Difficultés en hausse dans les centrales françaises

Début avril 2008, l’ASN avait présenté à l’Assemblée nationale et au Sénat son rapport sur l’Etat de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2007, rédigé en partenariat avec l’IRSN.

Ce rapport présentait notamment l’appréciation générale de l’ASN sur les performances d’EDF en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et d’environnement, ainsi que son appréciation site par site. Dans ce cadre, l’IRSN a ainsi réalisé, pour le compte de l’ASN, des expertises sur les incidents significatifs. Elle en publie aujourd’hui les résultats.

L’appréciation de l’IRSN sur la sûreté du parc nucléaire français a été établie à partir d’une analyse des informations transmises par les exploitants et d’études menées en propre. Elle s’organise autour des points suivants : tout d’abord, l’examen global de l’année 2007 confirme qu’aucun évènement grave pour la sûreté ne s’est produit.

Ce résultat positif est nuancé par la persistance – voire l’augmentation – d’évènements significatifs pour la sûreté ayant essentiellement pour cause le facteur humain, les aspects organisationnels et les défauts de rigueur d’exploitation.

Dans le cadre de son appui technique à l’Autorité de sûreté nucléaire, l’IRSN assure qu’elle suivra avec attention les démarches collectives engagées par EDF dans ces domaines. Par ailleurs, l’anomalie générique découverte sur le parc, relative au colmatage du circuit secondaire des générateurs de vapeur, a été examinée de près par l’IRSN et a conduit à l’adoption de mesures spécifiques par EDF, du fait de l’impact potentiel de ce phénomène sur la sûreté.

Enfin, l’IRSN souligne la mise en œuvre, en 2007, de mesures significatives de renforcement de la sûreté telles que l’implantation de recombineurs d’hydrogène (1) sur l’ensemble des réacteurs ou l’adoption d’un plan de renforcement de la protection des centrales contre le risque d’inondation.

L’évolution de l’exploitation du parc est également caractérisée par la mise en place de deux nouvelles gestions de combustible, que l’IRSN a analysées de manière détaillée au plan de la sûreté.

Synthèse du rapport

Un accroissement des aléas et des difficultés d’exploitation dans les centrales. Telle est la grande tendance que constate l’IRSN depuis quelques années et qui se confirme en 2007. Si la bonne réactivité des exploitants permet d’en atténuer l’impact sur la sûreté, celle-ci a néanmoins ses limites.

Un nombre d’événements significatifs pour la sûreté en augmentation depuis plusieurs années Environ 650 événements significatifs pour la sûreté (ESS) ont été déclarés sur le parc en 2007 (soit en moyenne 11,2 ESS par réacteur). Ce nombre annuel d’événements significatifs pour la sûreté est en constante augmentation.

Cette hausse est due à la concomitance de plusieurs effets :

une évolution des critères de déclaration, une meilleure capacité des exploitants à détecter les écarts, mais aussi l’émergence de certaines difficultés dans l’exploitation des tranches.

L’IRSN note néanmoins que le nombre d’évènements classés dans l’échelle internationale INES a diminué par rapport à 2006 (55 ESS de niveau 1 en 2007 contre 72 en 2006).

S’il n’est pas survenu en 2007 d’incident qui aurait pu affecter gravement la sûreté des réacteurs et entraîner des conséquences inacceptables pour le personnel, la population et l’environnement, l’examen de ces événements met toutefois en évidence un accroissement des aléas et des difficultés dans l’exploitation des centrales, tendance apparue depuis deux à trois ans et qui se confirme en 2007.

Si cette tendance concerne globalement l’ensemble du parc électronucléaire français, l’IRSN observe néanmoins une disparité, parfois importante, entre les centrales.

> Télécharger le rapport « Le point de vue de l’IRSN sur la sûreté et la radioprotection du parc électronucléaire français en 2007 »

(1) Equipements destinés à réduire le risque d’explosion lié à l’émission d’hydrogène dans l’enceinte de confinement en situation accidentelle.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Difficultés en hausse dans les centrales françaises"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité
Bravo à l’IRSN et l’ASN pour leur vigilance dans la surveillance des 58 tranches du parc NUC français et du rappel à l’ordre et à la correction de l’opérateur EDF et associés.Nous avons une vraie chance d’avoir des organismes de cette nature et de cette pertinence et intégrité. Bravo à eux et à ceux qui leurs permettent d’exister !Keep going, Mesdames & Messieurs ! Ouvrez l’oeil et tirer la sonnette d’alarme qd il le faut et qd des actions et réactions s’imposent ! Question: où en est Tricastin et son lot d’anomalies détectées en 2008 ? Corrections faites? Pollueurs / Payeurs… Lire plus »
Geocari
Invité

Il est indispensable que les autorités de sûreté soient totalement indépendantes des pouvoirs en place. Il serait aussi utile que de telles autorités indépendantes et transparentes) de sûreté existent dans d’autres domaines industriels (chimique, biologique etc.) ou alimentaires (l’AFSA est elle assez indépendante?) .Saluons aussi l’initiative européenne d’une Directive de Sûreté qui va, sous présidence Francaise, instaurer un cadre légal de sûreté imposant par la loi les meilleurs niveaux possibles.

wpDiscuz