EnR-Pool : moduler la forte consommation électrique des industriels

Un consortium d’entreprises regroupant Energy Pool, Schneider Electric et le CEA ont annoncé hier le lancement du projet EnR-Pool, ayant pour objectif de favoriser le développement des énergies renouvelables grâce à la modulation participative de la consommation énergétique d’industriels à très forte consommation.

Ce lancement a eu lieu sur le site de Savoie Technolac (Le Bourget-du-Lac), en présence de M. le Sénateur Jean-Pierre Vial, Président de Savoie Technolac, Co-président fondateur de l’INES et membre de la commission Energie du Sénat.

Le projet EnR-Pool consiste à évaluer de quelle manière des clients industriels peuvent, en adaptant ponctuellement leur consommation électrique, contribuer à résoudre certaines problématiques liées à l’insertion des énergies renouvelables intermittentes sur le réseau, tout en améliorant leur compétitivité. Pour ce faire, EnR-Pool développera des solutions et des modèles économiques permettant de valoriser les mécanismes de délestage et de consommation à la demande grâce à la mise en œuvre du projet.

« La production aléatoire des énergies renouvelables n’est pas nécessairement corrélée avec les besoins des consommateurs et peut induire de réelles difficultés pour la gestion du système électrique, a expliqué Olivier Baud, Président Fondateur d’Energy Pool et Pilote du projet EnR-Pool. L’éolien et le solaire étant des énergies intermittentes et variables, mais prédictibles, le projet EnR-Pool a pour vocation d’apporter des solutions au problème d’équilibre entre production et consommation d’électricité, en s’appuyant sur une participation active des consommateurs. »

Le projet EnR-Pool est piloté par Energy Pool, en partenariat avec Schneider Electric et les équipes du CEA à l’INES, et financé par l’ADEME dans le cadre des Investissements d’Avenir à hauteur de 1,1 million d’euros sur un budget total de 2,3 millions d’euros. D’une durée de trois ans, EnR-Pool prévoit un programme d’actions visant à :

• agréger et mesurer la production de plusieurs centaines de MW d’énergies renouvelables d’origines éolienne et solaire ;
• étudier la fiabilité des outils de prévision de rendement existants ;
• relever la consommation de gros consommateurs issus de plusieurs grands sites industriels en France métropolitaine ;
• développer des systèmes permettant une évaluation des capacités de ces mêmes sites à faire de la modulation électrique et à contribuer à l’équilibrage du réseau électrique ;
• analyser les nouveaux mécanismes des marchés de l’énergie.

EnR-Pool vise ainsi à valider la faisabilité technique de la démarche puis à développer des systèmes et modèles d’affaires permettant de valoriser les efforts réalisés par l’ensemble des parties : consommateur, producteur, gestionnaire du réseau et acteur d’équilibre.

A terme, le principe de gestion de la demande d’électricité développée par EnR-Pool pourrait permettre de diminuer ou de décaler la consommation lorsque le vent chute et/ou le soleil se cache, et inversement de la stimuler lorsque la production est importante alors que la demande est faible. Le maintien de l’équilibre du réseau en serait ainsi facilité à moindre coût.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "EnR-Pool : moduler la forte consommation électrique des industriels"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
De passage
Invité

et modulent effectivement leur consommation, ils vont nécessaireent demander de substancielles réductions tarifaires pour cause de réduction de production annuelle, mauvais amortissements des investissements correspondants car tournant en gros seulement 20% du temps, énorme augmentation de la puisance de leurs installations électriques internes, etc… Alors une énergie folâtre hyper chère à produire va être vendue avec d’impressionnants rabaix? Quel est l’immense ignorant qui a payé pour ce concept? C’est la fuite en avant avec fusées d’appoint, yeux bandés et sans casque vers le Mur de la réalité: Je les y attends en me léchant les babines…!

umwelt
Invité
Vous avez mal compris le principe : l’objectif n’est pas n’arrêter la production des industries, mais de la reporter quand c’est possible. La production ne va pas dégringoler (d’où sortez-vous ces 20% ?), et la puissance installée en interne n’a pas vocation à augmenter (en vertu de quoi ?) Effectivement, les entreprises feront ça sous réserve que les tarifs proposés soient plus avantageux (normal, elles assument un rôle nouveau de prestataire de service d’équilibre du réseau). Mais c’est justement pour éviter d’avoir une énergie “hyper chère à produire” (appoints avec des centrales à gaz) qu’on propose ce système. Proposer une… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
et des commentaies est qu’on ne cible pas forcément les mêmes sujets, ce qui conduit à des avis un peu trop tranchés.A minima, je partage les constats de Chelya ( vous voyez!) concernant les electro-intensifs. L’idée, si j’ai bien compris, n’est pas de demander des réductions tarifaires à son fournisseur, mais de génerer des rentrées d’argent grâce à la participation à ce qu’on appelle et qui existe le mécanisme d’ajustement. C’est quoi: c’est un mécanisme contractualisé entre RTE et les “acteurs de marché” qui permet à RTE, pour ajuster l’équilibre offre-demande en temps réel, de solliciter pour des conditions convenues… Lire plus »
Anto
Invité

Il est tout a fait possible de réduire sa puissance d’appel sans réduire la production. Un exemple simple : si vous avez des compresseurs avec un ballon de stockage vous pouvez produire plus ou moins d’air comprimé pour remplir votre stockage mais consommer toujours la même chose au niveau de votre process. Moi je bosse sur ce projet pour mon industrie et ça n’a aucune contrainte niveau production !!

wpDiscuz