Eolien en mer : la construction des usines de Saint-Nazaire est lancée

Les travaux de construction des deux premières usines de turbines éoliennes offshore d’Alstom dont la mise en service est prévue courant 2014 ont été lancés, lundi, en présence entre autres** du PDG d’Alstom (Patrick Kron), ainsi que du 1er Ministre, Jean-Marc Ayrault, à Saint-Nazaire.

Alstom est en effet le fournisseur exclusif du consortium mené par EDF EN dans le cadre du premier appel d’offres français sur l’éolien offshore. A terme, la nouvelle filière industrielle française devrait créer près de 7.000 emplois.

Faire émerger une nouvelle filière industrielle

Les usines de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, seront entièrement dédiées à l’assemblage des nacelles et à la fabrication des alternateurs de l’éolienne offshore Haliade 150 d’une puissance de 6 MW. Les deux bâtiments industriels se jouxteront et occuperont une surface totale d’environ 2.5 hectares sur un terrain de près de 14 hectares situé à Montoir-de-Bretagne, dans la zone portuaire de Saint-Nazaire. Ils seront dimensionnés pour atteindre la capacité de production de 100 machines par an. En 2014, ces usines remplaceront l’atelier temporaire de Saint-Nazaire dans lequel Alstom produit déjà actuellement les préséries de l’Haliade 150. Dès 2015, deux autres usines implantées à Cherbourg, dans la Manche, destinées à la fabrication des pales et des mâts, viendront compléter le dispositif industriel.

Alstom livrera à EDF EN les 240 éoliennes Haliade 150 qui équiperont, à partir de 2016, les champs de Courseulles-sur-mer, Fécamp et Saint-Nazaire. Le groupe, qui n’avait pas ouvert d’usine sur le territoire national depuis plus de 30 ans, s’est engagé à créer environ 1.000 emplois directs en France dans la filière des énergies marines renouvelables. Le plan industriel d’Alstom devrait générer également environ 4.000 emplois indirects chez ses fournisseurs et sous-traitants. L’activité du consortium assurera par ailleurs 2.000 emplois supplémentaires, essentiellement pour l’installation, les fondations et la maintenance des parcs éoliens.

Eolien en mer : la construction des usines de Saint-Nazaire est lancée

D’après Alstom, les usines de Saint-Nazaire et de Cherbourg emploieront respectivement environ 300 et 500 personnes. Les ouvriers qualifiés des métiers de l’électromécanique et de la manutention représenteront un peu plus de 60% de l’effectif total. 15 à 20% d’ingénieurs seront recrutés pour remplir des fonctions classiques de méthodes de production, de suivi de la qualité ou de logistique. Dans un premier temps, les personnels employés dans l’atelier temporaire de St-Nazaire seront transférés à Montoir. Les recrutements se feront progressivement dans un deuxième temps, entre 2014 et 2018 avec une montée en puissance à partir de 2016. Enfin, un centre d’ingénierie spécialisé dans les énergies marines renouvelables, pour lequel les premiers recrutements sont en cours, verra le jour dans le pôle métropolitain de Nantes-Saint-Nazaire. Il emploiera plus de 200 personnes dont 80% d’ingénieurs.

Eolien en mer : la construction des usines de Saint-Nazaire est lancée

Le développement d’un réseau de fournisseurs locaux est essentiel pour Alstom qui sous-traitera une part considérable des volumes produits. Dans ce but, le groupe a rencontré plus de 500 entreprises depuis 2011 afin de jouer pleinement son rôle dans une réelle dynamique économique locale. Fin 2012, trois « journées fournisseurs » ont été organisées en collaboration avec les chambres de commerce et d’industrie régionales de Basse et Haute Normandie et des Pays de la Loire. Elles ont rassemblé chacune entre 150 et 300 PME. Les premiers contrats avec les fournisseurs de composants ou de services destinés aux nouvelles usines pourront être signés dès 2014, en s’appuyant notamment dans la région nazairienne sur le réseau Neopolia.

"Ces nouvelles usines marquent les premières étapes nécessaires pour concrétiser la création d’une filière industrielle française d’excellence dans le domaine des énergies marines renouvelables, qui répondra aux besoins du marché national et européen", a déclaré Patrick Kron, Président Directeur Général d’Alstom

Investir dans le développement des énergies marines renouvelables

Les pouvoirs publics participent au développement industriel des énergies marines renouvelables à travers notamment un soutien des collectivités territoriales.

La convention de partenariat signée entre Alstom, le conseil régional des Pays de la Loire, le pôle métropolitain de Nantes-Saint-Nazaire et la CARENE (Communauté d’Agglomération de Saint-Nazaire) porte sur une feuille de route partagée dans les domaines du développement industriel et de la recherche et développement, de l’intégration du groupe Alstom dans l’écosystème régional d’innovation, de recherche et de formation et de la responsabilité sociale territoriale.

Par ailleurs, trois des 4 usines d’éoliennes offshore ont fait l’objet d’un financement sous forme de prise de participation, dans le cadre des actions du Programme d’Investissements d’Avenir gérés par l’ADEME pour le compte de l’État, avec comme objectif le développement d’un outil industriel compétitif dédié à la production de composants d’éoliennes offshore et à l’assemblage de ces éoliennes.

L’Haliade 150 bientôt installée en mer du Nord pour des tests en conditions réelles

La première Haliade 150 installée sur le site du Carnet, situé dans les Pays de la Loire, vient d’entamer sa dernière phase de tests avant certification. Elle fonctionne à sa puissance nominale de 6 MW dès que le vent le permet. Les données collectées à terre serviront à vérifier la performance et la qualité de puissance de l’énergie produite en fonction des vents. L’électricité générée est renvoyée sur le réseau local pour alimenter les communes avoisinantes.

La deuxième éolienne dont la fabrication vient de s’achever dans l’atelier temporaire de St-Nazaire, rejoindra dans les prochains jours le port d’Ostende, en Belgique, pour être installée et testée dans les conditions réelles de l’environnement marin. Elle sera implantée au sein du parc éolien Belwind qui compte 55 éoliennes. Alstom et le développeur belge Belwind ont signé un accord de coopération pour l’installation, le raccordement au réseau, l’exploitation et la maintenance d’une éolienne Haliade 150.


** La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Economie et des finances, Pierre Moscovici, du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de la ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, Delphine Batho, du ministre délégué chargé des Transports, de la mer et de la pêche, Frédéric Cuvillier, du Président de la Région Pays de la Loire, Jacques Auxiette, du Directeur exécutif de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), François Moisan et du Commissaire Général à l’Investissement, Louis Gallois.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Eolien en mer : la construction des usines de Saint-Nazaire est lancée"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

Les énergies marines renouvelables,mais pas que. Et pourquoi pas un accord également d’EDF EN avec Alstom pour livrer des éoliennes terrestres? ça doublerait au moins le nombre d’emplois créés, pour des éoliennes terrestres Alstom déjà existantes (ex Ecotecnia), certifiées et déjà installées à des milliers d’exemplaires. Sans parler de la possibilité d’installer les nouvelles 6MW à terre, comme la première en test actuellement. Incompréhensible.

Eole2020
Invité

Superbe défi dans lequel la France se lance ! Dans les années 70 nous avons su devenir le leader mondial du nucléaire, sachons aujourd’hui devenir un leader du renouvelable ! Nous avons le savoir faire, les capitaux, la structure industrielle, le potentiel ENR considérable, un soutien fort de l’opinion publique, un marché mondial en pleine croissance, un parc de production à renouveller dans quelques années alors fonçons !!!! PS : Alstom vient d’installer une 20aine d’éoliennes terrrestre en France et en à une 30aine de prévue pour ce premier semestre. Là aussi il faut y aller!

alainraf
Invité
les atermoiements des divers gouvernements, et la position hégémonique d’EDF pro nucléaire, ont fait perdre 20 ans difficilement rattrapables à ce type d’énergie renouvelable; et qui vient célébrer en grandes pompes les nouvelles installations pour se faire mousser ? tjrs les mêmes: ** La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Économie et des finances, Pierre Moscovici, du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de la ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, Delphine Batho, du ministre délégué chargé des Transports, de la mer et de la pêche, Frédéric Cuvillier, du Président de la Région Pays de… Lire plus »
Etiennesolar
Invité

Site de production de taille nationale … super Messieur les politiques, allons jusqu’au bout et optimisons le site en le rendant autonome avec le PV = 2,5 Ha de batiment + x Ha d’ombrières (avec la certitude de ne pas pomper sur la surface agricole ).

Leader
Invité

« Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette ; Le premier de nous deux qui rira aura une tapette ! »

Dan1
Invité

Etes-vous si sûr que la France a 20 ans de retard dans l’éolien ? J’ai l’impression qu’Haliade est aujourd’hui une éolienne assez avancée (avec un système assez performant d’entraînement de générateur). Est-ce que l’attente ne nous a pas permis de démarrer directement avec les technologies les plus matures et les plus puissantes ? Ce qui est certain, c’est que nous étions peut être moins pressé que d’autres de faire de l’éolien pour masquer la production d’électricité thermique notamment au charbon.

Bachoubouzouc
Invité

Alstom n’est justement pas en train de plancher sur une éolienne onshore ?

fredo
Invité

Alstom a déjà des éoliennes terrestres ECO 80 et ECO 100 de l’espagnol Ecotecnia rachetée il ya plusideurs années. Ces éoliennes ont été installées à plus de 3000 unités et leurs puissances correspondent à celles installées par EDF EN à l’export.

aphi
Invité

Comme l’indique Dan1 le retard (ici de la France) présente quelquefois des avantages. Dans le domaine photovoltaïque l’Allemagne a développé considérablement la puissance installée, mais en temps que précurseur cela s’est fait à des coûts prohibitifs. Les successeurs, pour la même puissance installée, bénéficieront des baisses de coût largement dus au rôle de précurseur de l’Allemagne. Ou pour le voir autrement, aux vues des budgets disponibles pour développer ces parcs, les installateurs actuels pourriont installer plus de puissance. Le rôle de précurseur est donc probablement bénéfique aux industriels, sans doute moins aux collectivités et aux particuliers.

wpDiscuz