Et si dans le futur l’hydrogène provenait des centrales nucléaires ?

La technologie qui permettrait d’aller vers une économie de l’hydrogène – une ère basée sur l’hydrogène en substitution des carburants fossiles, sources de préoccupations environ- nementales et d’indépendance énergétique – existe depuis longtemps et pourrait voir le jour commercialement durant cette décennie, selon un scientifique.

A l’occasion de la 243ème Rencontre Nationale & Exposition de l’American Chemical Society (ACS), le professeur Ibrahim Khamis a décrit comment la chaleur dégagée par les centrales nucléaires existantes pourrait être utilisée pour produire de l’hydrogène bon marché.

"Il y a un intérêt croissant et rapide dans le monde entier à produire de l’hydrogène à partir des centrales nucléaires comme sources de chaleur," a indiqué le Pr. Khamis. "La production d’hydrogène par ce biais pourrait non seulement réduire la dépendance au pétrole pour alimenter les véhicules à moteur mais aussi affaiblir l’utilisation du charbon pour produire de l’électricité. Ce faisant, l’hydrogène pourrait avoir un impact bénéfique sur le réchauffement climatique, puisque la combustion d’hydrogène rejette de la vapeur d’eau et non du dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre. Il y aurait là une réduction drastique de la pollution."

Le Pr. Khamis a ajouté que certains scientifiques et économistes, dont ceux de l’AIEA travaillaient activement à déterminer comment les réacteurs nucléaires actuels – 435 sont opérationnels dans le monde entier – et futurs pourraient être mis à contribution dans la production de l’hydrogène.

La plupart de la production d’hydrogène à l’heure actuelle provient du gaz naturel ou du charbon, entraînant inévitablement dans l’atmosphère des rejets de dioxyde de carbone. Sur une échelle bien plus petite, des unités de production utilisent un courant électrique qui circule à travers l’eau, séparant les molécules H2O en hydrogène et en oxygène. Ce processus, appelé électrolyse s’avère plus efficace et moins coûteux lorsque l’eau est d’abord chauffée avant que le courant électrique ne traverse la vapeur générée.

Par ailleurs, le professeur a affirmé que les centrales nucléaires étaient idéales pour la production d’hydrogène, car elles produisaient d’une part de la chaleur pour transformer l’eau en vapeur et de l’autre, l’électricité pour convertir la vapeur en hydrogène et en oxygène. Les experts prévoient donc que la génération actuelle des centrales nucléaires puissent utiliser une électrolyse à basse température lors des périodes creuses, donc à un prix compétitif, pour produire de l’hydrogène.

Les futures centrales nucléaires, conçues spécialement pour générer de l’hydrogène, utiliseraient un procédé d’électrolyse plus efficace à haute température ou seraient couplées à des procédés thermochimiques, qui sont actuellement en cours de recherche et de développement.

"L’hydrogène nucléaire provenant de l’électrolyse de l’eau ou de la vapeur est désormais une réalité, mais l’économie résultante doit être améliorée", a déclaré pour conclure le Pr. Khamis. Il a noté que certains pays envisageaient la construction de nouvelles centrales nucléaires couplées avec des stations d’électrolyse de vapeur à haute température (HTSE) qui leur permettraient de générer de l’hydrogène à grande échelle en prévision des débouchés économiques.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "Et si dans le futur l’hydrogène provenait des centrales nucléaires ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
overcast
Invité
Vaut-il mieux produire de l’hydrogène ou de l’électricité. Il y a d’abord la question des rendements. Il semble qu’en sortie de centrale, les deux soient assez similaires, de l’ordre de 30/35%. Après se pose le problème de la distribution. Même si le réseau électrique génère des pertes significatives, il a le mérite d’exister. Construire un réseau de distribution d’hydrogène est certainement un projet très couteux. Par ailleurs, on constate que la voiture électrique prend aujourd’hui le dessus sur la pile à combustible, très en vogue au début des années 2000. Une percée technologique dans le domaine des batteries sonnerait certainement… Lire plus »
Energiestro
Invité

L’hydrogène est une fausse bonne idée car on n’a pas de technique de stockage intéressante ! Finalement le meilleur stockage d’hydrogène renouvelable, ce sont les hydrocarbures (agrocarburants ou méthane synthétisé par la réaction de Sabatier).

Rico
Invité

Comme si les centrales nucléaire n’etait pas assez dangereuse comme ca, ils veulent rajouter un réseau d’hydrogène à coté ! Il y’en a qui aiment vraiment jouer avec le feu ! C’est des malades ! c’est des malades !

fredo
Invité

l’AIEA estimait en 2008 à 5,5 millions de tonnes les réserves d’uranium. D’après les éléments de l’article de Sciences et Vie mis en lien, cela correspondrait à la consommation des 435 réacteurs actuels pendant 65 ans environ, c’est-à-dire vers 2075. Piste à suivre effectivement: la réaction de Sabatier (pour éviter le problème de l’infrastructure de transport) d’un hydrogène produit par ENR

Bionico
Invité

L’idée semble raisonnable à la base : utiliser un excès de chaleur dans ces centrales pour ne pas la “gaspiller” en la rejettant dans l’atmosphère… Mais j’avoue que les interrogations ci-dessus sont tout aussi pertinentes : quels rendements, quel intérêt énergétique, quels risques industriels, quels investissements pour le transport et la distribution ? Est-il “rentable” de produire un hydrogène utilisé pour “réduire la consommation en énergie fossile” s’il faut le transporter en camion jusqu’à la pompe ? (sauf si le camion roule à la pile au combustible aussi ?)

Voiture e
Invité

une question que je me pose depuis longtemps, en lien avec le sujet : quelle pertinence pour la voiture électrique si l’on souhaite fermer nos centrales et délocaliser la production d’électricité et auto-consommer ?? Overcast parle à juste titre des voitures à “pile à combustible” qui semblent leur céder la place, mais est-ce vraiment une meilleure alternative ??? Quel bilan écono-écolo-social-etc. pour les deux types de véhicule ?

Devoirdereserve
Invité

Micro détail : sur la page d’accueil (pas sur celle de la brève), l’illustration comporte, à côté du H sous-titré “hydrogen” deux valeurs : la masse atomique (1,0079 g.mol-1 qui est correcte), et à la place du numéro atomique un 2. Or, le numéro atomique de H est 1… Bon, à part ça, y’a un tas de trucs à raconter, mais ce sera pour plus tard…

Samsamy
Invité

Je comprends mieux pourquoi Areva (à travers Hélion) stocke de l’électricité d’origine photovoltaïque avec de l’hydrogène en Corse (MYRTE). Le kWh électrique le plus coûteux à produire de France ?

einstein30
Invité

rico ,n’en rajoute pas top ” c’est des malades ,c’est des malades” ,dit plutot “se sont des malades ,se sont des malades ” , ca passent mieux et en plus ,je suis d’accord avec toi ,car le risque dans un accident de reacteur avec fusion du coeur,c est justement la production non controlee d’hydrogene avec le risque d’explosion que cela peut provoquer ; bye

bolton
Invité
Je pense qu’il est encore bien trop tôt pour parler de l’avenir de la voiture. Pourquoi ? Déjà parcequ’on ne connait pas l’avenir des batteries (s’il n’y a pas de batteries efficaces qui utilisent autre chose que du lithium, il n’y en aura pas assez pour remplacer tous les véhicules par de l’électrique) Et ensuite car l’hydrogène a encore une grande marge de progrès : sur les piles à combustibles elles mêmes, mais aussi sur le transport (et stockage) de l’hydrogène : sous quelle forme ? Gazeuse ? Capturé dans un solide ? capturé dans un liquide (acide formique) ?… Lire plus »
Lionel_fr
Invité

Ni l’article , ni les commentaires ne sont très à jour. Il s’est passé un paquet de trucs depuis 2005 … Bon je ne sais pas par où commencer et de toutes façons ce que je dirais serait contesté. Sachez simplement que l’économie de l’hydrogène cessera d’être de la fiction après 2015. Cela va se produire. Il n’est pas plus utile de le contester que de contester l’eau chaude ou le paillasson. L’hydrogène , c’est une affaire qui marche

rouget
Invité

– Un vaste réseau de conduites de gaz naturel alimentant le pays datant de l’époque de l’exploitation des ressources de Lacq – 35 millions de voitures et véhicules en tous genres stockant entre 30 et 100 litres (voir plus pour les plus gros) Et pourtant quand on a construit ces réseaux on a vu les opportunités en maîtrisant les risques. Produire de l’hydrogène d’une manière économique et en la réinjectant dans le réseau de gaz, c’est exactement ce que veut faire l’Allemagne pour stocker l’énergie en surplus des éoliennes et des centrales PV. Alors qui sont les fous ?

H2 et gaz nat
Invité
le reseau de gaz nat en place en France peu suporter jusqu’a 10 % d’H2 sans que les utilisateurs n’ai a changer leur habitude , il y en avait dans le gaz de ville au depart. H2 n’est pas stocké a coté des centrales. une partie de H2 conduit par un gazoduc a distance de la centrale peut etre valorisé par des sociétés comme AirLiquide qui adeja de gros débouché pour cette matière première. lorque notre capacité de production d’hydrogène aura depassé 10% de notre consommation de Gaz naturel on poura commencer a ce prendre la tete sur le stockage… Lire plus »
laurent75
Invité

L’hydrogène est marginal. L’uranium est marginal. Deux énergies marginales qui s’associent, cela me donne un peu le sentiment d’un projet poudre aux yeux prêt à être vendu à des politiciens naifs. Et les déchets radioactifs de cet hydrogène “propre” c’est pour qui au fait?

Lecteur
Invité

Moi j’ai juste envie de dire : ce sont, ce sont !!! Et accessoirement : n’y a t-il pas moyen de récupérer un peu plus d’énergie à partir de la chaleur résiduelle des centrales nucléaires ?

Guydegif(91)
Invité
En France, la voiture_PAC est restée en retrait par rapport au VE_alim_batterie car l’hydrogène pour la PAC était cher à produire ! Demain, c’est parti pour le H en France, Air Liquide et son JV franco-américain Hy_Pulsion / GenDrive, existant depuis qqs mois maintenant, basé à sassenage (69), vont révolutionner la mise à disposition du carburant H pour les PAC !!! ou autres usages… Air Liquide, c’est les pros de la prod. de O2, Hydrogène, Azote, Hélium, etc… et le N=°1 mondial ! Pour des flottes sédentaires de chariots-élévateurs et autres tracteurs pour déplacements_intra_warehouse d’abord dans un 1er temps, puis… Lire plus »
renewable
Invité
Waouh! Pour une fois je suis d’accord avec vous! Curieux quand même votre “Produire de l’hydrogène d’une manière économique et en la réinjectant dans le réseau de gaz, c’est exactement ce que veut faire l’Allemagne pour stocker l’énergie en surplus des éoliennes et des centrales PV. Alors qui sont les fous ?” pour une fois que vous trouvez un truc à sauver chez les Allemands 🙂 C’est peut-être parcequ’AREVA y croit? Quand AREVA va tout va? une info de plus, on peut injecter jusqu’à 15% d’H2 dans notre réseau gaz sans transformation majeure, ça laisse de quoi développer d’énomres surcapacités… Lire plus »
renewable
Invité

Il y a de la marge avant d’avoir à utiliser le stockage de manière massive, regardez l’Allemagne depuis 10 jours, ils atteignent 40% d’ENR intermittentes sans problème de réseau (avec même des pointes à presque 50%), l’Espagne a atteint les 75%, le Danemark aussi, l’H2 n’est donc pas encore indispensable 🙂 Et au pire, ils auront à déconnecter quelques unités de production, avec des pertes limitées et en plus à la charge des exploitants!

zelectron
Invité

ainsi EDF profitant de sa position directe et indirecte de fourniseur quasi exclusif d’électricité en france en profiterait pour fabriquer de l’hydrogène (à faible rendement certes, mais tout de même) ? Il est malsain d’autoriser cette hydre à projeter ses tentaculles sur tous les secteurs de l’énergie renforçant ainsi ses moyens de coercitions devant lesquels tous les hommes politiques baissent la tête.

Lionel_fr
Invité
Bon allez, je lache quelques chiffres Rendement de conversion electricité vers H2 sous 33 bars : 93% Rendement electrique d’une pile SOFC à 800° : 60% Cela dit je suis d’accord avec Guy, le nuke à la casse ! Mais je ne suis pas président et le nuke va continuer un moment. Quand la question de l’H2 s’est posée avec pertinence dans le contexte nucléaire français, les ingés de l’école des mines ont balayé cette option avec des arguments aussi pourraves et ridicules que les vôtres. Vous jouez votre rôle éternel de vierge effarouchée en vous donnant des airs d’y… Lire plus »
ecoenergie
Invité
l”hydrogène beneficie d’une excellente image c’est comme le soleil propre; mais on oublie de faire une analyse complète de la chaine : les rendements de transformation de l’hydrogène en électricité ou en energie mecanique sont toujours des handicaps sérieux. Ce n’est pas un hasard si les vehicules a hydrogènes n’ont pratiquement existé que comme vehicules de demonstation pour la communication des constructeurs. Quand au stockage beaucoup oublient qu’aujourd’hui les specialistes du nucléaire (dont je ne suis pas) savent piloter une reacteur pour l’adapter a la demande nous ne sommes plus en 1970 il faut recaler ses connaissances avec l’état de… Lire plus »
renewable
Invité

Quelle mauvaise foi…. c’est pourtant très clair, ça vous passe au dessus parceque chez Sauvons le Climat on ne vous en parle pas? A ce propos, ça vous pose aucun problème d’avoir dans vos rangs des gens comme Bruno Comby ou Henri Joyeux, “des écologistes pour le nucléaire”? ça vous dit quelque chose?

enerZ
Invité

Merci de rester calme, courtois, dans la discussion. S’agresser mutuellement, cela ne sert à rien et ne mène nulle part. Le modérateur

wpDiscuz