Droits d’émissions : les bénéfices de la pollution

Selon un rapport du WWF, les producteurs d’électricité de 5 états européens récolteraient des bénéfices équivalents à plus de deux fois le PIB d’un pays comme la Slovénie au cours de la seconde phase du système européen d’échange de droits d’émission.

Selon les chiffres avancés par l’organisation, la combustion de charbon pour la production d’énergie en Europe rejette chaque année environ un milliard de tonnes de CO2, soit environ 20% des émissions européennes totales de gaz à effet de serre. De plus la part des centrales à charbon dans le secteur de l’énergie en Europe risque d’encore augmenter, estime le WWF.

Selon ce nouveau rapport, le système européen d’échange de droits d’émission continue à permettre aux centrales polluantes de gagner des milliards d’euros grâce à un système conçu à la base pour réduire les émissions de CO2.

"Des projets ont aujourd’hui été mis en place pour construire 40 nouvelles centrales à charbon en Europe au cours des 5 prochaines années", constate Sam Van den plas, spécialiste du climat au  WWF-Belgique

"Dans les ports d’Anvers et de Gand, des projets similaires ont également été mis sur pieds. De telles installations fonctionneront certainement encore pendant 50 ans et risquent  d’enfermer l’Europe et la Belgique dans une spirale d’augmentation constante des émissions de CO2". "Le secteur de l’énergie doit absolument assumer les coûts réels du carbone, sinon l’environnement s’en trouvera fortement endommagé."

Le WWF a demandé à Point Carbon, analyste des marchés du carbone, de mener une étude évaluant les profits potentiels que le secteur de l’énergie pourra enregistrer dans cinq états européens : le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la Pologne. Lors de la seconde phase du système d’échange (de 2008 à 2012), le secteur de l’énergie pourrait enregistrer des bénéfices pouvant atteindre 71 milliards d’euros.

Le système européen d’échange de droits d’émission est la directive centrale de l’Union européenne dans la lutte contre le changement climatique. Elle a été mise en place pour limiter les émissions causées par les industries les plus polluantes. Si les émissions produites par une entreprise faisant partie du système d’échange dépassent les niveaux agréés, elle devra faire face à de lourdes amendes si elle ne possède pas les permis d’émission suffisants pour compenser son dépassement. Les permis d’émission ont donc une valeur en carbone et en argent – chaque tonne de CO2 équivaut à un permis. Pourtant, explique le WWF, aujourd’hui l’Union européenne distribue tout à fait gratuitement la plupart de ces permis aux entreprises.

"Distribuer gratuitement des permis d’émission aux entreprises du secteur de l’énergie, c’est comme leur donner un bonus en cash. S’il n’y a pas suffisamment de concurrence au niveau international, elles répercutent la valeur des permis sur leurs clients," ajoute Sam Van den plas. "Des profits facilement gagnés et sans efforts… C’est scandaleux."

L’Union européenne est en train de négocier la façon dont les permis d’émission fonctionneront à partir de 2013. Si tout se passe bien, le secteur de l’énergie va devoir acheter l’entièreté des permis nécessaires à couvrir ses émissions. Selon le WWF, il est primordial qu’un des secteurs participant le plus au changement climatique prennent ses responsabilités face aux émissions qu’il provoque. La distribution gratuite de permis d’émettre au secteur de l’énergie ne doit plus être autorisée après 2012.

"Les revenus des ventes et des enchères des permis d’émission doivent être entièrement réinjectés dans la lutte contre le changement climatique aussi bien en Europe que dans les pays en développement," conclut Sam Van den plas.

 

Le rapport de PointCarbon pour le WWF (anglais, PDF)
Le résumé du WWF (anglais, PDF)

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz