EDF/SPE : La Belgique craint le duopole français

Lundi, EDF concrétisait un accord avec le groupe Centrica pour la prise de contrôle du fournisseur d’électricité belge SPE-Luminus. Par cette opération, EDF prend la place de n°2 en Belgique, le n°1 n’étant autre que GDF Suez, via sa filiale Electrabel. Une situation qui suscite de nombreuses réactions en Belgique.

La Libre Belgique estime que "les avis sont assez unanimes pour dire qu’EDF est en soi un meilleur actionnaire pour SPE que Centrica", "dans la mesure où il assurera une plus grande sécurité d’approvisionnement", écrit-elle. Ce n’est donc pas sur ce point que résident les inquiétudes, mais sur la présence de l’Etat français et la garantie de la concurrence. A eux deux, SPE et Electrabel représentent en effet 90% du secteur énergétique du pays. SPE -Luminus détient 1 700 MW de capacitésde production, via 21 sites de production. Soit 12% du marché belge et 1,5 million  de clients.

Dès lundi, le ministre belge en charge des entreprises a réclamé la menée d’une enquête auprès de la Commission européenne. Vincent Van Quickenborne demande que "la concurrence soit garantie sur le marché belge de l’électricité et (..) que la concurrence entre EDF et GDF Suez continue de jouer". Selon lui, le fait que l’Etat français soit actionnaire des deux groupes présente des risques d’entente. Pour l’association de consommateurs Test-Achat, il paraît clair que cette opération "diminue la concurrence sur les prix."

Si le quotidien L’Echo s’interroge sur de possibles "actions concertées entre EDF et GDF Suez", il nuance cette crainte en pointant la concurrence qui existe déjà entre les deux groupes pour la construction de centrales nucléaires, et rappelle que le groupe E.ON prendra place sur le marché belge à partir de 2010 en vertu d’une cession d’actifs d’Electrabel. Le groupe allemand occupera alors 10% du marché belge, contre 12% pour SPE.

La presse belge rappelle également la présence des groupes RWE et Vattenfall au sein des fournisseurs Essent et Nuon, écartant un peu plus le spectre du duopole.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "EDF/SPE : La Belgique craint le duopole français"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
lion
Invité

L’Etat Français est actionnaire des deux entreprises, c’est un fait. Avant il était propriétaire à 100 %. Cela n’a jamais empêché les 2 entreprises de se faire une concurrence féroce en France. Par ailleurs,SPE et GDF Suez ont le duopole de la production, mais en Belgique comme ailleurs dans les pays de l’UE, ils n’ont pas le duopole de la commercialisation. Je ne vois pas où est le risque pour les Belges.

Francois2
Invité

Féroce, cad la même que les oligoles de la distribution pétrolières, ou de la gestion de l’eau ? Cad féroce pour les clients, par pour l’oligopole qui s’engraisse sur les utilities dont le consommateur ne peut pas se passer…

wpDiscuz