DisaSolar devient « entreprise innovante » certifiée, Oséo

Une PME française spécialisée dans le domaine des panneaux et films photovoltaïques flexibles destinés à la production d’énergie électrique, annonce sa certification « entreprise innovante » par Oséo.

L’entreprise DisaSolar a indiqué hier vouloir se préparer à devenir "l’un des leaders mondiaux de la fabrication de panneaux solaires organiques souples par impression ou photovoltaïque de 3ème génération."

La qualification « entreprise innovante » permet en effet l’ouverture aux FCPI (Fonds communs de placement dans l’innovation) qui ont pour obligation d’investir au moins 60% de leur actif dans des PME qui satisfont à des critères d’éligibilité et sont innovantes. Elle permet aussi de bénéficier de la mesure de l’article 26 de la Loi de Modernisation de l’Economie du 4 août 2008 qui vise à favoriser l’accès des PME aux marchés publics de haute technologie, de R&D et d’études technologiques.

La PME française fédère déjà autour d’elle de nombreux laboratoires de recherche français, européens et internationaux : Le CEA/INES, le CNRS/XLIM, laboratoires publics de recherche français, le Holst Centre, aux Pays-Bas, et la Queens University au Canada comptent ainsi parmi les acteurs de sa R&D.

« DisaSolar est engagée depuis 2009 dans un ambitieux programme de recherche pour mettre au point le process industriel de fabrication du photovoltaïque organique par impression jet d’encre. En parallèle, nous continuons une activité de photovoltaïque de 2e génération, avec des panneaux souples et sur mesure, qui connaît déjà des succès industriels dans des domaines tels que les transports, le mobilier urbain, l’armement ou encore des applications dites mobiles » a commenté Stéphane Poughon, président de DisaSolar.

DisaSolar commercialise et installe des panneaux photovoltaïques flexibles « Thin films » dits de « 2e génération » tout en menant, en parallèle, le développement de panneaux de « 3e génération », ou photovoltaïque organique.

L’entreprise implantée à Limoges se prépare ainsi à devenir un spécialiste mondial de la fabrication de panneaux solaires organiques souples par impression, un procédé qu’elle développe en collaboration avec des laboratoires de recherche, français et à l’international, ainsi qu’avec la société Ceradrop, qui fabrique les imprimantes jet d’encre permettant de déposer les composants. DisaSolar s’appuie également sur les moyens techniques, logistiques et humains du groupement Disa / Megamark, spécialisé dans la communication hors media à travers l’impression de solutions graphiques.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz