E.ON France : des mesures de départ volontaire aux 215 salariés

Le Comite Central d’Entreprise de la filiale française d’E.ON a présenté la semaine dernière le rapport d’expertise qu’il avait commanditée sur le projet de réorganisation de ses activités industrielles et sur le plan de départs volontaires associé.

D’après la société énergétique, cette présentation a permis "de répondre de manière détaillée aux très nombreuses questions posées par les représentants du personnel, afin d’offrir à chacun la possibilité d’avoir une parfaite compréhension des enjeux."

Le projet de réorganisation d’E.ON en France prévoit ainsi une fermeture échelonnée de la centrale d’Hornaing (59) en mars 2013 et de la centrale de Montceau-les-Mines (71) en mars 2014 et un report à l’horizon 2015 de la fermeture de deux petites unités sur les cinq que compte la centrale de Saint-Avold (57). Ce plan comprend également la conversion à la biomasse de l’une des deux unités qu’E.ON exploite sur la centrale de Gardanne (13).

E.ON a annoncé que des négociations étaient prêtes à être engagées entre les partenaires sociaux pour préciser ensemble les conséquences pratiques de ce projet, site par site. Pour éviter tout départ contraint, E.ON va proposer aux 215 salariés concernés des mesures de départ volontaire.

La direction d’E.ON, en France, indique qu’elle poursuivra 2 objectifs principaux.

L’un concerne l’adaptation de son outil industriel de production afin de répondre à des impératifs réglementaires, techniques et économiques. Par conséquent, E.ON précise que cela conduira à l’abandon d’un certain nombre d’unités de production aujourd’hui en fin de vie et par l’investissement dans de nouveaux projets d’avenir comme Provence 4 Biomasse. L’autre se doit de répondre au défi social qui accompagne cette adaptation avec "la mise en œuvre d’un plan de départs volontaires recourant à des mesures d’âge, à des mobilités entre sites et avec les autres entreprises du secteur des IEG, afin d’éviter tout départ contraint."

"La fermeture échelonnée des unités de production au charbon répond à des impératifs liés à la transition énergétique communs à tout le parc français de production au charbon, dont il est prévu qu’il compte 5 unités de production à l’horizon 2015, chacune de grande taille, contre 20 en service aujourd’hui" a enfin conclu E.ON.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz