EDF EN met en service 23 MW d’éolien dans l’Hérault

La filiale "énergie renouvelable" d’EDF a annoncé la mise en service d’un nouveau parc éolien à Fraïsse-sur-Agoût, dans l’Hérault, doté d’une puissance de 23 MW.

Ce parc est composé de 10 turbines d’une puissance unitaire de 2,3 MW. Alors que le développement et la réalisation ont été pris en charge par EDF EN France, l’exploitation et la maintenance seront assurées par Enercon et par EDF EN Services.

Atypique par son implantation, le parc est situé à 1.000 m d’altitude dans une zone très ventée. A plein régime, il devrait produire environ 90.000 MWh par an soit l’équivalent de la consommation électrique de 50 000 habitants.

Ce parc est le 44ème développé et réalisé par EDF Energies Nouvelles sur le territoire français depuis sa création.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "EDF EN met en service 23 MW d’éolien dans l’Hérault"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Temb
Invité

3910H de production pour ce parc, comme quoi la progression des modèles et leur implantation dans les zones ventées ça fait de très bon parcs pour le réseau.

Jpm2
Invité

bonjour Temb, quand vous écrivez “3910 heures”, je suppose que ça veut dire : une charge équivalente à 3910 heures à pleine puissance” (et donc le reste à puissance nulle) , sachant qu’en réalité il y a plus d’heures de production, mais pas toujours à pleine puissance? Si c’est bien ça, ça fait un facteur de charge de 3910/8760 = presque 45%, ce qui est effectivement remarquable pour de l’éolien onshore!

Temb
Invité
Oui effectivement, le parc va produire 75 à 90% du temps mais en cumulé heures à pleine puissance on arrive ici à 3910H soit un facteur de charge de 45%. Le type d’éolienne très performant dont il est ici question tourne à pleine puissance à 10m/s à hauteur de moyeu, cela correspond à environ 8m/s à hauteur météo france (10m) soit environ 28/29km/H de vent ce qui est relativement fréquent dans ce secteur. C’est le cas par exemple aujourd’hui et demain avec un vent qui va osciller entre 25 et 75km/h à 10m, du coup ce parc tournera à puissance… Lire plus »
zelectron
Invité

Il est toujours indécent de constater qu’EDF continue à renforcer son quasi monopole sur l’énergie, s’assurant ainsi un moyen de pression considérable sur les citoyens de notre pays. Sans oublier les augmentations de tarifs qui se préparent “psychologiquement” pour mieux tondre les ces mêmes usagers alors que les amortissements sont depuis longtemps réalisés, serait à dire que d’autres besoins non avouables existent quelque part ?

Sicetaitsimple
Invité
Performances interessantes en effet même si le coin est bien venté. Une question (à vous ou à d’autres): sur le site d’Enercon on voit que pour un même diamêtre de rotor ( je pense que dans le cas présent c’est 82m), la puissance max varie entre 2 et 3MW selon le modêle (E2 à E4). Est-ce que le rotor est le même dans tous les cas et que c’est la partie “electrique” qui est optimisée en fonction des conditions de vent (disons dans une optimisation coût/production annuelle, unes sorte “d’auto-curtailment”, on ne va pas chercher les derniers MWh disponibles), ou… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Tiens, comme Enerzine fait du ski, je vous signale la dernière mouture (fin 2012) du tableau de bord éolien/solaire:

Temb
Invité

Il s’agit ici d’adaptations en fonction des classes de vent (vitesse/linéarité), qui se traduisent par des courbes de puissances différentes implémentées dans le contrôle de ces éoliennes. Cela permet de mettre en face une génératirce plus ou moins grosse, et d’avoir 2MW pour un régime plus faible ou 3MW pour un régime plus fort. Mais je ne sais pas si je répond vraiment à votre question

Sicetaitsimple
Invité

Merci. Je pense que oui, ça répond.Reformulons: Pour un site donné, entre deux machines du même constructeur avec le même diamêtre,le rotor est le même (pâles,..), mais le contrôle (pitch,…) est adapté pour limiter la puissance mécanique à 2MW même si théoriqement celle-ci pourrait aller jusqu’à 3 en cas de vent fort. Ca limite donc le productible potentiel ( chaque fois que le vent permettrait de produire plus de 2MW), mais ça permet de ne pas “surdimensionner” toute la partie electrique pour des occurences faibles, et donc d’avoir un coût d’investissement plus faible. C’est ça?

Temb
Invité

C’est ça mais aussi un peu plus, les dimensions techniques de la génératrice sont plus faibles pour répondre à ces critères de classe de vent. En gros on ne pourrait pas prendre une éolienne de 2MW, la mettre sur un site plus venté et lui faire produire plus que 2MW.

Sicetaitsimple
Invité

OK, merci. J’en conclue qu’au delà de l’amélioration des performances intrinseques des machines ( rendement de récupération de l’énergie disponible du vent), l’amélioration des facteurs de charge ( energie produite/ (puissance nominalex8760)) est essentiellement liée à une optimisation du rapport energie récupérable /coût, qui favoriserait, au moins dans certaines conditions de vent, un abaissement de la puissance nominale. Ca me parait très bien au demeurant, mais j’avais juste qq problèmes à comprendre ces chiffres un peu hors normes précédentes.

wpDiscuz