Efficacité et stabilité en discussion au G8 Energie

Lundi s’est achevée la réunion des ministres de l’énergie du G8, à Rome. A l’issue des deux jours de rencontre, les participants ont signé une déclaration consacrée aux "nouveaux défis" que constituent entre autres la crise financière et économique, appelant à une nécessaire action coordonnée.

Parmi les faits marquants de cette rencontre internationale, figure la signature d’un partenariat sur l’efficacité énergétique. L’IPEEC, pour International Partnership for Energy Efficiency Cooperation, a été lancée en 2008 à l’initiative du Japon. Elle prévoit la mise en oeuvre d’une plate-forme d’échange d’expériences concernant le domaine de la construction, des transports, ainsi que sur la capture et le stockage du CO2. 

En sont signataires les membres du G8, l’Union européenne, ainsi que la Chine, le Brésil, la Corée du Sud et le Mexique.

La Russie ouverte à une coopération nucléaire avec les USA

Le ministre russe de l’énergie, Sergueï Chmatko, s’est déclaré ouvert à la mise en oeuvre d’une coopération entre la Russie et les Etats-Unis dans le nucléaire. Evoquant la position favorable au nucléaire de l’Administration Obama, le ministre a estimé qu’il existe un "énorme potentiel pour une coopération dans ce domaine".

Un tel rapprochement pourrait se faire sur le modèle de la coopération gazière qui existe entre les deux pays, et pourrait également inclure le charbon, a-t-il précisé.

Stabiliser les prix de l’énergie fossile

L’Arabie Saoudite, représentée au G8 par son ministre du pétrole Ali al Naimi, a estimé que la perspective d’un baril de pétrole à 75 dollars était envisageable dans la conjoncture actuelle. Et même souhaitable selon lui, car elle permettrait de relancer l’investissement à long terme.

Au contraire, le secrétaire d’Etat américain à l’énergie, Steven Chu a mis son auditoire en garde contre "’l’augmentation des prix [qui] devrait retarder le redressement économique".

Entre les deux, le ministre italien du développement économique a insisté sur la nécessaire stabilisation des prix, qui seule permettrait aux entreprises de planifier et de réaliser des investissements. Pour maîtriser leur volabilité des prix, notamment ceux du pétrole, Claudio scajola a appelé à la mise en oeuvre de "nouvelles règles", et au renforcerment du pouvoir des organisations internationales dans le domaine.

"Il est nécessaire d’avoir un prix équitable, et non volatile, qui puisse garantir à la fois la croissance économique mondiale et la possibilité d’investir", a-t-il déclaré.

Partagez l'article

 



   

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Efficacité et stabilité en discussion au G8 Energie"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Christophe
Invité
C’est bien de stabiliser le prix du pétrole, s’est mieux de developper  des energie renouvelable . Le Photovoltaique ne produit bien sur pas toute la journée mais peu etre un bon complement  c’est en journée que l’on consomme le plus un des 2 piques de consommation entre 12h et 14h corespond aussi au pique de production des panneaux solaires; Alors developpons rapidement des centrales solaires pour couvrir au moins ses piques. Une idée interressante et inovante …  Permettre aux particuliers d’acheter des morceaux de centrales solaires. Grace a ces achetteur le develloppement des centrale pourait etre grandement accelerer et chacun… Lire plus »
enerZ
Invité

Merci de ne pas utiliser cet espace de discussion pour faire de la promotion … Vous avez sur notre notre forum une rubrique réservée à cela 

Dan1
Invité

Quand il y a deux piques dans la journée, c’est deux paroles blessantes, ça fait beaucoup. Pour l’électricité, c’est plutôt deux pics.   

wpDiscuz