Eolien : Greenpeace plaide pour une meilleure connexion

Une étude de Greenpeace Belgique insiste sur la nécessité de renforcer l’interconnexion électrique pour accompagner le développement de l’énergie éolienne en mer.

Selon l’ONG écologiste, 6 200 km de câbles sous-marins sont nécessaires pour améliorer la prédictibilité de la production électrique en mer.

Si la production est jugée moyenne en Belgique, l’organisation estime qu’une meilleure interconnexion pourrait permettre de compenser la production par celle d’un pays voisin. Elle pense notamment à l’éolien offshore et l’hydraulique norvégien, qu’il considère comme "parfaitement complémentaires". 

L’étude publiée par Greenpeace est basée sur des données météorologiques appliquées à 118 parcs éoliens existants ou annoncés. Une fois interconnectés, ces parcs éoliens pourraient alimenter des millions de foyers européens en énergie renouvelable, évalue-t-elle. Ceci en ne mobilisant pas plus de 1,2% de la superficie de la mer du Nord.

Soit, toujours selon ce rapport, de quoi permettre d’ "envisager la fermeture d’environ 40 grandes centrales au charbon ou nucléaires."

Greenpeace plaide donc pour une bonne coordination des politiques européennes en matière d’énergie renouvelable et d’interconnexion.

"Un réseau électrique en mer du Nord permettrait de lutter efficacement contre les changements climatiques", écrit l’ONG. "Investir dans le développement de l’éolien offshore et d’un réseau électrique sous-marin, c’est investir dans des technologies respectueuses de l’environnement et aptes à s’adapter aux variations de la demande en électricité" conclut-elle.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Eolien : Greenpeace plaide pour une meilleure connexion"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan1
Invité

Je cite : “6 200 km de câbles sous-marins sont nécessaires pour améliorer la prédictibilité de la production électrique en mer.” C’est marrant la communication, j’aurais dit : “6 200 km de câbles sous-marins sont nécessaires pour pallier l’intermittence et la fluctuation rapide de la production électrique en mer.” La prédictibilité doit être améliorée par les logiciels et la météo ?

pasnaif
Invité
….éclatante: Ils ne parlent que de câbles sous-marins car ils ne peuvent plus avaler leur chapeau maintenant qu’ils ont tant fait de terrorisme mental en critiquant les lignes THT sources de toutes les nuisances ! Hypocrisie, car la consommation et interconnexion sont à terre, pas en mer. Leur théorie nécessite de pouvoir transférer une grande puissance éolienne entre pays, à l’heure où le ce couplage ne représente qu’une faible fraction des consommations de chaque pays: Donc Greenpeace plaide de facto AUSSI pour le développement de nouvelles lignes THT pour l’olien, qui comme par hasard n’auraient plus aucune nuisance car transportant de l’énergie… Lire plus »
g.lecoq
Invité
Bonjour,Les “cercles ecolo-éoliens” sentent le sol se dérober sous eux, et la Bretagne est défigurée par les éoliennes, mais pas du tout polluée par les rejets de ses mêmes usines à cochons, ou on ne semble voir que la bio-masse!!Et en plus, la “bulle éclate”??? quelle bulle??Quand la mauvaise foi s’en mêle, on fera bientôt dire que le nucléaire est aussi une énergie propre et tout à fait sans danger!!! Les tours de refroisissemnt de ces splendeurs architecturales ne défigurent, elles, pas du tout notre paysage, et bien sûr, les pylônes supportant les lignes Ht et THT encore moins!! Et… Lire plus »
Dan1
Invité
Il semble bien que la mauvaise foi fasse partie du débat depuis fort longtemps.Exemple : les fameuses et emblématiques et incontournables tours de refroidisssement uniquement assimilables aux centrales nucléaires… sauf que c’est tout simplement une preuve éclatante de mauvaise foi. Je rappelle que personne, pas même M. Lecoq, n’a daigné répondre à une question fort simple : combien y-a-t-il de tours de refroidisssement ou aéroréfrigérant en Allemagne pour refroidir les centrales à charbon ? Combien de réacteurs nucléaires ne possèdent pas ce type de tours ?Pouvez vous m’expliquer comment les pays, n’ayant pas de nucléaire, transportent leur électricité.Vous êtes, et les antinucléaires, les premiers utilisateurs et… Lire plus »
stef
Invité
Si personne n’a daigné répondre à votre question fort simple sur le nombre de tours de refroidissement en Allemagne, c’est peut-être parce qu’on s’en fout un peu… Critiquer les tours de refroidissement dues aux centrales nucléaires ne veut pas dire qu’on est pour l’ouverture de centrales à charbon accompagnées de tours de refroidissement. Il ne faut pas croire que antinucléaire = procharbon !Et puis si ça vous amuse vous pouvez toujours y répondre à cette question…Quand à la mauvaise foi, je ne savais pas que les antinucléaires en étaient les premiers utilisateurs. Vous avez une source fiable ?Enfin, concernant les… Lire plus »
Dan1
Invité
Vous dites qu’on s’en fout de répondre à ma question. Non je ne pense pas, car répondre à cette question signifierai tout simplement avouer que cette antienne s’effondre. Un vrai spécialiste de la communication ne peut pas prendre cela à la légère. Vous avez raison, dans l’absolu, les antinucléaires ne peuvent pas être les premiers utilisateurs de la mauvaise foi car c’est vieux comme le monde. En fait je parlais relativement au débat en cours.Certes les antinucléaires ne parlent pas que des aéroréfrigérants et des lignes électriques, mais ça revient assez souvent, une recherche hypertexte pourrait peut être éclaircir cela.Citation : “Les… Lire plus »
stef
Invité
“répondre à cette question signifierai tout simplement avouer que cette antienne s’effondre”Quelle antienne ?Et sinon personnellement je ne connais pas la réponse donc si vous l’avez je suis preneur à titre informatif.Quand à la mauvaise foi, j’ai du mal à voir si elle se situe plus d’un côté ou de l’autre du débat… Mais votre bonne foi doit avoir raison, les antinucléaires doivent bien sur plus utiliser la mauvaise foi.Ne croyez-vous pas plutôt qu’on voit de la mauvaise foi là ou d’autres pensent être de bonne foi ? N’avez vous jamais pensé avoir pu paraître de mauvaise foi alors qu’en… Lire plus »
Dan1
Invité

Attention, je ne prétends pas que mes comptes sont bon. Pour les 58 réacteurs nucléaires français produisant environ 420 TWh/an, il y a 28 réacteurs sans tours aéroréfrigérantes et 30 avec.En Allemagne pour 13 centrales à charbon identifiées produisant aux environ de 350 TWh/an, il y aurait environ 90 tours aéroréfrigérantes de taille très variables… inventaire non exhaustif.La mauvaise foi se situe au moins indubitablement là où les arguments fallacieux peuvent être démontés par des analyses rigoureuses.   Pour ce qui concerne le paysage et autre bruit ou chose subjective ou difficilement mesurable, vous aurez noté que je n’en parle jamais.  

stef
Invité

Merci pour ces chiffresEt donc cela permet de voir s’effondrer quelle antienne ? Je ne vois toujours pas.

renewable
Invité
Je ne vois pas le rapport avec les tours à charbon non plus!Toute personne raisonnable sait qu’on ne peut abandonner le nucléaire du jour au lendemain et sait également que le remplacement par du charbon/fioul est une mauvaise solution.Simplement, ne pas reconduire le programme nucléaire par l’EPR qui reste un crime contre les générations actuelles et futures est envisageable sur 20 à 30 ans si l’on y met les même moyens que dans le nucléaire en son temps!Sur 125milliards d’euros de recherche développement et construction (à minima, minima mais soit) on peut en faire des choses! Réduire notre consommation par… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour stef :L’antienne que j’évoque est celle qui consiste à associer systématiquement les tours aéroréfrigérantes et les centrales nucléaires. Vous en trouverez des manifestations à longueur de commentaire (voir par exemple l’article “Risques de légionellose dans les centrales nucléaires” publié le 25 janvier 2008).En fait, il s’agit simplement de l’un des systèmes qui permet de refroidir le condenseur des grosses centrales thermiques qui ne peuvent bénéficier d’un débit d’eau suffisant (fleuve ou mer). Les réacteurs nucléaires étant des systèmes de production de masse, comme le charbon, et avec des rendements assez voisins compris entre 30 et 40 %, il faut effectivement évacuer entre 60… Lire plus »
Dan1
Invité
Le nucléaire est la pire des choses… à l’exception de toutes les autres (merci Churchill).Point 1 :Le rapport avec les centrales à charbon est utile pour montrer que les tours aéroréfrigérantes ne sont pas attachées aux centrales nucléaires, loin s’en faut. Cela veut dire que si on abandonne le nucléaire, aujourd’hui ou dans trente ans, nous aurons manifestement encore plus de tours aéroréfrigérantes, car les EnR ne sauront pas assurer la majorité de la production. Il faudra donc des moyens de production de masse, et comme le dit très bien le comité Stop Nogent, si ce n’est plus le nucléaire, ça… Lire plus »
wpDiscuz