EDF : une introduction à haut risque

Les institutionnels bouderaient-ils l’action EDF ? En effet, de nombreux gérants trouvent le prix d’introduction de 10 à 20% trop cher. Comparativement à ses concurrents européens le titre est jugé moins rentable avec un rendement de 3%, contre 4,7% pour la moyenne du secteur. En revanche vu le montant faramineux de sa future capitalisation boursière, l’action de l’électricien devrait rapidement entrer dans tous les indices européens, y compris l’indice phare du CAC 40.
Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz