Enerzine

Des Véhicules Electriques à Hydrogène testés à Marcoussis

Partagez l'article

Air Liquide, le spécialiste français de référence des gaz industriels, en coopération avec plusieurs sociétés a organisé les premiers tests en France d’une dizaine de Véhicules Electriques à Hydrogène sur le circuit de Marcoussis, près de Paris.

Certains pays en Europe et dans d’autres régions du monde ont déjà commencé à investir dans les infrastructures pour permettre aux Véhicules Electriques à Hydrogène de circuler librement. Selon Air Liquide, "cette technologie, qui a désormais atteint sa maturité, apporte une réponse supplémentaire aux enjeux énergétiques et environnementaux des transports."

Cet évènement inédit a permis aux différents acteurs de la filière des Véhicules Electriques à Hydrogène (VEH) d’échanger sur l’intégration de ces véhicules dans la mobilité durable en France et de leur contribution à la compétitivité de l’industrie.

Lors de cet événement, ont été présentés 12 véhicules, une station de distribution d’hydrogène bi-pression (350 et 700 bar) conçue et développée par Air Liquide, qui permet aux véhicules de faire le plein lors de ces essais, ainsi qu’une pile à combustible Axane** destinée à l’alimentation d’un ballon éclairant.

La liste des modèles VEH engagés :

  • Daimler-Mercedes (2 Class B Fuel Cell)
  • Honda (2 FCX Clarity)
  • Hyundai (2 ix35 FCEV)
  • Intelligenz Energy (1 Taxi Zero emission – modèle destiné aux JO de Londres, 1 Scooter Suzuki Burgman Fuel Cell)
  • GM-Opel (2 HydroGen4),
  • Peugeot 1 307 coupé cabriolet projet FiSyPAC,
  • Toyota 1 FCHV-adv Hydrogen

En matière de mobilité, la recherche de nouvelles solutions énergétiques conduit à un véritable changement de paradigme : une seule énergie ne répondra pas à l’ensemble des besoins comme le fait aujourd’hui le pétrole. Il s’agit de définir un nouveau mix énergétique et l’hydrogène-énergie en fait partie.

S’ils ne peuvent prétendre répondre à l’ensemble des besoins de mobilité, les Véhicules Electriques à Hydrogène (VHE) et la technologie PAC sont particulièrement performants pour les parcours longue distance qui représentent aujourd’hui 75% des émissions de CO2 du secteur des transports.

L’hydrogène constitue un vecteur énergétique particulièrement efficace : à distance parcourue égale, les VEH permettent, « du puits à la roue », une diminution de l’ordre de 20% des émissions de GES par rapport aux véhicules à combustion. Aujourd’hui, 95% de l’hydrogène produit l’est à partir de gaz naturel.

Avec Blue Hydrogen, Air Liquide s’oriente vers une décarbonisation progressive de sa production d’hydrogène dédié aux applications énergétiques.

Concrètement, Air Liquide s’engage d’ici à 2020, à produire l’hydrogène nécessaire à ces applications sans rejet de CO2 en combinant :

• l’utilisation des énergies renouvelables, l’électrolyse de l’eau et le reformage de biogaz.
• l’usage des techniques de captage et stockage CO2 du émis lors de la production d’hydrogène à partir de gaz naturel


** Axane est une filiale d’Air liquide dédiée au développement des piles à combustible.

[ Vidéo ] – Véhicules à hydrogène


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    4 Commentaires sur "Des Véhicules Electriques à Hydrogène testés à Marcoussis"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Lionel_fr
    Invité
    Je ne comprends pas ce qui conduit systématiquement les acteurs à favoriser le reformage plutôt que l’électrolyse. Pourquoi investir dans une technologie qui va à contre courant de toutes les projections à court terme? La R&D sur l’electrolyse serait elle black-listée en France? Je comprends qu’une voiture stocke du CH4 plutôt que de l’H2 si le reformage est effectué juste avant l’injection dans la pile. Mais là on a un reformeur en station fixe qui fournit de l’H2 compressé dans un réservoir embarqué. Cela me semble complètement aberrant. Le gain de 20% de GES en moins par rapport au moteur… Lire plus »
    zelectron
    Invité

    Je suis de votre avis des liens ?

    ecoenergie
    Invité
    Revenir a la physique ; Obtenir de l’hydrogène propre demande de l’energie, rendement de l’electrolyse 70% au jourd’hui 85% (?) demain. Comprimmer l’hydrogène a 700 bars demande beaucoup d’énergie perdue dans le compresseur rendement estimé 70%, transformer l’hydogène en electricite dans la PAC adaptée aux vehicule demande encore beaucoup d’energie rendement 50% Recuperer l’energie cinetique du vehicule en hydrogène comprime c’est à priori trop complexe. Comparer au tout electrique ou le rendement des batteries modernes avoisine (charge et decherge) plus de 90% et ou le chargeur de batterie a un rendement de 98% Celà explique qu’en partant de l’élecricité comme… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    les rendements que vous citez ne relèvent pas vraiment de la physique bien que vos chiffres soient une bonne base de travail. Il n’y a pas vraiment de rendement « intrinsèque » de l’électrolyse en pourcentage et on peut dépasser 90% au prix d’une installation complexe il est vrai. La température ambiante joue un rôle puisque elle constitue une bonne part de l’énergie necessaire à dissocier les molécules d’eau. Cela dit cette chasse au rendement n’a de sens que dans une économie de l’H2 très développée. Pour un démonstrateur , on peut se contenter de 70% qui reste un rendement intéressant. L’usage… Lire plus »
    wpDiscuz