Enel espère implanter une centrale à gaz dans le Finistère

Pour des raisons historiques, politiques et culturelles, la région Bretagne qui ne posséde aucune centrale nucléaire, reste déficitaire en production d’énergie.

Elle devrait cependant y remédier du moins partiellement avec l’implantion d’une centrale à gaz d’une puissance de 450 MW dans le Finistère.

A cet effet, nous connaissions déjà le projet de centrale à cycle combiné gaz (CCCG) porté par l’opérateur GDF Suez sur un site proche de Brest à Guipavas.

Ensuite, on a appris l’existence d’un autre projet de construction de centrale à gaz à Brennilis situé dans les Monts d’arrée (cf. ancienne centrale nucléaire en cours de démantèlement), mené par le fournisseur alternatif français Direct Energie en coopération avec EDF.

Et plus récemment, celui de Briec de l’odet, (près de Quimper), dont le dossier est soutenu par Enel, un groupe énergétique italien.

Le projet d’ENEL :

Selon le Télégramme, citant des documents distribués aux élus de la communauté de communes du Pays Glazik que s’est procuré un collectif anti-centrale au gaz "Gaspare", le projet de centrale électrique à cycle combiné gaz d’une puissance de 450 MW  "serait situé sur une superficie de 8 hectares à proximité de la zone industrielle, (…) à seulement 6 km du réseau de gaz naturel et aurait un coût estimé à 300 millions d’euros."

Les habitants de Briec risquent de voir cette nouvelle cheminée d’un mauvais oeil, car ils ont déjà accepté en 1996 d’accueillir les 2 cheminées de l’incinérateur des ordures ménagères où sont brûlées annuellement plus de 58.000 tonnes de déchets ménagers. "L’équipement peut être très bien intégré dans le paysage. Seule la cheminée, analogue à celle d’une usine d’incinération, est visible à distance" précise le rapport de 31 pages réalisé par Enel. En conséquence, ce projet devrait subir une étude d’impact qui inclurait cette donnée.

Selon le responsable du développement économique et du tourisme du Pays Glazik, Thomas Férec, le projet a reçu à l’unanimité un avis favorable de la part des 7 élus. Des votes qui semblent inévitablement avoir des arrière-pensées économiques. En effet, si la centrale voit le jour, la communauté de communes encaisserait 2 millions d’euros de contribution économique territoriale (CET), en plus de la soixantaine d’emplois pérennes générés directement et indirectement.

Autre atout, la vapeur d’eau générée par la centrale pourrait être captée par les serristes locaux afin de chauffer leurs installations. "Cette centrale garantirait aussi d’alimenter en énergie des entreprises qui nous démarchent pour s’installer. Ce point est toujours au coeur de leurs préoccupations", a ajouté Thomas Férec dans les colonnes du Télégramme.

Au niveau des rejets de CO2, le projet d’Enel ferait grimper le taux de la région Bretagne à 2,1% sur la base d’un fonctionnement de 3 500 heures par an.

Enfin, soucieux de gagner la confiance des élus et de la population, Enel serait non seulement prêt à donner un nom breton à la centrale, mais aussi d’organiser des événements autour de la culture italienne, de la musique et de la gastronomie.

Au final, il n’y aura qu’un seul gagnant parmi les 3 sites en concurrence (Guipavas, Brennilis ou Briec). La fin de l’appel d’offres est prévu le 28 décembre 2011.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Enel espère implanter une centrale à gaz dans le Finistère"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
ccsiaix
Invité

mars 1980: victoire contre le nucléaire : Plogoff est occupé C’était il y a plus de trente ans, une victoire des pseudo-écolos. Quel bilan 30 ans aprés ? La bretagne a-t-elle réduit sa consommation d’électricité ? La bretagne a-t-elle développé des productions alternatives d’électricité ? En 30 ans, il aurait pu se passer quelqueschose de positif …. mais rien, nada La seule alternative au nucléaire, reste le charbon, le gaz ou le pétrole, admettez-le

trimtab
Invité
“Quel bilan 30 ans aprés ? La bretagne a-t-elle réduit sa consommation d’électricité ?” Et la France ? Vous et moi ? ccsiaix, Trimtab, sicetaitsimple, michel, dan1, cheyla et tous les autres………….Bilan 30 ans après….nada , : Alors avant de nous jeter les pavés de granite bretonne à la gueule, se regarder un peu en face. ‘Negawatter’ d’abord, et après on en parlera de ce qui faut produire en plus, quand et comment ? Si trimtab a pu ‘baisser’ modestement son ‘soustirage éléctrogène’ à EDF de 6000 kwh à 3000 kwh en une dixaine d’années (à la pointe de la… Lire plus »
ccsiaix
Invité

Après mûres réfléxions, j’ai décidé de me moquer complétement de mon bilan Carbone. De toute façon, c’est foutu. Tout le pétrole, le gaz et le charbon sera brulé sur terre d’ici quelques dizaines d’années. J’ai la chance de gagner bien ma vie, maintenant, alors vacances en avion, et chauffage électrique. de toute façon, je suis locataire, je n’ai pas vraiment le choix….. Bon allez si, je vais installer quelques rideaux en guise d’isolation pour l’hiver prochain… J’ai répondu à votre question ?

Lionel_fr
Invité
là je vous comprends ccsiaix mais je n’ai pas la même conclusion que vous. Vous avez décidé de ne pas vous autoflageller à faire des économies parfaitement inutiles et privilégier celles qui conjuguent gain énergétique et qualité de vie. Dans un pays qui va rester nucléaire, cela s’explique d’autant mieux que l’energie non-consommée est en partie perdue. En revanche , en Allemagne , chaque watt gagné va se retrouver sur la qualité de vie collective. Mais en France, où on s’oriente vers une surproduction jusqu’aux premiers démantèlements, l’intéret collectif des français est de consommer comme le leur propose leur énergéticien.… Lire plus »
Reivilo
Invité

Le post ci-dessus témoigne de la pertinence du bouquin d’Hervé Kempf.

Pastilleverte
Invité
si si, chez nous ça a marché (4 personnes), ainsi que la réductyion conso eau, alors que nous avons en plus un jardin. Non, le problème est : mais pourquoi la Bretagne ne se lance t elle pas dans l’éolien à fond, surtout dans le Finistère ? Parce que les bretons ne veulent pas “jouir” du magnifique spectacle de ventilateurs géants. et que venteux ou pas cela nécessite des centrales en feed-back; (au gaz peut être ?) Pas de Nuke non plus , OK c’est un choix respectable (d’autant plus que la radioactivité naturelle est déjà élevée, les centrales auraient… Lire plus »
Reivilo
Invité

Il s’agit du post ccsiaix of course

ccsiaix
Invité

Hum, certes. Mais bonne nouvelle, nous (les favorisés) sommes de plus en plus nombreux 😉 D’ici 10 ans, un milliard de personnes vont accéder à l’électricité. (et ça va changer leurs vies !) Malheuresement, principalment avec des centrales électriques au charbon. Vous voulez vraiment lutter contre ça ? Bon courage, les gars

Reivilo
Invité
Le nouveau scénario sera présenté à Paris jeudi prochain. Venez donc, l’entrée est gratuite et ouverte à tous. Mais si vous avez trop d’Euros au lieu de les brûler dans la production de CO² (avion ou autres) vous pourrez faire un don à l’association 😉 Si vous ne pouvez pas y aller, il y a un cours de rattrapage le samedi 1er octobre sur France Culture. NégaWatt n’est pas un scénario sans électricité bien au contraire, mais se base une utilisation intelligente et durable de l’ensemble de nos ressources énergétiques en France. Allez, pas de découragement, tout n’est pas foutu,… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Dans un pays qui va rester nucléaire, cela s’explique d’autant mieux que l’energie non-consommée est en partie perdue.” Ah bon ? Comment ça ?

Lionel_fr
Invité
Ben comme l’émergeance des pays émergeants nous place de facto dans la situation de pays “imergeant” (le PIB turc dépassera le français dans une 20aine d’années) Il serait temps d’utiliser le seul avantage réel de notre position économique (nos cerveau instruits) pour mettre en concurrence du charbon de bonnes technologies pérennes. Vingt ans , c’est long et court à la fois.. c’est juste ce qu’il faut pour s’assurer une bonne position, et pas suffisant pour se planter gravement de modèle énergétique. Remercions donc les pays européens qui ont choisi d’expérimenter de nouveaux modèles énergétiques en taille réelle.. Franchement plus facile… Lire plus »
Lionel_fr
Invité

Je ne vais pas vraiment argumenter sur un domaine que je ne connais pas bien (et que je n’ai pas l’intention d’approfondir dans un avenir prévisible) Hormis les contraintes de réseau, une centrale conçue pour produire 100 ne gagne pas à produire 50 ! quand la capacité est là et qu’on est dans une logique différente de la flamme, il y aura bien une perte quelque part.. Je vous laisse , je dois aller bruler 20 litres de SP95 !!

Hubble29
Invité
Christo
Invité
comme on nous promet de sortir du nucléaire dans 25 ans et que la Bretagne est déficitaire au niveau énergie, l’approvisionnement se fait chez le voisin, alors il faut prendre une solution de rechange dans la précipitation Pour ne pas manquer d’énergie dans les prochaines années, les politiques bretons se sont ils soucier de d’un plan de production d’énergie alternatif au nucléaire? Le même constat est à faire au niveau élimination des déchtes, le breton est en pointe concernant le tri , mais ceux ci sont texpédiés à des centaines de Kms , par route, réduisant à néant l’effort réalisé… Lire plus »
Zephirin
Invité
Les élus locaux et la région Bretagne ainsi que ses habitants sont tout à fait conscients de la dépendance de la région en électricité externe et doivent en effet parvenir à une moindre dépendance. Pour cela ils misent notamment sur le développement massif des énergies renouvelables (dont la maîtrise de l’énergie). Tout ça va être chiffré et planifié dans le prochain Schéma Régional du Climat de l’Air et de l’Energie (SRCAE) puis espèrons le concrétisé dans les faits dans les années à venir. La Bretagne peut devenir une région “phare” pour le développement des énergies tant marines, que solaires, biomasse… Lire plus »
Rice
Invité

. Au choix, pensez vous qu’un breton préfère une éolienne, un élevage de porc, la méthanisation à la ferme, un pylone de ligne HT, une usine maréemotrice, des algues vertes sur les plages, une hydrolienne, une centrale nucléaire qui n’en finit pas de se démanteler, un éolienne offshore ou des parisiens en vacances ?

Gaz-enr
Invité
Les 2 régions déficitaires en Energie,Bretagne et Paca,feraient bien de construire,chacune, 7 centrales au gaz type CCG(450 MWe l’unité) car cela leur permettrait de lancer dans la foulée un très vaste programme d’implantation d’énergies intermitentes renouvellables,solaires et éoliennes,dont les centrales CCG assureraient le back up. Avec 3150 MWe Enr-gaz,de nouvelles productions,chacune,ces 2 régions seraient moins dépendantes du pays et feraient progresser le pays de plusieurs GWe ENR éoliennes-solaires(et gaz back-up).En PACA et Bretagne,il n’y a pas de centrales nucléaires qui puissent géner ces implantations ENR-Gaz(back up)mais peut-être bien,plein d’écolos-nimbys,égoistes et idiots,qui vont très probablement tout gacher et laisser PACA et… Lire plus »
Pierrotb001
Invité

40% de l’énergie primaire consommée en France provient de l’habitat. Moi aussi j’ai réduit. Et notre appartement est tres confortable! 2006: 4200 kwh à 1 personne 2007 4300 kwh à 2 2010 4050 à 2 Soit 50% d’économie par personne! ET pour 2011 je prévois de passer sour les 3900 kwh. Une question Csiaix vous avez des enfants et petits enfants?

ecoenergie
Invité

La bretagne a refuse le nucléaire c’est son droit mais ensuite il faut en assumer les consequences. Construire des centrales a combustible fossile même si le rendement en est meilleur est une mauvaise action contre l’environement. Les bretons en sont ils conscients ?

Rice
Invité

. Difficile de remplacer le nucléaire sans emettre (aujourd’hui) de CO2… Mais dans 15 ans ? dans 25 ans ? Les nouvelles technologies ne seront-elles pas capables de produire une énergie propre ? Par contre, le nucléaire produit une énergie propre mais avec des dechets sales dont on ne sait que faire pour les 100.000 prochaines années… Franchement, cela interpelle, non ?

wpDiscuz