Enerzine

Eolien / Photovoltaïque : petit état des lieux au 1er trimestre 2014

Partagez l'article

Dans le dernier tableau de bord éolien-photovoltaïque couvrant le premier trimestre 2014, on apprend que le parc éolien français a atteint une puissance installée de 8.291 MW tandis que le parc solaire s’élève à 4.866 MW à fin mars 2014.<

Eolien

Les nouvelles capacités raccordées en 2013 se sont établies à 557 MW, soit une baisse de 32% par rapport aux raccordements de 2012.

Aussi, pour la première fois depuis plus d’un an, le rythme des raccordements repart à la hausse au premier trimestre 2014. La base de comparaison est cependant particulièrement favorable, en raison du faible niveau des raccordements observé au premier trimestre 2013.

La production éolienne a atteint un nouveau record au premier trimestre 2014, s’établissant à 5,7 TWh, soit une progression de 44% par rapport au premier trimestre 2013. Elle dépasse ainsi les 5 TWh pour le second trimestre consécutif. La production au cours des mois de janvier et février a été particulièrement élevée.

 

Eolien / Photovoltaïque : petit état des lieux au 1er trimestre 2014

 

La part de l’éolien dans la consommation électrique nationale franchit pour la première fois le seuil de 4 % au premier trimestre 2014, atteignant précisément 4,2 %, contre 2,6 % au cours du premier trimestre 2013.

Un peu plus de 500 projets d’éolien terrestre sont en file d’attente à la fin du mois de mars, pour une puissance annoncée en hausse, à 5.937 MW. La puissance des projets terrestres avec une convention de raccordement signée a augmenté par rapport à fin décembre, ce qui laisse augurer une hausse des raccordements éoliens dans les trimestres à venir.

Concernant l’éolien offshore, la file d’attente diminue de 610 MW suite à l’abandon de deux projets dans les départements de l’Hérault et des Bouches-du-Rhône. Les autres projets d’éolien offshore ne commenceront à produire qu’à partir de la fin de la décennie

Photovoltaïque

La puissance installée du parc solaire photovoltaïque s’élève à 4.866 MW fin mars 2014.

La puissance totale des installations raccordées au cours de l’année 2013 ressort à 643 MW, en baisse de 42% par rapport à la puissance raccordée en 2012. Cependant, les niveaux de raccordement observés au premier trimestre 2014 s’inscrivent, comme au trimestre précédent, en nette hausse en glissement annuel. Mais la base de comparaison est également relativement favorable, un fort ralentissement ayant eu lieu à partir du dernier trimestre 2012.

L’année 2014 démarre mieux que la précédente, avec plus de 160 MW raccordés au premier trimestre, soit un niveau de raccordement supérieur de près de moitié à celui constaté au premier trimestre 2013.

Les installations de grande taille, supérieures à 250 kW, constituent plus de 60 % de la puissance installée sur le trimestre. Au premier trimestre 2014, la production d’origine photovoltaïque s’est élevée à 0,9 TWh, soit une augmentation de 24 % par rapport à la période équivalente de 2013. Malgré le plus faible ensoleillement qui caractérise la période hivernale, elle représente 0,6 % de la consommation électrique nationale.

 

Eolien / Photovoltaïque : petit état des lieux au 1er trimestre 2014

 

Le nombre de projets en file d’attente a été revu à la baisse par rapport au précédent tableau de bord. Cependant, la puissance globale des projets censés aboutir au cours des prochains mois, pour lesquels la convention de raccordement est déjà signée, progresse nettement : en hausse de près de 30 % par rapport à fin décembre, ce qui laisse augurer pour 2014 un rythme de raccordements supérieur à celui constaté en 2013.

Ces données intègrent pour la première fois l’île de Mayotte, dotée d’un parc photovoltaïque, dont la puissance est estimée à 13 MW au 31 mars 2014.

Par ailleurs, au premier trimestre 2014, la production d’origine photovoltaïque progresse de 24% par rapport au premier trimestre 2013.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    12 Commentaires sur "Eolien / Photovoltaïque : petit état des lieux au 1er trimestre 2014"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    climax1891
    Invité

    Malgré plus de 8000 MW installés, l’éolien a fournit 1 TWh pendant le mois d’avril. Source Aperçu sur l’énergie électrique en France en Avril 2014

    climax1891
    Invité

    Donc, avec une puissance installée de 12 500 MW, le solaire et l’éolien ont produit 4% de l’électricité.

    sunny
    Invité

    Vous cherchez à dire quoi? Que la puissance thermique produit plus que la puissance éolienne et photovoltaïque. La belle affaire! Parlez-nous plutôt des coûts de production de l’éolien terrestre ou du solaire PV au sol, de plus en plus proche de la 2G (ne parlons pas de la 3G qui restera peut-être à l’état de tête de série).

    Papijo
    Invité
    @Sunny – « Rassurez-vous, l’éolien offshore va arriver en Force sur le marché français, cela va vous faire tout drôle. » Oh que non, la facture qui viendra avec ne sera pas drôle du tout (Cliquer ici lien CRE . Le coût sera de 160 Euros/MWh au-dessus du prix marché de 45 Euros/MWh environ, soit 4,5 fois le coût normal. Et encore, bien sûr, ce prix ne comprend pas les raccordements entre champs éoliens et continent (estimés par la CRE à environ 1 milliard d’Euros pour les 2 GW prévus – L’estimation figure en annexe du Cahier des Charges de l’appel d’offres),… Lire plus »
    sunny
    Invité

    Papijo. SVP arrêter de nous sortir des vieux chiffres. La CRE a perdu beaucoup de crédibilité dans le domaine. Pour info, Siemens a annoncé qu’elle produirait de l’éolien offshore dans quelques années à moins de 100 €/MWh. Le tarif d’achat en Allemagne est de 150 € pendant 12 ans (pas 20), ce qui veut dire que le côut de revient sur 20 ans doit être beaucoup plus faible. Si on suit votre raisonnement, quel intêret de pourquivre sur le nucléaire qui représentent déjà un cout de plus de 100 €/MWh, autant faire de la lignite?

    sunny
    Invité

    Qui va payer?  » L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a évalué le coût d’une catastrophe majeure à 450 milliards d’euros, soit dix années de croissance économique. Les députés jugent que cette assurance « gratuite » de l’Etat constitue une « forme de subvention » qui mérite d’être intégrée dans le coût de l’énergie nucléaire. »

    Papijo
    Invité
    De la lignite … pourquoi pas, les allemands trouvent ça très intéressant ! Mais s’il y a un gisement en France, il doit être bien caché ! Pour ce qui est de la crédibilité de la CRE, je trouve que vous allez un peu vite ! Qui organise les appels d’offre de toutes ces énergies à production aléatoire, qui est chargé de controler les offres et de proposer au ministre (totalement incompétent dans le domaine) les candidats à retenir, c’est la CRE ! Qui est selon vous plus qualifié que la CRE ? Dominique Voynet ? Ségolène ? Pour ce… Lire plus »
    climax1891
    Invité

    Pendant une semaine de décembre 2013, le solaire et l’éolien n’ont fournit que 5% de l’électricité en Allemagne. Ceci alors que la puissance installée était, fin 2013, de 33 GW pour l’éolien et 35.5 GW pour le solaire.

    Tech
    Invité
    à papijo, qui a déjà payé et qui paye encore à edf? et le facteur de charge on s’en fout à partir du moment où on considère TOUTES les ENR en particulier l’hydraulique qui au lieux de soutenir le nucléaire soutiendra les ENR! + tous le Stockage local qui progresse et va s’installer un peu partout. la cogen servira également de régulateur, on n’en est plus au tout ou rien, les ENR sont passés de moins de 1% à qq % et la régulation fonctionne. oui il y a des investissement complémentaires, mais c’est du long terme. les interconnections entre… Lire plus »
    Nicias
    Invité
    La production éolienne a atteint un nouveau record au premier trimestre 2014, s’établissant à 5,7 TWh, soit une progression de 44% par rapport au premier trimestre 2013 Superbe record de l’éolien lors d’un hiver record par sa douceur et la faiblesse de la demande. Même le pv surproduit sans qu’on sache trop comment (1). Merci les énergies erratiques. Bien sur grace à des réglementations pour érradiquer le chauffage électriques et des subventions pour les substituts, on peut résoudre une partie du problème. 1 « Exceptionnellement généreux en décembre, l’ensoleillement a été généralement faible en janvier et février. » Dans le détail, avec… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    A Tech Je vous rappelle un article déjà cité : En Allemagne on commence à faire les comptes sur le long terme !

    Sicetaitsimple
    Invité

    On pourrait effectivement s’en foutre s’il était à peu près régulier, ce ne serait plus qu’une question de prix de revient. Mais très franchement, vous devez êtes la seule personne en Europe qui pense ça! (bien entendu parmi ceux qui donnent leur avis « autorisé » sur le sujet).

    wpDiscuz