Deux centres énergétiques nécessaires pour alimenter les JO de Londres

Situés dans les quartiers de Londres de Stratford City et Kings Yard, 2 nouveaux centres énergétiques ont été conçus afin de générer 10 mégawatts (MW) d’électricité, de chauffage et de refroidissement pour les Jeux Olympiques 2012 de Londres ainsi que pour les zones résidentielles et les entreprises de l’est de Londres après la fin des jeux.

Trois des unités de cogénération alimentent actuellement les centres énergétiques et génèrent ainsi une électricité équivalente à la quantité utilisée par 24 000 foyers moyens au Royaume-Uni.

L’initiative « centre énergétique » est une pierre angulaire du plan Londres 2012 visant à accroître l’utilisation d’énergie alternative, la conservation de l’eau et le recyclage afin de minimiser l’impact environnemental des JO. L’Olympic Delivery Authority de Londres (ODA) a construit ces installations pour aider à atteindre son objectif de réduction de 20% des émissions de carbone, tout en répondant aux besoins en électricité de la ville qui sont susceptibles de monter en flèche.

Les centres énergétiques sont conçus pour fonctionner dans un mode de production combinée de froid, chaleur et électricité – ou « tri-génération » – afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone. L’eau refroidie est générée par des refroidisseurs à absorption utilisant la chaleur à haute température présente dans les gaz d’échappements de l’unité. Les technologies de production de chaleur-électricité combinées (CHP) sont plus efficaces que l’utilisation de systèmes d’énergie électriques et thermiques séparés et contribuent ainsi à réduire les émissions provenant de la génération d’énergie. Le recours à cette technologie permet d’économiser environ 13,000 tonnes de CO2. Ce montant de réduction d’émissions de gaz à effet de serre équivaut aux émissions annuelles en CO2 émises par environ 6.500 passagers de voitures en Europe.

« Nos centres énergétiques alimentés par les moteurs à gaz de GE ne sont pas seulement cruciaux pour le succès des Jeux Olympiques de Londres 2012 mais aussi essentiels dans la perspective de créer un environnement plus durable pour les entreprises et les habitations dans l’ensemble de la ville et ce, bien après la fin des JO », a déclaré Simon Wright, Directeur des infrastructures et des services publics au sein de l’ODA. « Nous estimons que les centres énergétiques de Stratford City et Kings Yard pourront soutenir le futur développement commercial à l’Est de Londres pendant au moins 40 ans ».

Deux centres énergétiques nécessaires pour alimenter les JO de Londres

Le premier centre énergétique, incluant deux des modules de cogénération au gaz naturel J620 de GE, est situé dans la zone de développement de Stratford City et soutiendra plusieurs activités du Parc Olympique ainsi que le réaménagement commercial de l’Est londonien.

Le second centre énergétique, situé à Kings Yard à l’extrémité Ouest du Parc Olympique, dispose d’un système de cogénération J620 qui produira de l’énergie thermique pour les piscines du centre aquatique et pour d’autres lieux à travers le réseau de chauffage urbain du Parc Olympique. L’installation de Kings Yard produira également de l’énergie électrique et thermique pour d’autres lieux de compétition, maisons et bâtiments situés dans la zone. Les deux centres énergétiques seront équipés de chaudières qui utiliseront du gaz naturel comme matière première pour produire la chaleur supplémentaire nécessaire pour répondre aux demandes de pointe. L’installation de Kings Yard comprendra aussi une chaudière 3-MW qui sera alimentée avec des copeaux de bois de type biomasse pour produire de la chaleur supplémentaire durant l’hiver.

Les autres technologies clefs de GE en matière de conservation d’énergie et d’eau soutiennent les objectifs de durabilité des JO. Par exemple, l’équipe Digital Energy de GE, basée au Royaume-Uni à Leicester, offre un niveau supplémentaire de sécurité énergétique en fournissant des services et équipements d’alimentation sans interruption (UPS) pour aider à maintenir les approvisionnements en électricité pour les systèmes vitaux. Dans le cas d’une perturbation du réseau, la technologie UPS de GE passera à la batterie d’alimentation de secours pour que le bon déroulement des JO continue jusqu’à ce que l’électricité soit rétablie.

ChargePoint Services a aussi installé 120 bornes de recharge Durastation de GE pour une flotte de 200 véhicules électriques BMW et MINI (EVs) qui transporteront les athlètes et les équipes officielles entre les sites. Après la fin des JO, les unités Durastation feront partie intégrante du parc de bornes de recharge pour véhicules électriques de Londres.

Partagez l'article

 



Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
ecoenergie
Invité
ecoenergie

Que de justifications pour demontrer que cette nouvelle centrale economiserait du CO2 alors que sa construction entrainée par les jeux olympiques entraine une augmentation des emissions de C02. C’est une centrale a Gaz donc emettant du CO2 moins efficace qu’une centrale a cycle combinée

Pastilleverte
Invité
Pastilleverte

la tri-génération, et après, si possible, hors « fossiles »

Guydegif(91)
Invité
Guydegif(91)

OK, qqs Bonnes IDs: co-génération élec+Chaleur, tri-génération, stations de recharge pour VE….. Comme l’évoque Ecoenergie, ce qu’on déplore en non-mentionné dans l’article ou tout bonnement pas utilisé: centrales à cycle combiné càd gaz et vapeur donnant un rendement global > 60%. D’autant que GE sait faire: FlexEfficiency ! Au lieu des J620, c’est ça qu’il eût fallu faire ! Tough Luck ! Dommage ! A+ Salutations Guydegif(91)