssance logarithmique ou exponentielle? Et surtout jusqu’où? Pour la France, en supposant (c’est un exemple) 50 à 60GW installés qui produiraient la totalité de l’electricité necessaire un jour d’été en milieu de journée, ceux ci produiraient sur l’année environ 10% de la consommation intérieure. On fait quoi pour les 90% qui restent? Ah oui, j’oubliais, le stockage intersaisonnier….

    Sicetaitsimple
    Invité

    Bon, on va attendre, mais j’ai l’impression que le constat ci-dessus (l’hypothèse, plutôt, car il faudrait déjà savoir gérer une production de 50 ou 60GW de solaire dans un réseau qui n’en consomme pas plus) n’amène pas de réponse immédiate….

    renewable
    Invité

    bah avec 10% de PV, 20% d’éolien, 12% d’hydro et 8% de biomasse/biogaz/energies marines on a déjà 50% d’ENR sans dépasser le quotas de 30% d’ENR variables. Quotas indiqué par RTE dans les DOM-TOM ou n’existent pas les interconnexions. Reste 10% de thermique et 40% de nucléaire. Si on veut aller au dela et sortir du nucléaire il faut prévoir davantage de connexions, du stockage en STPE, plus de Biomasse/biogaz/energies marines pour compenser une hausse additionnelle d’éolien et de solaire.

    Sicetaitsimple
    Invité
    fastoche! Et comment on gère déjà les 50% dont vous nous parlez? Si vous voulez faire 10% (en energie sur l’année) en PV, il vous faut arréter tout le reste ( y compris l’éolien, la biomasse, les energies marines, l’hydraulique fil de l’eau,..) en été vers le milieu de journée car la puissance PV dépasse alors déjà les besoins. Même chose si voulez faire 20% d’éolien (en energie), le jour ou ça souffle, on arrête tout le reste. 20% d’éolien c’est environ 100TWh, soit environ 50GW installés. Et comme nos voisins sont bien meilleurs que nous en renouvelables , inutile… Lire plus »
    renewable
    Invité
    Avec 50GW d’éolien ça ne tourne jamais à plus de 80%, et quand ça dépasse 50% c’est suffisament rare pour pouvoir peremttre des effacements. Le solaire peut faire 10% (50TWh au max car l’été on ne descend pas en dessous de 50 000MW et avec 50 000MW installés en solaire on ne va jamais aller au dela de 40 000MW qui tournent à fond, on peut également assumer des effacements. Par contre oui ça suppose de couper presque tout le nucléaire, l’hydraulique à 0, et de couper de l’éolien entre 10H et 17H l’été. Ou alors den profiter pour faire… Lire plus »
    wpDiscuz