EPR Flamanville : un dialogue de sourd s’instaure

Hier matin, vers 4h, une cinquantaine d’activistes de Greenpeace ont pénétré "illégalement" sur le chantier EPR de Flamanville 3 et en ont bloqué les accès.

Ainsi, deux camions ancrés dans le sol ont bloqué les grilles d’entrée du chantier alors que des activistes empêchaient 3 des grues du chantier de fonctionner, rendant la reprise des travaux est impossible. Aucun manifestant n’est entré sur le site en exploitation de Flamanville.

« La situation japonaise impose une remise en question du nucléaire et la première des choses à faire est d’arrêter de construire de nouveaux réacteurs, a déclaré Sophia Majnoni, en charge de la campagne Nucléaire pour Greenpeace. L’EPR en particulier pose des problèmes de sûreté que l’ASN a pointés du doigt il y a quelques semaines. L’autorité de sûreté doit prendre ses responsabilités et faire immédiatement appliquer un moratoire sur ce chantier. »

"Cette intrusion n’a en rien menacé la sécurité sur le chantier EPR, sur lequel aucune activité n’était en cours au moment de l’intrusion" a indiqué en fin de journée le ministère de l’industrie et de l’énergie, dans un communiqué. Eric Besson a pour sa part condamné cette intrusion et rappelle que le réacteur EPR est le réacteur nucléaire "le plus sûr au monde parmi les réacteurs nucléaires construits, en construction ou faisant l’objet de propositions commerciales."

Selon Greenpeace, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, André-Claude Lacoste, avait décrit peu après le début de la catastrophe de Fukushima, 4 failles importantes de sécurité en relation directe avec la situation au Japon. En conséquence, l’ASN « envisage » de mettre en place un moratoire sur la construction de ce nouveau réacteur en France.

Invitée à 13h à l’Elysée, avec d’autres ONG, par Nicolas Sarkozy, Greenpeace en a profité pour délivrer ce message directement au président de la République. Elle dénonce également une tentative de la part du gouvernement français de "couper court au débat sur l’énergie et le nucléaire qui semble enfin trouver un écho dans l’opinion publique française".

Entre-temps, les activistes enchaînés aux grilles et les camions qui bloquaient l’entrée du chantier EPR de Flamanville (Manche) ont été délogés en fin de matinée, hormis les grimpeurs de Greenpeace qui occupaient toujours les 3 grues, empêchant toute reprise des travaux.

Le bras de fer continu entre les 2 parties.

Alors que le gouvernement veut poursuivre la construction du réacteur EPR Flamanville 3, sous le contrôle de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), Greenpeace demande la suspension immédiate de tous les projets nucléaires français, en France et à l’étranger ainsi qu’une sortie progressive du nucléaire.

L’Etat assure que comme pour l’ensemble de ses installations existantes, EDF intègrera les demandes éventuelles de l’ASN à l’issue des audits en cours suite à l’accident de Fukushima et dont les conclusions sont attendues pour la fin de l’année. L’ONG demande de son côté la garantie d’un accès à une information objective et contradictoire sur l’énergie nucléaire – les risques, les coûts, son impact sur les émissions de gaz à effet de serre, son rôle en termes d’indépendance énergétique, etc. – grâce notamment à la levée du « secret défense » et du secret commercial.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "EPR Flamanville : un dialogue de sourd s’instaure"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lieao
Invité

Vous y croyez vraiment ?

Fred 13
Invité

En ce qui concerne le dernier paragraphe c’est sur qu’on peut toujours courir avec cet état menteur et dissimulateur.

Teredral
Invité

Pas de chance pour Greenpeace : un autre adepte de l’illégalité internationale leur a volé la vedette.

De passage
Invité

sont les activistes des ONG jusque boutistes contre l’atome. Quand on lit leurs arguments alors qu’on connaît la question, leur mauvaise foi explose au visage. L’Etat fait bien de les remettre à leur place. Aux USA on les appelle les marxo-environmentalist, pas mal ajusté comme définition

Dan1
Invité

Exiger la levée du secret commercial ? Pour que d’autres en profitent ? ou pour informer correctement le citoyen ?? Je voudrai savoir quand sont prévues les manifestations pour arrêter la construction des 27 réacteurs chinois en travaux ??

einstein30
Invité

qu’elle est la profession des “types” de greenpeace ? ;par qui sont-ils remuneres ; en fait ,leurs activites ne sont pas reconnues comme “metier”ou alors ca s’appelle “fouteur de merde” payent-ils des cotisations pour la retraite ? utilisent-ils de l’energie electrique d’origine nucleaire ou s’eclairent-ils a la bougies: c’est vraiment desolant de laissez agir sur le sol francais des reactionnaires dont leurs convictions sont debiles; peut-etre sont-ils paye par certains membres du gouvernement;

Rodrigue
Invité

salut il doit avoir des au nivau des entreprise nucleaires

Fabrice flipo
Invité

Chers tous, Ce pauvre Arne Naess est cité pour des propos qu’il n’a absolument pas défendus. C’était un pacifiste, résistant sous l’occupation allemande, rien à voir avec le portrait éhonté brossé par Luc Ferry. Pour vérifier lisez ses livres qui sont enfin disponibles en français, ou lisez les recensions présentées dans les liens ci-dessous Fabrice

Fabrice flipo
Invité
Chers tous (de nouveau) J’ajoute que Greenpeace recrute en écoles de commerce, rien à voir avec des anarcho-écologistes qui se cacheraient dans les grottes pour mettre à bas la civilisation. Leurs cadres ont toujours été en costume-cravate. On peut leur reprocher beaucoup de choses, par exemple d’être peu sensibles aux inégalités, de vouloir la fin prochaine de “la civilisation”, à la Mad Max ou par des moyens “écoterroristes” – ce dernier phénomène est lui-même considérablement exagéré, y compris dans les fictions (JC Rufin, Le parfum d’Adam par ex), le pire qu’ait jamais fait un écoterroriste à ce jour est d’avoir… Lire plus »
Fabrice flipo
Invité

Cher tous (suite et fin) On n’y voit rien dans cette petite fenêtre Il ne faut pas lire ci-dessus que Greenpeace veut la fin prochaine de “la civilisation”, à la Mad Max ou par des moyens “écoterroristes”, mais l’inverse, évidemment. Sinon comment expliquer que Greenpeace publie des rapports avec les syndicats d’entreprise du monde des renouvelables, comment expliquer qu’ils aient signé un communiqué commun avec les entreprises “vertes” (WBCSD), à Johannesburg, en 2002 ? Se sont-ils présentés avec leurs stylos de pierre, pour rédiger le communiqué ? Redescendons sur terre…

Dan1
Invité

Je ne suis un fin connaisseur des théories de la décroissance… humaine, mais je peux suggérer des pistes pour arriver au but : “…une décroissance substantielle de la population humaine” J’ai déjà donné quelques solutions de masse : J’avais d’ailleurs oublié Hitler, Pol-Pot et quelques autres “visionnaires”. Mais à en croire certains, le fin du fin reste le nucléaire électrogène potentiellement capable d’irradier la planète et de provoquer la fin de l’humanité aujourd’hui avec les réacteurs et demain avec les déchets ! On verra si Fukushima fait mieux que les dictateurs tortionnaires et affameurs.

einstein30
Invité

en resume ,si greenpace avait existe il y a un siecle ,ils auraient condamnes a mort les chercheurs qui ont decouvert la radioactivite et tout ce qui concerne l’atome; bientot ,ils vont attaquer les hopitaux qui utilisent l’irradiation pour soigner les cancers et aussi l’imagerie medicale ;

zoziau
Invité

De même que Greenpeace ne s’oppose aucunement aux usages médicaux des OGM cultivés en laboratoires, cette association n’a jamais attaqué l’imagerie médicale nucléaire. je crois que le Einstein original disait quelquechose du genre “Aucune technologie n’est bonne ou mauvaise en soi, c’est seulement l’usage qu’on en fait qui peut être critiqué.”

zoziau
Invité

De même que Greenpeace ne s’oppose aucunement aux usages médicaux des OGM cultivés en laboratoires, cette association n’a jamais attaqué l’imagerie médicale nucléaire. je crois que le Einstein original disait quelquechose du genre “Aucune technologie n’est bonne ou mauvaise en soi, c’est seulement l’usage qu’on en fait qui peut être critiqué.”

Dtr
Invité

Les commentaires reprennent le titre de l’article : “un dialogue de sourd s’instaure”

wpDiscuz