EnR : Les émirats se tournent vers l’Allemagne

Une prospérité bâtie sur le pétrole et le sable : la fin proche des réserves de pétrole contraint les souverains du Golfe à asseoir leurs richesses sur des sources d’énergie alternatives. Chaque habitant des Emirats Arabes Unis (EAU) consomme chaque année environ 17.000 kWh d’électricité et 219.000 litres d’eau, des quantités plus élevées qu’un américain en moyenne [1].

"Nous n’avons encore aucun problème d’énergie", affirme Sultan Ahmed Al-Dschaber, directeur de la société pour les énergies d’avenir à Abu Dhabi. "Mais nous pensons déjà à l’ère du "post-pétrole". Avec l’initiative de l’éco-cité de Masdar [2], nous voulons donner à notre économie un nouveau soutien sur lequel elle peut s’appuyer." Les entreprises allemandes constituent souvent des partenaires précieux pour les pays Arabes et sont leaders dans les technologies où les Emirats voient leur avenir : techniques solaires, énergie éolienne et dessalement de l’eau de mer.

Dans le cadre de cette initiative, les cheiks ont rassemblé plusieurs projets prometteurs, grâce auxquels les Emirats souhaitent se positionner à la pointe mondiale de la vague énergétique. Chaque jour, leurs pompes extraient environ 2,5 millions de barils de pétrole. Les recettes sont investies dans des installations solaires et des éoliennes. Depuis août 2008 est planifiée une immense centrale solaire dans le désert, qui devrait coûter 350 millions de pétrodollars et devrait fournir 100 MW d’électricité. Actuellement, 35 installations sont testées et une décision concernant l’attribution à un exploitant devrait tomber cet automne. L’extension ultérieure des panneaux solaires à 500 MW est déjà prévue.

Environ 22 milliards d’euros sont investis par les gouvernants dans l’éco-cité de Masdar ("source" en arabe), Mecque mondiale des bâtiments à haute efficacité énergétique dans le désert. A côté de l’aéroport international d’Abu Dhabi se dresse la ville de 50.000 habitants, qui devrait s’approvisionner à long terme uniquement à partir d’énergie renouvelables. D’immenses surfaces de toiture sont prévues pour installer des panneaux solaires. Les cheiks n’achètent pas de modules solaires, mais des usines entières pour fabriquer eux-mêmes les panneaux de verre.

Le savoir-faire allemand est ici très recherché : en effet, les machines proviennent du fournisseur Applied materials d’Alzenau en Bavière. D’autres usines implantées à Abu Dhabi viendront augmenter les capacités de production de Masdar en photovoltaïque à 210 MW. Les dirigeants du Golfe pensent déjà plus loin : les EAU veulent produire eux-mêmes un total de 630 MW de modules solaires par an.

Cependant, la technique allemande du solaire n’est pas transférable d’emblée aux EAU : la poussière de sable fine et tranchante et les tempêtes de désert poncent le verre des modules et empêchent l’accès aux surfaces de silicium. C’est pourquoi des instituts de recherche comme le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR) à Cologne et l’Université technique d’Aix-la-Chapelle (RWTH) se sont engagés à développer des solutions spéciales pour le monde arabe.

Il n’y a pas qu’à Abu Dhabi qu’un avenir vert se profile. En effet, tous les pays limitrophes du Golfe et de la mer méditerranée bénéficient d’un ensoleillement conséquent avec une température allant jusqu’à 50°C en journée, et un vent violent la nuit. Ainsi, le fournisseur solaire allemand Coenergy construit une installation solaire qui produit 2 MW d’électricité sur le toit de l’Université du Roi Abduhlah, à Riad, capitale d’Arabie Saoudite. Ce projet est financé à hauteur de 11,3 millions d’euros par Saudi Aramco, l’une des plus grosses entreprises de pétrole du monde.

Le Maroc quant à lui investit dans l’énergie éolienne : à côté de Tanger, se dresse depuis 8 ans le premier grand parc éolien d’Afrique du Nord, comprenant 7 générateurs éoliens. Le projet a été financé par la banque publique allemande KfW. Depuis, les Français [3] ont bâti dans la même région un gigantesque parc contenant 84 éoliennes d’une puissance totale installée de 50,4 MW.

A Kuraymat, au sud du Caire, une centrale moderne a été érigée, qui utilise la chaleur du soleil et le gaz naturel pour approvisionner la capitale égyptienne avec 150 MW d’électricité. Ainsi, des collecteurs solaires avec des anneaux paraboliques sont installés pour capter la lumière du soleil. L’entreprise de Cologne Flagsol, filiale de Solar Millenium AG d’Erlangen, est associée au projet et à la construction du champ solaire. Les collecteurs couvrent une surface de 130.000 m2. Chaque collecteur est large de 6 mètres et long de 150 mètres. Environ 53.000 miroirs sont utilisés, dont la plupart provient d’Allemagne, entre autre de Schott Solar.

D’autres appels d’offre sont lancés en Algérie, Maroc, Israël et aux Emirats.

[1] Consommation d’électricité d’environ 12.500 kWh/hab en 2007 aux US
[2] Informations supplémentaires sur Masdar "Installation de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables aux Emirats arabes unis", BE Allemagne 444 – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59882.htm – 09/07/2009
[3] Parc éolien possédé par la Compagnie éolienne du détroit (CED), filiale marocaine de la société française Theolia – Informations supplémentaires : http://www.lejournaldetanger.com/avant_imp.php?a=2245

[BE Allemagne numéro 447 (30/07/2009) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/60153.htm]
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "EnR : Les émirats se tournent vers l’Allemagne"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Etienne solar
Invité

Mais pourquoi les Emirats ne se tournent-ils pas vers la France ? Nos technologies inondent le monde, nos airbus et autres fusées arianes font des prouesses, nos centrales nucléaires sont rayonnantes, nos politiciens sont de grands sages … et pourtant ils se tourne vers les Allemands, ces écologistes claironnant Je ne comprend pas … expliquez moi …

Guydegif(91)
Invité

Préparer le ”post-pétrole”, ”Masdar”, ”partenaires sérieux”….voilà des gens avisés qui savent prévoir ! Il est vrai qu’ils ont les moyens ! Sages ! Bonne continuation ! Dommage pour nous autres que nos relations privilégiées(?) avec le Qatar(?) et autres membres de EAU ne conduisent pas à des partenariats solides avec la France et nos entreprises…EDF EN, etc…  Tough…Luck ! A+ Salutations Guydegif(91)

Guillaume001
Invité

la france est super en retard sur le solaire et s’est reposé en grande partie sur le nucléaire…Alors que l’allemagne a plus besoin de prévoir l’avenir. Bravo aux allemands, on devrait les encourager, ils sont forts et ce n’est pas le moment de mettre des batons dans les roues de la vieille europe…

Etienne solar
Invité
La France à développée certaines technoindustries qu’elle à réussie à exporter … En rêvant que ces technologies soient pérenne pour l’éternité … mais le monde change, et ceci était prévisible et annoncé depuis bien longtemps … fort de leur puissance les majores ont donnés la main aux politiques pour créer un monde à leur image … et qu’elle image !!! … 9000 centrales nuk pour que notre planete rayonne d’une énergie propre ! le pied … Mais le monde à changé et seules les technologies conformes aux exigences du nouveau rêve vont se déployer. Une question : quels sont les… Lire plus »
Ra sun
Invité

Etienne Solar, tu veux vraiment savoir pourquoi les Emirats se tournent vers l’Allemagne et non pas vers la France qui est bien entendu le plus beau pays au monde ? tout simplement par ce que les français comme toi qui se lamentent sur leur sort ne sont qu’une belle brochette de trous du cul. La monarchie sarkozienne est pathétique et nos voisins teutons ont pris dix voir quinze ans d’avance sur nous dans le domaine des énergies renouvelables. La France a fait le choix du tout nucléaire a elle d’en assumer les conséquences.

mido48
Invité
C’est à chaque fois qu’un  pays autre que la France parvient à réaliser un partenariat avec les arabes, on essaie de faire porter le chapeau aux arabes (Etiennes solar dit :”Pourquoi les emirats ne se tournent-ils pas vers la France- il aurait du dire Pourquoi la France n’a pas fait le necessaire pour gagner le projet des Emirats) .Je l’ai dit ailleurs : Le monde bouge, personne n’est dupe.La politique actuelle de la france a besoin de ne plus dormir sur ses lauriers coloniaux.Les allemands d’europe, l’Inde et la Chine de l’asie n’attendront aucun pays quant à la conquete de… Lire plus »
marcob12
Invité
Il est normal de se tourner vers ceux qui ont l’expertise et la mettent en pratique. Les pays “pétroliers” du désert ont toutes raisons de vouloir se reconvertir vers l’efficacité énergétique et les renouvelables s’ils veulent durer. Par leur engagement et leurs investissements ils participent déjà à la sortie de l’ère du pétrole et du gaspillage (les deux indissolublement liés) et peuvent montrer aux retardataires qu’un avenir de sobriété énergétique est concevable et souhaitable. A eux de démontrer que dans les conditions les plus rudes il est possible de prospérer à consommation énergétique minimale en tirant partie des ressources naturelles… Lire plus »
bmd
Invité
Les émirats ont beaucoup de soleil. Comme ils sont sages, ils vont chercher à l’utiliser pour leur fournir de l’énergie. Mais cette sagesse leur permet de comprendre que, tant que l’on ne saura pas mieux stocker l’électricité et la chaleur, cela ne suffira pas et de très loin à remplacer le pétrole et le gaz.Tout au plus cela leur permettra-t-il de le faire durer et d’en vendre un peu plus longtemps sur sur le marché international, pour s’acheter les nouvelles technologies énergétiques. Et ils se tournent aussi vers le nucléaire, où les Allemands sont en train de se disqualifier. Leur sagesse… Lire plus »
Denlaf
Invité

Prioritairement on doit penser à l’hydroélectricité. Si, par contre, on n’a pas l’eau nécessaire; on doit forcément se tourner vers les autres énergies renouvelables éternellement disponibles: le photovoltaïque ou l’éolien.

fx26150
Invité

1- utiliser l’énergie immédiatement disponible là où elle est en plus grande quantité 2- s’affranchir d’une dépendance vis à vis d’un pays fournisseur d’une matière première rare et appelée à être chère Conclusion: Le tout fait que “mon pays” devient indépendant énergétiquement. L’ère du monocombustible fossile est n’en déplaise à ceux qui ne l’ont pas compris, définitivement révolue.

wpDiscuz