Energies Marines : Alstom signe un accord avec STX France

Alstom a annoncé vendredi dernier la signature d’un protocole de partenariat exclusif avec STX France, le groupe de constructions maritimes basé à Saint-Nazaire, lors du Comité Stratégique sur les Energies Marines Renouvelables organisé à Nantes.

Il apparaît que STX France soit un partenaire privilégié d’Alstom : "les deux groupes travaillent déjà ensemble sur l’assemblage et les fondations des sous-stations offshore pour les marchés à l’export."

Ce protocole porte sur la fourniture de pièces de transition qui permettront de fixer le mât de l’éolienne à sa fondation monopieu. Cette pièce de transition a été conçue pour répondre spécifiquement aux contraintes techniques de l’éolienne Haliade 150, dans le cadre du second appel d’offres lancé en France.

"La signature de cet accord avec STX France représente une étape importante dans la création d’une filière industrielle française des énergies marines renouvelables. Cette décision vient compléter les initiatives déjà engagées par Alstom et EDF Energies Nouvelles lors du premier appel d’offres français et qui se poursuivront pour le second", a déclaré Jérôme Pécresse, Président d’ Alstom Renewable Power.

Les trois projets français du premier appel d’offres et ceux qu’Alstom et EDF Energies Nouvelles espèrent remporter lors du second, participeront à la structuration de cette filière industrielle française, dont l’expertise pourra également s’exporter. Dans cette optique, la technologie éolienne offshore d’Alstom a déjà été sélectionnée par KNK Wind, société en charge du développement du projet Arcadis Ost 1 en Allemagne. L’Haliade 150-6MW d’Alstom a en effet été présentée dans le dossier de permis de construire qui est actuellement en cours d’approbation par les autorités administratives. Une fois le financement mis en place et les autorisations obtenues, Arcadis Ost 1 comprendra 58 éoliennes offshore sur une zone d’environ 30km2 en mer Baltique. Après la mise en service des éoliennes, la ferme offshore atteindra la capacité nominale de 350 MWe.

Alstom a également fait le point, à l’occasion du Comité, sur la construction des différentes usines qui assureront la fabrication des équipements de ses éoliennes offshore. La construction des deux usines de Saint-Nazaire, où seront fabriqués les alternateurs et nacelles de l’Haliade 150, a débuté au printemps 2013 et se déroule comme prévu. Elle devrait être achevée en 2014. Par ailleurs, la demande de permis de construire pour les deux usines de fabrication de pales et de mâts à Cherbourg sera déposée la semaine prochaine. Au total, ces usines créeront à terme 5.000 emplois dont 1.000 directs.

Un travail d’identification et de qualification des sous-traitants a été réalisé en parallèle. Alstom devrait ainsi signer plusieurs accords dans les mois à venir avec des sous-traitants basés localement dans les régions Pays de la Loire (Loire-Atlantique et Vendée), Basse-Normandie et Haute-Normandie.

Enfin, Alstom annonce le démarrage de ses activités éoliennes offshore dans son centre d’ingénierie. Une vingtaine d’ingénieurs ont rejoint une cinquantaine de personnes qui travaillent depuis 2010 sur le développement de l’énergie hydrolienne. Dans les mois à venir, une trentaine de nouveaux recrutements seront effectués afin de renforcer ces équipes. Ce centre dédié aux énergies marines renouvelables est unique en France, et il comprendra à terme 200 personnes spécialisées en ingénierie, logistique, maintenance, installation et mise en service des futurs projets. Aujourd’hui situé à Nantes, ce centre s’installera prochainement à Bouguenais, dans les locaux à construire qui seront situés à proximité immédiate de l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne, dont Alstom est membre associé. Cette décision vient renforcer le développement de la coopération étroite entre Alstom et l’Institut.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz