Enerzine

Emeutes de la faim : A quand la création d’un organisme de régulation de l’utilisation des terres arables ?

Nul n’a oublié, par exemple, la sècheresse de cet été en Russie et les gigantesques incendies qui ont détruit ce qui restait des récoltes, forçant ce pays, gros exportateur, à restreindre ses exportations. Et les inondations catastrophiques en Amérique du sud et surtout en Australie ne vont pas arranger les choses.

De la spéculation il y en a certainement et notre Président a raison de vouloir s’y attaquer, mais il n’en reste pas moins que pour ces matières premières, la raison majeure reste le déséquilibre physique entre l’offre et la demande et qu’il n’était pas difficile de le prévoir.

Puisque tout dans ce monde semble relever du G20 désormais, était ce donc si difficile de mettre la question à l’ordre du jour il y a six mois? Nos hommes politiques de tous bords et tous pays ont malheureusement l’habitude de constater les catastrophes et de se présenter en sauveur de la situation plutôt que d’essayer de la prévoir et de l’éviter comme ce serait normalement leur rôle (gouverner c’est prévoir, parait il). Vous me direz face aux catastrophes climatiques, il n’y a rien que l’on ne puisse faire. C’est faux.

Sachant que 10 % de la production mondiale de maïs, autant de celle de blé, 35 % de celle de sucre et je ne sais combien d’autres productions agricoles sont dévolues à la production de biocarburants, on aurait peut être pu suspendre temporairement pour une saison l’utilisation de ces carburants verts pour rétablir un tant soit peu l’équilibre de l’offre et de la demande et éviter les émeutes, ne croyez vous pas?

On aurait pu aussi reprendre l’habitude de stocks de régulation des grandes matières premières…

Il faudrait commencer à mettre en place un pilotage mondial des productions agricoles et de leur utilisations car on sait déjà que, bien avant 2050, la compétition pour l’utilisation des terres arables pour des productions alimentaires ou industrielles deviendra féroce. Et personnellement, je préfèrerai que nos terres cultivables servent à produire de la nourriture qu’un substitut du pétrole ou des substituts de plastiques issus de la Chimie verte….

A quand la création, à l’ONU par exemple ou à la FAO, d’un organisme de régulation de l’utilisation des terres arables ? Ce serait tout aussi important que la commission qui s’occupe de l’inscription de tel ou tel monument au patrimoine mondial de l’Unesco.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par CaDerange



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz