Enerzine

Eolien offshore : 3 consortiums ont déposé 10 candidatures

Partagez l'article

Pour que l’énergie éolienne en mer contribuent à produire 3,5 % de la consommation d’électricité française, soit l’alimentation de plus de 4,5 millions de foyers, cela implique la construction d’une capacité éolienne offshore de 6 GW à l’horizon 2020, soit environ 1.200 éoliennes.

Le premier appel d’offres portant sur des installations éoliennes de production d’électricité en mer en France métropolitaine doit permettre d’ériger 500 à 600 éoliennes au large des côtes françaises, pour une production de 3 GW. Il comprend la construction et l’exploitation de 5 parcs éoliens de production d’électricité implantées en mer.

Les candidats avaient jusqu’au 11 janvier 2012 – 14h, pour transmettre leurs dossiers à la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

Trois consortium menés par les producteurs d’énergie français EDF et GDF Suez et leur concurrent espagnol Iberdrola, ont déposé 10 candidatures dans les temps.

Le groupement dirigé par EDF (en partenariat avec Alstom) est candidat pour 4 sites. GDF Suez (en partenariat avec Areva) est partant pour 3 sites, ainsi que pour un autre site en coopération avec l’allemand Siemens. Pour terminer, le consortium Iberdrola vise lui deux sites.

Zoom sur les 5 zones retenues par le gouvernement et les objectifs de puissance :

Le Tréport (Seine-Maritme-Somme) – 110km2 : puissance maximale 750 MW, puissance minimale 600 MW ;
Fécamp (Seine-Maritime) – 88 km2 : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 480 MW ;
Courseulles-sur-mer (Calvados) – 77 km2 : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 420 MW ;
Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) – 180 km2 : puissance maximale 500 MW, puissance minimale 480 MW ;
Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) – 78 km2 : puissance maximale 750 MW, puissance minimale 420 MW.

Eolien offshore : 3 consortiums ont déposé 10 candidatures

[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

Les lauréats seront ensuite sélectionnés en avril 2012, puis à l’issue d’une étape de « levée des risques » obligatoire, devront confirmer la faisabilité du projet en octobre 2013. Les installations devront alors être construites progressivement à partir de 2015.

Les projets seront sélectionnés selon 3 critères, à savoir : la qualité du projet industriel et social (40 % de la note finale), le prix d’achat de l’électricité proposé (40 %) et le respect de la mer et de ses usages (20 %).

La finalisation de cet appel d’offres devrait se concrétiser par la création d’environ 10 000 emplois pour un investissement industriel de 10 milliards d’euros. Ce projet est considéré par beaucoup d’acteurs comme une opportunité de développement non seulement pour l’industrie mais aussi pour les bassins d’emplois situés sur le littoral (activités portuaires et chantiers navals).

« Nous voulons faire du développement de l’éolien offshore l’opportunité de créer en France une filière industrielle d’excellence. Nous nous réjouissons que les consortiums concurrents aient d’ores et déjà affiché des perspectives d’emplois en France très significatives. De l’ordre de 10 000 emplois pourraient être créés dans notre pays » ont déjà déclaré Nathalie Kosciusko-morizet et Eric besson.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    5 Commentaires sur "Eolien offshore : 3 consortiums ont déposé 10 candidatures"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    traonvouez
    Invité

    4 ans avant de commencer à construire! mais combien d’emploi perdus pendant ce temps par les entreprises voulant se développer dans ce secteur?

    Bachoubouzouc
    Invité

    En effet, ça a été long, et ce sans doute à cause du temps de consultation des populations locales. Question : Comment en Allemagne ou en Angleterre sont gérées les oppositions systématiques qui apparaissent maintenant dès qu’on veut installer un grand équipement ?

    Mamouth
    Invité

    De quellles sources tenez-vous qu’il y a des « oppositions systématiques » dans ces pays ? C’est plutôt une spécificité française, ça ! Et pour l’Allemagne, par exemple, on gagne les riverains à la cause en faisant des projets « participatifs », c’est-à-dire en leur proposant d’investir dans les parcs qui seront à coté de chez eux.

    Bachoubouzouc
    Invité

    Ah d’accord ! C’est intéressant comme méthode, faudrais essayer de l’appliquer en France (si ce n’est pas déjà fait).

    Anto
    Invité

    c’est en cours pour ce qui est de la participation des riverains des un projet éoliens Ce sera un petit parc de trois ou quatre machines qui se verraent pousser dans peu de temps sur la commune de Béganne(Département du Morhbihan,région Bretagne)Tout nouveau en France.

    wpDiscuz