Eclairage public : 1 français sur 5 juge que sa rue n’est pas assez éclairée

L’éclairage public est un poste de dépense important pour les mairies et représente en moyenne plus de 30% du budget des dépenses d’électricité des communes. Pourtant, un Français sur 5 estime n’être pas assez éclairé dans sa rue.

Pour les futurs maires, des marges de progrès existent tout en maîtrisant les deniers publics. Une majorité des Français estime qu’il faudrait surtout adapter l’éclairage à la vie des quartiers en fonction de l’heure et du jour (47%) et remplacer les luminaires existants par des éclairages moins consommateurs d’énergie (73%).

L’éclairage public est pour une écrasante majorité de Français (90%) un élément central contribuant à leur sécurité. L’enquête Harris Interactive pour SPIE révèle pourtant que 1 Français sur 5 estime que sa rue n’est pas assez éclairée.

Lorsque les Français sont interrogés sur l’éclairage public de l’ensemble de leur commune, plus d’un quart (26%) déclarent ne pas en être satisfaits. Ce sentiment d’insatisfaction est plus élevé chez les habitants des villes de 50.000 à 100.000 habitants (35%), chez les personnes habitant un appartement HLM (35%), et au sein des catégories populaires (30%). Seul 1 Français sur 10 (11%) fait part d’une très forte satisfaction de l’éclairage public de sa commune.

Consommations et dépenses excessives : principales nuisances de l’éclairage public

Première nuisance pour 45% des Français, la consommation d’énergie jugée trop importante (45%). Viennent ensuite les dépenses publiques perçues comme excessives dans ce domaine (34%) alors même qu’une très grande majorité (83%) sous-estime la part réelle du pourcentage de l’éclairage public dans les dépenses d’électricité des communes.

3 attentes majeures : développement durable, baisse des dépenses publiques et performance des équipements

Plus globalement, l’enquête révèle que pour 44% des Français, la question du développement durable n’est pas assez intégrée dans les décisions de leur équipe municipale. A l’avenir, plus d’un Français sur deux (54%) souhaite ainsi voir le développement durable davantage ainsi pris en compte. Les habitants des plus grandes villes françaises étant plus susceptibles d’exprimer ce souhait que les habitants des communes rurales (61% contre 49%). Conscients et extrêmement sensibles aux enjeux des finances publiques, près des trois-quarts des Français (73%) sont convaincus de la possibilité de concilier la prise en compte de l’environnement et la baisse des dépenses publiques. Pour l’éclairage public, l’amélioration de l’efficacité énergétique des luminaires constitue la solution privilégiée par toutes les catégories de répondants.

« On aurait pu penser que la nécessité de baisse des dépenses publiques entame sérieusement les exigences des Français en termes de développement durable, notamment dans leur environnement proche », a commenté Daniel Boscari, Animateur du Club Collectivités et Directeur du développement Collectivités territoriales de SPIE. « Au contraire, les exigences sont toujours bien présentes. Les Français estimant même qu’elles sont largement conciliables avec les politiques de contrôle des dépenses et l’installation d’équipements performants. Il semble que les actions de sensibilisation visant la baisse de la consommation énergétique des logements privés par l’installation d’équipements plus performants portent aussi leurs fruits dans les attentes de nos concitoyens dans le domaine public. »

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Eclairage public : 1 français sur 5 juge que sa rue n’est pas assez éclairée"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lucky_g
Invité

Est-ce que ça ne signifierait pas que 4/5 n’en étant pas insatisfaits, on peut les considérés satisfaits ? Enfin, 80% trouvent que leur rue est assez, voire trop, éclairée…

Pastilleverte
Invité

plus de 1/5 français estime payer trop d’impôts locaux, ça doit pas être les mêmes

Nature
Invité
Si ,en ville, on peut admettre la nécessité d’un éclairage efficace, rien ne montre que cette efficacité passe par une lumière accrue. La gendarmerie explique que la délinquance ne s’accroit pas avec le retour à la nuit. On le comprend les malfaiteurs aiment travailler tranquilles. S’ils se signalent par un éclairage inusité ,leur activité apparait plus distinctement . A la campagne , il en va de même ,et de plus on ne voit pas l’intérêt d’éclairer entre 23 H et 6 H. Personne ne sort . En revanche les équilibres naturels -vie des oiseaux ,des plantes et arbres -s’en trouvent… Lire plus »
Nature
Invité

Dans le département de la Loire , 107 communes sur un total de 327 ont mis en place l’extinction de l’éclairage public, en général de 23H30 à 5H30.

Ds
Invité

On a multiplié les obstacles à la circulation : rond-point, protection de passage clouté; de plus les trotoirs sont trés haut et en ciment gris. Dans le village voisin qui éteint son éclairage public, c’est vraiment devenu difficile de circuler après minuit. Comme d’habitude le problème est compliqué, et les réponses idéologico-simplistes ne conviennent pas.

phigoudi
Invité

Quand les lampadaires sont éteints, en milieu de nuit, ne peut-on les remplacer par des cataphotes ou autres systèmes réfléchissant la lumière des phares. Profitant de la réfection d’une rue, prévoir une led bleue entre chaque bordure de trottoir. Également sur les ilots, rond-points… Quant aux piétons qui se baladent à ces heures indues, c’est vraiment une minorité ; il n’est pas logique que la communauté paye un éclairage pour une infime minorité.

phigoudi
Invité

Quand les lampadaires sont éteints, en milieu de nuit, ne peut-on les remplacer par des cataphotes ou autres systèmes réfléchissant la lumière des phares. Profitant de la réfection d’une rue, prévoir une led bleue entre chaque bordure de trottoir. Également sur les ilots, rond-points… Quant aux piétons qui se baladent à ces heures indues, c’est vraiment une minorité ; il n’est pas logique que la communauté paye un éclairage pour une infime minorité.

trimtab
Invité

Détecteur de presence et même contrôle crepésculaire (pourquoi allumer autant une nuit de pleine lune ?)…et encore , cérise sur le gateau, si on veut boucler la boucle en ‘coupant du cordon’ du réseau…? De nombreuses exemple existent, donc en voilà un ‘tiré au hasard’ après un petit ‘google’ “éclairage publique avec détecteur de présence” Le beurre, l’argent du beurre (économies facture collective) et la lumière de la crémière seulement quand on a besoin….? Elementary dear Watson…? trimtab

wpDiscuz