Energies fossiles ou renouvelables: même facture à l’avenir

Que la Suisse choisisse les énergies fossiles, renouvelables ou le nucléaire, la facture sera sensiblement la même à l’horizon 2050. C’est ce que montre un modèle énergétique développé à l’EPFL.

Trop chères les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique?

Que les Suisses choisissent un avenir essentiellement basé sur les énergies fossiles, le nucléaire ou une combinaison d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, les coûts de notre futur système énergétique pourraient s’avérer très similaires.

C’est ce que révèle le calculateur Energyscope.ch mis au point par l’EPFL.

D’ici à 2050, le système énergétique suisse va subir des transformations fondamentales suite à la décision du Conseil Fédéral et du Parlement de sortir du nucléaire et à son engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le futur système énergétique suisse devra répondre à ces objectifs. Le Centre de l’Energie et le laboratoire IPESE ont développé un calculateur qui permet de comparer différentes options pour cette transition énergétique. De ce fait, il permet de comparer leurs impacts en termes d’émissions de CO2, d’indépendance énergétique, de balance des paiements de l’énergie et de coûts. Ces derniers incluent le coût des importations d’agents énergétiques (produits pétroliers, électricité, uranium….) et celui des infrastructures (réseaux, unités de production, etc.).

Or que l’on choisisse un avenir basé essentiellement sur les énergies fossiles, les énergies renouvelables associées à une meilleure efficacité énergétique ou le nucléaire, les coûts des systèmes résultants seront très proches. Les différences restent inférieures à 10% (voir graphe ci-dessous), ce qui est dans la marge d’incertitude des estimations. «Ce résultat n’est pas vraiment surprenant. La raison principale est que les énergies renouvelables (notamment le solaire photovoltaïque) et les solutions d’efficacité énergétique (véhicules électriques, etc.) seront de plus en plus compétitives. Les coûts de ces technologies vont continuer de baisser, tandis que ceux des solutions classiques risquent fort d’augmenter notamment à cause des coûts accrus des nouvelles technologies nucléaires et de la hausse des prix à terme des ressources finies (pétrole, gaz, etc.)», détaille François Vuille, directeur du développement du Centre de l’énergie.

Energies fossiles ou renouvelables: même facture à l'avenir

Une facture en hausse mais stable par habitant

Si le scénario des renouvelables couplé à l’efficacité énergétique était retenu, il provoquerait certes un surcoût des investissements. Mais ceux-ci seraient compensés par une facture d’importation des carburants et combustibles plus faible. Dans un hypothétique scénario de poursuite nucléaire, le remplacement de nos centrales par de nouvelles, plus sûres, plus efficaces et plus chères, engendrerait un coût de production nettement supérieur à celui d’aujourd’hui, même si le niveau de cette hausse reste difficile à estimer.

A noter aussi que les scénarios qui dépendent de ressources non-renouvelables présentent la plus grande incertitude sur les coûts compte tenu de la volatilité des prix du marché. A contrario, les énergies solaire ou éolienne sont gratuites en tant que ressources et bénéficient d’un coût opérationnel très faible et largement prédictible. Même si l’importance de la baisse des coûts des équipements renouvelables reste à l’heure actuelle difficilement quantifiable à l’horizon 2050, en particulier pour le photovoltaïque et la géothermie profonde.

Le calculateur en ligne Energyscope.ch montre en outre que le coût annuel du futur système énergétique, quel qu’il soit, se situera entre 24 et 26 milliards de francs par an (hors taxes), contre 22 milliards de francs aujourd’hui (graphe ci-dessous). Cette augmentation est essentiellement liée à l’accroissement de la population qui devrait passer de près de 8 millions aujourd’hui à quelque 9 millions en 2050. En revanche, si l’on considère le coût par habitant et par an, il sera quasi identique à celui d’aujourd’hui: entre 2700 et 2’900 CHF en 2050 contre 2’700 aujourd’hui. Ce coût inclut la facture énergétique (essence, mazout, électricité, etc.), les coûts des équipements (pompes à chaleur, etc.) et des infrastructures (réseaux, centrales de production, etc.).

Variation de tous les autres indicateurs

Si le paramètre économique se révèle relativement insensible au scénario énergétique choisi, ce n’est pas du tout le cas des autres indicateurs: dans les futurs scénarios, tous les autres varient considérablement en fonction des choix énergétiques. Les retombées en termes d’émission de CO2, d’empreinte environnementale, de sécurité d’approvisionnement ou de balance des paiements de l’énergie dépendront très fortement de l’option retenue. Par exemple, les impacts CO2 pourront varier de près de 70% entre un scénario fortement renouvelable et un scénario basé essentiellement sur les ressources fossiles (graphe ci-dessous). Le niveau d’indépendance énergétique variera dans les mêmes proportions, tandis notre consommation d’énergie finale et l’impact environnemental de nos déchets varieront de l’ordre de 30% entre les différents scénarios.

Energies fossiles ou renouvelables: même facture à l'avenir

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

76 Commentaires sur "Energies fossiles ou renouvelables: même facture à l’avenir"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Italien62
Invité

Qui peut me dire si la vraie réponse n’est pas le même prix de l’énergie verte , nucléaire ou fossile pour le citoyen Suisse, mais l’indépendance énergétique, la moindre pollution et donner du travail à nos chercheurs, à nos usines, donc à nos citoyens, tout en faisant du bien à notre balance commerciale! ?

Verdarie
Invité

Qui peut douter de l’intérêt des énergies renouvelable hormis ceux qui ont des intérêts dans l’énergie fossile ? Dans le prix de revient de l’énergie compte t’on tous les méfaits de l’énergie fossiles ? Climat,maladies,destructions, pollutions !

Papijo
Invité
Qui peut douter de l’intérêt des énergies FOSSILES ET NUCLEAIRE, hormis ceux qui ont des intérêts dans les ENERGIES RENOUVELABLES ? Comment peut-on prétendre que les énergies renouvelables sont moins chères que les énergies conventionnelles et capables de les remplacer en totalité (ou presque), et: – demander qu’elles soient fortement subventionnées (CSPE, avantages fiscaux, garantie des prix) – contraindre EDF à acheter en priorité ces énergies (même si EDF n’en a pas besoin, et même si EDF doit payer pour se débarrasser ensuite de cette électricité en trop !) – contraindre EDF / RTE à construire de nouvelles lignes pour… Lire plus »
Verdarie
Invité
Papijo Vous avez totalement raison de vous insurger contre la pensée unique car ce n’est pas en masquant les problèmes qu’on les résoudra.Les problèmes, il faut les mettre sur la table et en discuter avec tous les intéressés qui ont de vrais arguments. Mis vous ne pouvez pas dire que l’énergie fossile est moins chère que l’énergie renouvelable.Car ces deux énergies n’ont pas pris le même départ. C’est comme si vous disiez que; pour que les chances soient égales à deux coureurs de 100 m, on va placer au milieu celui qui coure le moins vite ? Depuis combien de… Lire plus »
dan1
Invité

A Verdarie “Elles sont source d’emplois multiples non délocalisables puisque pour une même puissance il faudra plus d’installations.” Ne vous avancez pas trop sur cette pente savonneuse qui sert lors des promesses électorales. N’oubliez pas que si ça coûte beaucoup moins cher c’est qu’il y a globalement moins d’emplois !

Sicetaitsimple
Invité

La Suisse a deux gros avantages qui lui permettent de pouvoir envisager des solutions variées pour l’électricité sans trop d’impacts financiers: – elle a déjà un mix electrique environ à à 50% hydraulique et en conséquence intégrer du renouvelable intermittent ne lui pose pas de gros problèmes ou de gros surcouts d’intégration – et de toutes façons elle est tellement bien reliée à ses voisins qu’elle peut quasiment se permettre n’importe quoi, elle trouvera toujours des voisins pour lui vendre de l’électricité à hauteur de ses besoins. Bref conclusions non généralisables.

Verdarie
Invité
Sicétaitsimple C’est vrai mais construit-on des centrales pour répondre aux besoins d’énergie ou pour produire de l’énergie sans tenir compte des besoins ? Après tout s’ils achètent notre énergie nous seront sans doute bien content de pouvoir leur faire plaisir ? Comme quoi le plaisir peut être partagé ! Dan 1 Il y a trois facteurs sur lesquels les entreprises peuvent agir 1 la productivité 2 le salaire 3 la négociation du coût des achats Pour les gouvernements 1 les taxes 2 le temps de travail 3 le poids de l’administration Tout ça fait que personne n’est réellement l’égal de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Qu’est ce que vous racontez? Je dis simplement que la situation de la Suisse est telle qu’ele peut choisir n’importe quelle option sans gros risque ni sur sa sécurité d’approvisionnement car elle est très bien interconnectée, ni sur les coûts associés, car elle peut vivre comme une sangsue d’imports à coûts “bradés”(par rapport à des coûts complets de renouvelables) depuis ses voisins ( Allemagne, France,..) d’élecricité au prix de gros subventionnée par les consommateurs des dits pays. On espère juste qu’elle va effectivement faire l’effort de développer du renouvelable intermittent en faisant payer le citoyens suisses, mais aujourd’hui au moins… Lire plus »
stephsea0
Invité
Les méchants écolos bobos strotskytes révolutionnaires anti nucléaire et anti fossile de l’EPFL répandent un mystifications populiste et démagogique. Le mobile du crime… ? On a vu Dan1 et Sicetait monter au créneau ci-dessus comme un seul homme, les chevaliers infatigables de l’atome explosé, vraiment infatigables, mais ils sont bien incapables de trouver le mobile de l’EPFL à répandre cette honteuse mascarade. Fonder une secte ENR/EMR, ecrouler Alstom, Total, Shell, Veolia, GE et Areva, dissoudre les monarchies du Golf, attiser le sentiment de spoliation, monter les pauvres contre les voleurs, préparer la révolution? Ou simplement faire son boulot de scientifique… Lire plus »
stephsea0
Invité

Et pourtant les Suisses ne sont pas tout blanc – ou tout vert : C’est juste pour dire que si, comme je le lis au-dessus, on essaie de détourner l’attention (c’est vraiment un pro!), on essaie de relativiser, de circonstancier ces résultats, il y a plusieurs angles d’attaque pour le faire… qui peuvent d’ailleurs se retourner contre l’arroseur.

Sicetaitsimple
Invité

Pa bien sûr d’avoir compris ce que vous racontez….mais comme je suis cité je me permets de répondre Vous pouvez nous mettre un lien sur ce qui ressemblerait à un NREAP (National Renewable Energy Action Plan) , dont la publication est obligatoire et dont le respect est plus ou moins contraignant sur 10 ans pour les pays de l’UE, pour ce qui concerne la Suisse? Ce serait interessant.

Ouin-ouin
Invité

Un reportage impressionnant sur la construction d’une belle STEP suisse (1 480 MW). Et pour tout savoir sur l’électricité dans ce pays.

Verdarie
Invité

Sicétaitsimple Pour qu’il y ait des opportunistes il faut des opportunités. Qui les crées ? Avant de crier contre les Suisses il faut regarder le marché et l’organiser.Soit pour leurs faire payer le prix. Soit pour qu’ils ne puissent plus profiter ? Vous semez des pièces d’or et vous vous plaignez de ce qu’on les ramasse ?

seb
Invité
“demander qu’elles soient fortement subventionnées (CSPE, avantages fiscaux, garantie des prix)” – Ca a quand même bien baissé les subventions aux renouvelables… Et demander à des technologies émergentes d’être concurentielle avec des centrales nucléaires amorties, qui ont été construites moyennant un coût de l’électricité plus élevé, à une époque ou la gestion de ce type de sujet se fesait dans le cadre d’une économie de plan, ne me semble pas très honnète. Et si on compare les coût pour de nouvelles capacités les renouvelables s’en tirent très bien, malgrès de taxes locales plus élevées (IFER…). “contraindre tous les abonnés à… Lire plus »
Dan1
Invité

A seb “Ca a quand même bien baissé les subventions aux renouvelables…” Non, c’est juste le contraire : ça a bien augmenté et ça va continuer :

seb
Invité
Votre procédé est malhonnète : Oui le montant de la CSPE augmente, et il continuera surement à augmenter… Cependant, les kWh produits par une centrale PV installée aujourd’hui coutent beaucoup moins en CSPE que ceux produits par des installations PV datant de quelques années… On à quand même divisé par plus de 4 le coût du kWh en toiture. Ensuite le prix de la CSPE est fixé par rapport à un prix de marché, qui est faible, car il repose sur des moyens de production ammortis. Donc je serais preneur du même graphique qui au lieu de compter juste la… Lire plus »
lr83
Invité

Moi, j’aime bien ce graphique : Il semble que le nucléaire soit le pire, mais chut, y a des âmes sensibles sur le forum qui ont du mal avec cette idée ! 🙂

stephsea0
Invité
Le nucléaire en ROUGE, c’est un signe de discrimination. Ce graphique est évidement une manipulation. La couleur est utilisée pour modifier défavorablement la percetion du nucléaire par le lecteur. Le complot est évident… Et en même temps tout cela est tellement relatif (comme dirait le professionnel de l’enfumage). Et que dire des renouvelables représentées e vert et en première place. Le parti pris est tellement évident que la manipulation en devient grotestque. N’est ce pas? Les ecolos utopistes révolutionnaires gauchistes de EPFL sont vraiement très méchants et très malveillants, et très relatifs aussi. Trève de plaisanterie… Certaine nouvelles sont meilleures… Lire plus »
Dan1
Invité
A seb “Donc je serais preneur du même graphique (avec la source ce serait parfait !) qui au lieu de compter juste la CSPE, compte le surcoût du kWh Enr pour les nouvelles capacités installées dans l’année. Idéalement en le comparant aux alternatives en terme de remplacement du parc de production…” Pour ce qui du coût d’achat et du coût évité pour 2015, c’est ici : Donc en 2015, Il est prévu d’acheter le MWh photovoltaïque à 390,6 €. Incontestablement ça baisse. Après pour le remplacement à service garanti identique, il faut introduire les coûts systémiques, parce le PV en… Lire plus »
Dan1
Invité

A seb “Ca a quand même bien baissé les subventions aux renouvelables…” Vous dites que les suventions ont baissées, alors que le montant de la CSPE ne cesse de monter notamment à cause des nouvelles ENR. Factuellement, vous ne pouvez pas expliquer aux gens qu’ils payent moins d’impôts quand le montant augmente ! Mon honnêteté me commande de “nuancer” votre affirmation, graphique à l’appui.

Dan1
Invité

A lr83 Il vient d’où votre graphique et il s’explique comment ? Vous ne trouvez pas qu’il un gros gros problème d’impact des déchets entre le nucléaire et les fossiles. Je rappelle que les fossiles se servent de l’atmosphère comme poubelle sans payer les externalités alors que les déchets nucléaires sont confinés. Vous êtes payé par l’industrie du charbon pour afficher des graphiques comme ça avant la COP 21 ?

Sicetaitsimple
Invité
“Et merci à Ouin-Ouin (?) pour son lien vers le très spectaculaire chantier de centrale hydrau ! Les pharaons sont suisses, les pyramides n’ont qu’a bien se tenir. C’est MONUMENTAL! Le relativiste sera bien obligé de constater que l’argent peut aussi être massivement investi dans des énergies renouvelables. MASSIVEMENT!” Bah non, une STEP ce n’est pas du renouvelable. Si on s’en tient à une convention très simple, c’est du “mix electrique national” au mement où on pompe. Si on veut se lancer dans le tri des électrons et un calcul marginal, exercice que certains essayent parfois de promouvoir sur Enerzine… Lire plus »
Dan1
Invité

A stephsea0 “Et merci à Ouin-Ouin (?) pour son lien vers le très spectaculaire chantier de centrale hydrau ! Les pharaons sont suisses, les pyramides n’ont qu’a bien se tenir. C’est MONUMENTAL!” Qu’est-ce qui peut bien provoquer l’extase pour les Suisses ? Il font ce que nous avions déjà fait et ils ont une relief qui s’y prête. Les centrales en caverne existent aussi en France. On les obtient comment les 5 GW de STEP françaises ?

Dan1
Invité

Sinon pour Linthal, on en a déjà parlé ici :

Sicetaitsimple
Invité
“Dites Sicetaisimple à force de nous sortir à tout bout de champs que tel ou tel pays “à une situation particulière” vous pourriez nous donner un exemple de pays qui ne soit pas “une situation particulière”” Même si ça vous embète, je maintiens que chaque pays est une situation particulière (par exemple le Danemark ou la Suisse du fait de leur très forte capacité d’interconnexion avec leurs voisins) et qu’en conséquence la bonne recette pour l’un n’est pas forcément la bonne recette pour l’autre. Maintenant, si vous voulez comparer la France au Danemark ou à la Suisse en matière d’électricité,… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

sur le financement scandaleux du réseau de transport par les consommateurs francais et le financement non moins scanadaleux du transport des exports par les consommateurs francais, je n’ai pas noté votre réaction (10/09 à 18h34)?

Dan1
Invité

Bon il existe des cas particuliers comme le Danemark… ou l’Arabie Saoudite quyi sont déjà à énergie positive : Dans un cas comme dans l’autre, avce le pétrole ça passe à l’aise. Alors positivons.

Sicetaitsimple
Invité

Gaz, pétrole, éolien, solaire thermique et biomasse ainsi qu’un très gros effort d’efficacité énergétique.” C’était la défiition d’un territoire à energie positive selon Chelya. J’avais identifié à ce moment là l’Arabie Saoudite comme un modèle de territoire à energie positive, avec la Russie, mais il y doit avoir d’autres exemples qui ne sont pas forcément à energie positive, mais qui font des efforts….. Ceci dit, j’ai bien du mal à comprendre (pb d’ostracisme?) pourquoi le charbon ne rentre pas dans les critères cheyatesques de l’énergie positive. Pour le coup, la Chine devriendait quasiment un modèle…

Verdarie
Invité

L’énergie électrique ne tombe du ciel que pour le photovoltaïque ou l’éolien. Toutes les autres énergies sont produites avec à la base un stockage ! Qu’on l’appelle pétrole,uranium,charbon ou gaz, c’est à partir de cette extraction,qui constitue un stockage,qu’on peut produire de l’électricité. Maintenant faisons le calcul de ce que coûtent ces extractions en recherches,achats, accords,transports,stockages divers et comparons avec ce que coûte le stockage des Enr ?

stephsea0
Invité
J’ai déjà émis l’idée que nos contradicteurs pronuke sont ici à titre professionnel. Cette communication constante, rigoureuse, qualitative souvent, qu’il pleuve ou qu’il vente, sent en effet le professionalisme, et ne doit rien au hasard. Ce n’est plus du domaine du loisir ou du simple commentaire… Ils sont missionés, ou en mission. Dans ce dernier cas, c’est inquiétant. La cause nuke qui se transforme en vocation, en bénévola humanitaire, en cause évangélique, voire en religion, c’est préoccupant. Je préfère donc penser qu’ils sont missionés, qu’ils remplissent un tâche précise contre rétribution, avec des objectifs et un cahier des charges. Et… Lire plus »
Herve
Invité
Stephsea nous explique que ça marche aux cannaries, soit c’est certainement exact et de toute façon possible. Mais extrapolons à la France: combien de vallées il faudra noyer pour faire pareil? y en aura t il assez? combien d’écosystèmes transformés? combien de villes et villages submegés? quel risque de rupture de barrage en cas de séisme? Est ce qu’on dort bien au pieds d’une centrale nucléaire: Non . Est ce qu’on dort mieux au pied d’un barrage, Non encore moins! C’est un fait (pourtant vous remarquerez que je suis pro hydraulique, j’ai une centrale à la maison!) En ce qui… Lire plus »
Verdarie
Invité

SetphseaO Pour ma part je suis d’accord avec ce que vous dites. D’ailleurs même les professionnels on le voit dans ces blogs, sont tellement conditionnés par ce qu’on leurs a appris ,qu’ils ne sont plus capables de réfléchir par eux même sur des solutions innovantes. Mais c’est normal puisque pour pouvoir travailler ils sont dépendant du réseau. Tout est cadenassé ! Regardez même les concours qui sont ouverts par l’administration sont contrôlés par les opérateurs ? Ils ont droit de regard sur les projets et bien souvent décident à qui seront attribué les prix ?

lr83
Invité
Oui, on se doute bien que nos chers pro-nukes sont probablement téléguidés. J’espère d’ailleurs qu’ils ont demandé une rémunération (sinon, ils sont vraiment pas doués !). En tout cas, leur présence est un bon indicateur de la panique qu’il y a dans le nucléaire. Plus ils interviennent sur un sujet, plus on peut considérer que le sujet est bon pour les EnR. Ici, on en a une superbe démonstration ! Ah au fait pour Dan1, le graphique il vient tout simplement de l’article sur lequel on est en train de discuter (vous savez, ce qui ce trouve en haut de… Lire plus »
Dan1
Invité
A stephsea0, Verdarie et lr83. Vos élucubrations ont une solide apparence de vrai… sauf que vous vous trompez lourdement à cause de votre incapacité à concevoir qu’un simple citoyen puisse vous répondre pied à pied grâce à internet. Le professionnalisme apparent ne vient pas du métier mais du fait que au fil du temps je me suis habitué à votre rhétorique antinucléaire qui est toujours la même depuis 2008 (presque 8 ans). Une fois que avez épluché les thèmes récurrent et les réponses, vous n’avez plus qu’à actualiser, la routine en somme. Pour ce qui est de les relations avec… Lire plus »
Herve
Invité
Au lieu de vous auto-congratuler dans vos délires, pouvez vous au moins tenter de répondre à ma question: Pour reproduire le même système en France qu’au Cannaries en tenant compte de la réalité physique et de la population, combien il faudra noyer de vallées ? (et lesquelles car ce point va être trés intéressant!), combien de centrales …??? Supposons que ce que vous dites est vrai, que des sociétées comme EDF seraient sclérosées dans le passé et infuencent en mal le gouvernement, il est peu probable que l’influence de EDF ne dépasse beaucoup les frontières. Leur “mauvaise influence” se limite… Lire plus »
Dan1
Invité

A Hervé Euh, là je pense que vous leur en demandez beaucoup d’un coup. Pour les inondations pharaoniques mais salvatrices, nous avions déjà répondu avec Sicetaitsimple, mais il faut que l’on prenne l’attache des “écologistes” pour parfaire la faisabilité car c’est carrément du Sivens puisance 1 milliard.

Sicetaitsimple
Invité
Me voilà démasqué! Oserais-je ajouter qu’en plus je suis grassement rémunéré compte-tenu des moments où généralement j’interviens ( soir et WE). Depuis 2008, je vous avoue ne pas être loin d’avoir de quoi m’acheter un jet privé…. Bon, pour en revenir aux choses sérieuses, concernant El hierro on en a déjà largement parlé sur Enerzine, notamment ici: D’ailleurs vous étiez présent. Je recopie ma prose de l’époque: Techniquement très beau – mais 74 M€ pour au bout du compte 11MW de puissance installée , c’est pas donné, ça fait pratiquement 7000€/kW (ou 7000€/habitant d’ailleurs) – 35M€ de subvention à la… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Le lien source que j’ai été obligé de supprimer:

lr83
Invité

Je m’en doutais un peu et donc je vous conseille vivement de demander à Areva une petite compensation pour votre formidable travail depuis 8 ans (tout travail mérite salaire, non ?). Bon, c’est vrai qu’en ce moment les finances d’Areva sont pas au top, mais ils peuvent bien faire un petit effort ! A la limite, vous pouvez leur demander une rémunération en nature, par exemple quelques barils de déchet nucléaire puisque vous dites que c’est le combustible du futur, c’est un bon investissement ! lol

Sicetaitsimple
Invité

“MA” solution, même si je reconnais que vous avez contribué à la faire murir techniquement , et même si elle n’est pas brevetable contrairement à certaines inventions géniales de certains, est quand même particulièrement appropriée s’agissant d’un article sur la Suisse derivant sur les STEP.

Lionel-fr
Invité
Je suis plutôt d’accord avec les “situations particulières”. C’est notamment le cas des pays disposant de facilités géologiques : hydro pour la suisse et pour la norvège, gaz pour l’Algérie etc.. Le cas du Danemark est plus complexe : ses superstructures d’échange relèvent autant de sa géologie que de la culture scandinave , laquelle est diamétralement opposée à la culture latine.. L’ingéniosité des habitants n’est pas une ressource géologique ! C’est quelque chose qui peut s’influencer politiquement. D’autre part les danois ont toujours été hostiles au nucléaire et la question s’est posée dans le passé : la position suédoise a… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Les STEP des iles Canaries (Gomera et Hierro) fonctionnent uniquement à l’énergie éolienne. Les habitants qui sont intégrés au projet en sont très fiers. Il est certain que faire payer la moitié d’un projet par des subsides publics et faire subventionner le reste par un tarif d’achat à environ 250€/MWh, il y a de quoi être fier de son coup! A mon avis, c’est un record!

Sicetaitsimple
Invité
de vous voir reconnaitre qu’en matière d’énergie et plus précisement en matière d’électricité les US ce n’est pas la Chine, que la Chine ce n’est pas l’Inde, que l’Inde ce n’est pas l’Afrique, que l’Afrique ce n’est pas l’Europe, que l’Europe ce n’est pas l’Allemagne, que l’Allemagne ce n’est pas la France , que le Danemark, la Suisse, la Norvège sont des cas non réprésentatifs de l’Europe moyenne. Quand on a effectivement compris ça, on peut commencer à être un peu plus pertinent sur les priorités à donner pour construire un monde plus efficient en termes économiques et écologiques en… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Les STEP des Canaries sont de belles réalisations, elles sont simplement difficiles à reproduire sur un vieux continent à la densité démographique importante. Je ne comprends pas comment on peut valoriser le MWh à 250€ .. Sur quelle période ? Comment deux technologies réputées bon marché peuvent aboutir à un MWh exhorbitant ? Si vous amortissez votre prix sur 5 ans , je comprends mais combien ça coute sur 40 ans ? Pensez vous vraiment que dans 5 ans , les STEPS seront détruites et les éoliennes démantelées ? Si vous calculez les coûts nucléaires sur 60 ans (fourchette haute… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

ni ne calcule rien, je lis l’article d’el pais. But El Hierro has been the example used by Spain to represent its commitment to renewable energy. And now, the ministerial order will guarantee a payment of 236 euros per megawatt produced – far higher than conventional wind energy

Herve
Invité
Je suis d’accord avec vous sur le fait que certains amortissements doivent aller au dela de leur simple rentabilité court terme. La construction des barrages est un exemple. Certains ne sont pas de bons placement financiers au sens étroit du terme, mais la qualité de ce qu’il produisent (energie dispo pilotable rapidement) et leur grande durée de vie fait qu’ils rendent sur le long terme un service supérieur a ce qu’ils ont couté. Bien sur on aurait pu placer les sous ailleurs et avoir gagné plus, mais il aurait fallu vivre avec une électricité plus polluante, de moins bonne qualité… Lire plus »
stephsea0
Invité
Et non pas missionés. C’est le moins favorable des deux cas. Car il s’agit alors d’un évangélisme, d’une cause morale, voire religieuse, et non de l’accomplissement d’une tâche fonctionnelle au sein d’un système objectif. On fera avec… Maintenant que l’appel à la vigilance est passé, le pire danger qui consistait à ne pas les voir tels qu’ils sont me semble écarté. On peut donc composer avec cette réalité. Car il s’agit bien de faire avec la réalité et non de faire de la politique ou de la propagande, ou de faire de l’onanisme littéraire. Les idées ne sont pas ennemis… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
La mission des barrages a complètement changé depuis leur origine. Au départ conçus pour un usage local en base, ils ont été modifiés en profondeur pour assurer les pointes nationales. Et il en ira de même pour les EnR puisque on va passer progressivement de l’absorption par foisonnement et du curtailment au smartgrid et au stockage. Cela n’a rien à voir. La situation actuelle reflète le contexte dans lequel évoluent les “derniers arrivés” que sont les EnR Fustigées par les producteurs en place, qui finalement prennent des intérets dans le business EnR (Multibrid, appels d’offres offshore, photowatt, ..) puis les… Lire plus »
Herve
Invité
Le probleme, c’est surtout que les ENR n’assurent qu’une partie du besoin, le reste necessitant pour le moment l’usage des moyens conventionnels. Donc nuke ne meurt pas car on a besoin de lui, à moins de le remplacer par du gaz, ce serait alors une forme de recul sur les plans économiques et sur le plan des émissions de CO2. Je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait que ça va être forcémment lent. Si demain un labo trouve une batterie qui stocke 1000Kwh pour 10€, ça va au contraire aller trés trés vite. En 20 ans maxi… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour ceux que l’histoire de El Hierro intéressent, lisez ceci : Vous verrez que El Hierro ne sera pas autonome avec l’installation actuelle et que le fioul continuera à assurer l’indispensable complément. Vous verrez que cette installation est une vitrine très largement soutenue à bout de bras par des organismes extra nationaux. Vous verrez que l’installation a été très largement subventionnée pour absorber les surcoûts du projets (on est passé de 25 millions à 80 milliuons d’Euros, plus de trois ce qui a été “vendu”) et que chaque MWh est rétribué à hauteur de 236 €. Vous verrez que les… Lire plus »
wpDiscuz