D’ici 2017, la RATP va remplacer 250.000 points lumineux par des LED

La RATP a annoncé hier le lancement d’un vaste programme étalé sur 4 ans dont l’objectif est de remplacer et de recycler 250.000 points lumineux répartis sur un million de m2 dans ses 303 stations de métro et 66 gares de RER.

A l’issue de ce programme, le réseau RATP sera le premier réseau historique de cette ampleur à être intégralement équipé de LED dans ses espaces voyageurs. L’entreprise a en effet décidé de remplacer par 50 millions de LED, les 250.000 points lumineux à lampes conventionnelles de ses 369 stations et gares, dont 300 km de quais et de couloirs, soit plus que l’éclairage public de Los Angeles.

Dès 2009, la RATP a testé la technologie d’éclairage à LED sur plusieurs de ses stations de métro, gares de RER et sites industriels. Ces tests, en grandeur nature, ont permis de valider cette technologie sur la base d’enquêtes voyageurs et d’études ou de mesures techniques approfondies. Les résultats de l’expérimentation sur la station Censier Daubenton, ont montré une économie d’énergie pour le poste éclairage de 65% et un gain d’équivalent CO2 de 15 tonnes. Une enquête « qualité » a révélé que 92% des voyageurs n’ont pas constaté d’impact ou de baisse de la qualité de l’éclairage dans cette station.

Pour l’éclairage d’une station de métro comme Censier-Daubenton (ligne 7) :

  • En 2009, avant relamping LED, 30 000 Wh,
  • En 2013, après relamping LED, 10 000 Wh,
  • En 2025, avec l’évolution de la technologie LED, on peut imaginer encore diviser par 2, soit 5 000 Wh.

Pour l’éclairage d’une gare de RER :

  • En 2009, avant relamping LED, 75 000 Wh,
  • En 2013, après relamping LED, 30 000 Wh,
  • En 2025, avec l’évolution de la technologie LED, on peut imaginer encore diviser par 2, soit 15 000 Wh.

Réalisée de nuit et en dehors du service voyageurs, cette opération reste entièrement financée par la RATP. Elle va permettre de remplacer l’ensemble des lampes ou ampoules et tubes fluorescents conventionnels par des lampes à LED, sans modification de l’installation. Une centaine de stations et de gares seront équipées chaque année jusqu’en 201. La première station à bénéficier de cette nouvelle technologie à LED est la station Franklin D.Roosevelt (lignes 1 et 9 du métro parisien).

D’ici fin 2013, la majorité des stations des lignes 2, 4, 6 et 14 seront entièrement éclairées à LED ainsi que les gares RER de la ligne A entre Vincennes et Marne-la-Vallée-Chessy et les gares du RER B entre Palaiseau et Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Une centaine de stations et de gares seront ensuite équipées chaque année jusqu’en 2017.

Le coût global à moyen terme divisé par trois

Le coût global inclut le prix d’achat, le coût de l’énergie nécessaire au fonctionnement, la maintenance corrective et la maintenance préventive. A moyen terme, ce coût sera divisé par trois grâce aux économies réalisées sur la consommation d’électricité, la maintenance et le remplacement des matériels.

La consommation d’énergie électrique des espaces de transport représente environ 12% de la consommation énergétique globale de la RATP et 19% de sa consommation électrique. Le changement de l’ensemble des sources lumineuses traditionnelles par des LED va permettre une réduction de 50% de la consommation d’énergie nécessaire à l’éclairage des espaces voyageurs du métro et du RER (soit la consommation totale d’une ligne de métro) et réduira d’autant les émissions de gaz à effet de serre associées.

Pour les réseaux métro et RER, la réduction de la consommation d’énergie nécessaire à l’éclairage représente plus de 77 GWh et des émissions évitées de l’ordre de 6.000 tonnes équivalent CO2/an pour le seul réseau du métro.

Autre intérêt du déploiement de cette technologie aux diodes électroluminescentes, sa qualité d’éclairage et sa longévité exceptionnelle par rapport à un éclairage traditionnel. Une longévité qui permet notamment de réduire les coûts de maintenance, de sécuriser les approvisionnements et de réduire le nombre de références.

Cette opération aura aussi pour conséquence d’espacer les opérations de maintenance courante et de remplacement, d’où une réduction importante des déchets. Actuellement, le « pas de maintenance » du remplacement des tubes fluorescents est de deux ans, celui des LED sera de 5 à 15 ans.

Les bénéfices des LED sont multiples : "les LED sont recyclées comme un composant électronique, elles n’émettent que très peu de chaleur, elles sont insensibles aux chocs et aux vibrations et elles s’allument immédiatement. Enfin un système innovant a permis de conserver les équipements déjà en place pour leur permettre de fonctionner avec des tubes à LED standard."

Un marché de 11 ME sur 48 mois

Suite à un appel d’offres européen, lancé en juin 2012, la RATP a confié au groupement Philips/Step et à la société Soitec le marché d’éclairage à LED pour ses stations de métro et ses gares de RER, en février 2013. Un marché, d’un montant de 11 ME sur 48 mois, divisé en six lots, dont cinq ont été remportés par Philips associé à Step au sein d’un groupement, et un par l’entreprise française Soitec.

La RATP a confié le recyclage de l’ensemble de ses anciennes sources lumineuses à l’éco-organisme agréé Récylum. Pendant les quatre années de ce programme, 35 tonnes de lampes seront recyclées à plus de 90% de leur poids, permettant de récupérer 31 tonnes de verre, 1,8 tonne de métaux et 100 kilos de terres rares. Les nouvelles lampes à LED seront aussi recyclées, au fur et à mesure qu’elles arriveront en fin de vie.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "D’ici 2017, la RATP va remplacer 250.000 points lumineux par des LED"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
cezorb
Invité

Le bilan carbone de la RATP serait encore meilleur en remplaçant les écrans de pub télé (4000 kWh/an par unité hors bilan de leur fabrication) par des affiches papier…

Dupond
Invité

Les LED vont permettre d’avoir encore plus d’écrans de pub dans les couloirs de métro sans avoir à se soucier des puissances électriques à faire croitre… De plus, les recettes publicitaires supplémentaires sont nettes de frais de personnels (pour coller les affiches). Relisez “Fahrenheit 451” : on y arrive !

Tibo
Invité

Merci de remplacer W/h par Wh !!!

climax1891
Invité

Dans le monde, l’éclairage a consommé 3 418 TWh en 2005. Selon une étude de l’Agence internationale de l’énergie, le potentiel d’économie est de 2 217 TWh par an, soit 5 fois la consommation française d’électricité. Cette simulation est réalisée avec des lampes fluocompactes ayant un rendement lumineux de 60 lm/W. Donc, avec demain des LED ayant un rendement lumineux supérieur à 120 lm/W, le potentiel d’économie sera encore plus élevé. Source : World Electricity Consumption for Lighting by Sector and Potential Electricity Savings, 2005

wpDiscuz