Efficacité énergétique : l’Europe accélère le pas

Comme le dit si bien cette maxime, "l’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas", et cette formule, l’Union Européenne entend bien l’appliquer dans son objectif d’améliorer son efficacité énergétique de 20 % d’ici à 2020.

Cependant, cet objectif ne sera atteint qu’à moitié, si rien n’est entrepris dans les années à venir, a prévenu mercredi la commission Européenne ! Cet échec s’il a lieu, pourrait alors compromettre à la fois la compétitivité, les efforts de réduction des émissions de dioxyde de carbone et la sécurité des approvisionnements énergétiques européennes.

Un nouvel ensemble de mesures visant à accroître l’efficacité énergétique a été proposé le 22 juin par la Commission européenne afin de combler l’écart et de remettre "l’UE sur la bonne voie." Cette nouvelle directive met en avant des mesures pour intensifier les efforts des États membres à utiliser plus efficacement l’énergie à toutes les étapes de la chaîne énergétique – de la transformation de l’énergie et sa distribution à sa consommation finale.

« Notre proposition vise à permettre à chacun – particuliers, entreprises et pouvoirs publics – d’utiliser plus efficacement l’énergie au quotidien et de mieux gérer sa consommation d’énergie, ce qui devrait aussi alléger la facture énergétique. Potentiellement, elle devrait permettre de créer de nombreux nouveaux emplois dans l’UE », a déclaré Günther Oettinger, le commissaire européen chargé de l’énergie.

Les mesures proposées par la Commission :

L’obligation légale, pour tous les États membres, d’établir des plans d’économie d’énergie

Les entreprises de distribution d’énergie ou de vente d’énergie au détail seront tenues de réaliser chaque année, au niveau des consommateurs finaux, des économies d’énergie représentant 1,5 % de leurs ventes en volume, par la mise en œuvre de mesures d’efficacité énergétique, telles que l’amélioration du système de chauffage, l’installation de double vitrage ou l’isolation du toit. Alternativement, les États membres pourront proposer d’autres dispositifs d’économie d’énergie, par exemple des programmes de financement ou des accords volontaires, conduisant aux mêmes résultats, mais n’imposant pas d’obligation aux entreprises de distribution ou de vente d’énergie.

Un secteur public qui doit donner l’exemple

Les organismes publics favoriseront la pénétration sur le marché de produits et services économes en énergie, par l’obligation légale qui leur incombera d’acheter des bâtiments, produits et services à faible consommation d’énergie. Ils devront en outre réduire progressivement la consommation d’énergie dans leurs propres locaux en faisant réaliser chaque année les travaux de rénovation requis, qui devront couvrir au moins 3 % de la surface au sol totale.

Des économies d’énergie importantes au niveau des consommateurs

Les consommateurs seront en mesure de mieux gérer leur consommation d’énergie grâce à un accès aisé et gratuit aux données relatives à leur consommation en temps réel et à leur historique de consommation, établies à l’aide de compteurs plus précis. La facturation devrait être basée sur la consommation réelle, calculée à partir des données fournies par les compteurs.

Au niveau des entreprises

Les PME seront encouragées à se soumettre à des audits énergétiques et à diffuser les bonnes pratiques, tandis que les grandes entreprises seront tenues de procéder à un audit de leur consommation d’énergie, censé les aider à déceler où des économies d’énergie sont possibles.

Au niveau de l’efficacité de la production d’énergie

La proposition prévoit un contrôle du niveau d’efficacité des nouvelles capacités de production d’énergie, ainsi que l’établissement de plans nationaux en matière de chauffage et de climatisation comme base de planification saine et efficace des infrastructures de chauffage et de climatisation, y compris avec récupération de la chaleur perdue.

Au niveau des transports et de la distribution de l’énergie

Il s’agit de réaliser des gains d’efficacité énergétique en imposant aux régulateurs nationaux de tenir compte de critères en la matière dans leurs décisions, notamment lorsqu’ils approuvent les tarifs de réseaux.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Efficacité énergétique : l’Europe accélère le pas"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

de s’attaquer aux vrais problèmes, au lieu de faire semblant de “lutter contre le changement climatique ” (belle ânerie si on réfléchit bien, le climat étant par essence très variable et “changeant”). l’efficacité éenrgétique, en commençant par le bâtiment, et avec le secteur public donnant l’exemple, oui, trois fois oui. Après, si ça permet également une baisse des émissions de CO2, tant mieux , mais n’inversons pas les priorités.

dede29
Invité
mais cela parait un peu incantatoire . Comme la majorité des gens je ne crois pas gaspiller l’électricité (éteindre quand il faut ,avoir une bonne isolation du logement ,ne mettre la clim que lorsqu’il fait très chaud …). Ma consommation électrique d’ailleurs n’augmente pas (je la suis régulièrement avec mon “compteur ordinaire ” ) . Toute diminution significative ne se ferait qu’au prix de perte de confort . J’imagine que pour les entreprises c’est de meme ,une consommation bien optimisée ;si ce n’est pas le cas ,cela indique une mauvaise gestion de la part de l’encadrement ,auquel cas je ne… Lire plus »
bolton
Invité

“faire semblant de “lutter contre le changement climatique ” (belle ânerie si on réfléchit bien, le climat étant par essence très variable et “changeant”). ” Donc, comme ça, tu traites d’anes les centaines d’experts en climatologie du GIEC ? Tu dois être un genre de super héros.

zoziau
Invité
Dédé29, penser que les entreprises comme nous mêmes ne pouvons diminuer nos consommations qu’au prix de perte de confort est une grave erreur. ll existe au contraire énormément de gisement d’économie qui peuvent même apporter un surcroit de confort, notamment pour l’usage de l’électricité ! Exemple dans l’industrie, la ventilation contôlée. En gros au lieu d’avoir une extraction à puissance constante quelquesoit la température et une régulation mécanique par une soupape,  on régule directement sur le moteur électrique. Enorme gisement d’économie. Dans les maisons, les matériels en classe A++ ne génèrent aucune perte de confort, ils sont même généralement plus… Lire plus »
Envircinq
Invité

pour etre sur de ne pas gaspiller, faite ou faite faire un audit de vos consommations et réfléchisser aux possibilités d’économies. Vous verez les gaspillages ET les économies possibles sont beaucoup plus nombreuses que vous ne l’imaginez L’amélioration est infinie… il suffit de vouloir et de connaitre son objectif

Dan1
Invité

“L’amélioration est infinie…” On aimerait y croire, mais si on raisonne en absolu, l’économie va s’arrêter quand vous aurez atteint zéro. En pratique, pour une famille de quatre personnes et hors chauffage électrique, il me paraît assez difficile de descendre en dessous de 2 500 kWh par an. D’ailleurs le CREDOC estimait en 2008, qu’une famille antigaspi consommerait 2 719 kWh/an.

Pastilleverte
Invité
et si encore ily avait des centaines d’experts en climatologie au GIEC… mais lis bien tout le rapport, tu verras qu’il y a très peu de “climatologues”,dans les “experts”. De plus le GIEC est un organe politique et pas scientifique, même si il est supposé “faire l’état le plus récent” de la science dite climatologique (c’est quoi exactement ? de la physique, de la chimie, de la géologie, de l’océanographie, de la paleo glaciologie, de la météorologie ? un peu de tout ça et c’est bien le problème !). De plus, les “résumés pour les décideurs” sont écrits par des… Lire plus »
jl06
Invité
Je suis d’accord avec Pastilleverte: redoublons d’efforts pour améliorer l’efficacité énergétique dans le bâtiment. Alors soutenons les programmes du gouvernement qui vont dans ce sens, les plans régionaux, départementaux et locaux. Je comprends dédé29: je suis passé par là (et j’y suis encore d’une certaine façon), mais il est possible de repousser les paliers et de trouver de nouvelles façons de moins consommer. Parlons-en. Les associations locales sont de plus en plus nombreuses à proposer des conseils, les Espaces Info Energies n’attendent que l’opportunité de donner un coup de main aux particuliers. Je partage la frustration de bolton face à… Lire plus »
jl06
Invité

Je découvre cette source grâce à Dan1. Pour ceux qui ne connaissent pas, ça vaut le détour. En ce qui concerne le sujet de la brève, il y a de bonnes références en plus de l’étude 2008 que mentionne Dan1. J’ai trouvé celle-ci intéressante.

Dan1
Invité

J’attire votre attention sur un problème de cohérence des chiffres publiés par le CREDOC en 2008 et que j’avais relevé : Cela ne change rien au fait qu’il me semble difficile d’économiser en dessous d’une famille antigaspi parvenues à 2 719 kWh/an avec ou sans mesures de toutes les consommations. La mesure est très utile mais ne suffit pas.

wpDiscuz