Drone solaire : Boeing entre dans le projet Vulture

Le programme de démonstration Vulture II* du DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) vise à développer une technologie qui permet à un drone de voler à haute altitude pendant une période longue de cinq ans !

Dans sa deuxième phase de conception, le DARPA a attribué au constructeur aéronautique Boeing un contrat de 89 millions de dollars (soit 68,23 millions d’euros) pour concevoir d’ici 2014, un démonstrateur grandeur nature appelé "SolarEagle".

Le SolarEagle se matérialise par un avion solaire sans pilote imaginé pour réaliser des vols stationnaires à des altitudes stratosphériques pendant au moins cinq ans. L’avion qui intégre des moteurs électriques à hélice sera alimenté par des panneaux solaires installés sur ses ailes, d’une envergure de 120 mètres.

"C’est une tâche ardue, mais Boeing a développé des moteurs électriques à hélice d’une grande fiabilité qui seront en mesure de relever le défi demandé, à savoir : effectuer des opérations de communications longues durées, de renseignements, de surveillances et des missions de reconnaissance à partir d’altitudes dépassant les 60.000 pieds (soit 20.000 mètres)," a indiqué Pat O’Neil, reponsable du programme Vulture II chez Boeing.

Lors des premiers essais, le démonstrateur SolarEagle devra rester en altitude pendant au moins 30 jours. L’énergie solaire recupérée le jour sera stockée pour alimenter des piles à combustible générateurs d’électricité, la nuit.

Les fournisseurs clés du projet comprennent Versa Power Systems et QinetiQ, deux sociétés qui ont déjà fait leurs preuves dans la construction d’avions solaires.

* Vulture : vautour en français
DARPA : Agence pour les projets de recherche avancée de défense

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Drone solaire : Boeing entre dans le projet Vulture"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

battu (envergure de “seulement” 80m) Dans la mesure où l’engin doit rester en l’air 5 ans (!)ce n’est pas très génant… sauf quand même à trouver le terrain permettant le décollage. Reste à savoir si les économies de carburant seront compensées par le coût des (nombreuses) cellules, des batteries etc…

wpDiscuz