Et si on économisait ?

Economiser… notre bon vieux capitalisme en a mal aux côtes… Pourtant il faut bien s’y résoudre… Mais pourquoi faudrait-il forcément investir, voir se ruiner, pour laisser un peu la Grande Bleue (non ce n’est pas une chanteuse, suivez un peu…) respirer.

Je ne traiterai pas ici des économies pour la voiture, vous trouverez déjà de très bonnes idées sur ce site ici. Toutes les « astuces » pour la maison que je vais donner ici relèvent du bon sens, et sont souvent vantées. Mais quelques piqures de rappel ne font jamais de mal…Elles ont l’avantage d’être à portée de toutes les bourses et d’être faciles à mettre en œuvre.

Première étape : les gaspis visibles…

Aah, que c’est agréable d’avoir l’heure affichée sur son magnétoscope (ou son lecteur dvd, soyons modernes). Et que c’est rassurant de voir ces petites diodes lumineuses nous indiquer que nos chers appareils ménagers sont branchés et fonctionnent. Mais à quoi cela sert-il ? De nos jours, chacun dispose d’une montre… et les ampoules ont une puissance largement suffisante pour nous éclairer. Donc halte-là, on éteint tout ! Bon, il faut avouer que débrancher et rebrancher chaque appareil à chaque utilisation relève du calvaire, alors sus à la plus belle invention depuis le tire-bouchon (ben ouais il avait pas l’air con le mec avant avec son bouchon en liège, mais bon je m’égare, désolé je suis bourguignon d’origine) : la multiprise munie d’un interrupteur ! (on en trouve autour de 4 €)

On ne vous demande pas de jouer frénétiquement du bouton au moindre arrêt de l’équipement, mais faire le tour des multiprises quand vous sortez ou que vous allez vous coucher ne prend que quelques secondes, pour une économie réelle pour la planète et votre porte-monnaie. En effet certains appareils consomment presque autant en veille qu’en fonctionnement ! (Pour le vérifier, regardez votre compteur avant et après extinction) Cette tendance disparaît toutefois, les fabricants consentant à faire des efforts… A quand les équipements labellisés « 0W éteint » ?

Deuxième étape : les gaspis fantômes

Maintenant, normalement, plus rien ne clignote ou ne s’allume dans votre maison sans utilité… Mais des petits malins gaspillent sans même le signaler !

Votre ordinateur : même combat, ainsi que tous les périphériques qui lui sont raccordés.

Le lave-linge, le lave-vaisselle, le sèche linge…dans la mesure du possible, une multiprise est la bienvenue également. Globalement, il est rare qu’un équipement électrique ne consomme pas lorsqu’il est éteint.

Le plus sournois : vos ampoules !

En effet, les ampoules classiques, à incandescence, n’utilisent qu’une infime partie de l’énergie consommée pour l’éclairage, le reste est dissipé…en chaleur ! L’hiver, c’est tolérable, mais l’été …

La solution : les ampoules fluocompactes, vous savez celles avec des tubes à la place du bulbe de l’ampoule. Avantages : consomment en moyenne 3 à 5 fois moins d’électricité et durent 6 à 10 fois plus longtemps que les ampoules classiques. Inconvénient : plus chers à l’achat… Cela reste tout de même raisonnable, les premiers prix tournent autour de quelques euros, et le surcoût est amorti en quelques mois. Attention toutefois à l’achat, vérifiez les puissances pour conserver un confort d’éclairage équivalent. Regardez aussi les étiquettes énergie vous indiquant l’efficacité du produit. A noter : l’Australie, et maintenant le Canada, vont interdire les ampoules classiques, preuve de leur inefficacité. L’Europe pourrait s’y mettre…

Troisième et dernière étape : gaspis et besoins

Si vous avez suivi les recommandations précédentes, félicitations, la planète vous dit merci (votre portefeuille et moi aussi, accessoirement…).

Maintenant, on entre dans une partie, disons, plus suggestive, et plus occasionnelle! Il s’agit d’être capable d’acheter ce qui correspond à nos besoins, et non faire de l’esbroufe comme c’est souvent le cas en achetant par exemple le dernier ordinateur ultra performant qui consomme 800 W (j’exagère à peine) et dont on n’exploitera même pas le dixième des possibilités. Je ne demande pas de se priver de tout, mais seulement d’être raisonnable lors d’un achat.

Donc premier réflexe avant tout achat : bien cerner ces besoins. Les bonnes questions à se poser (quasi universel) :

Si c’est un remplacement

– Pourquoi cet achat ?

– Qu’est ce qui ne me satisfait plus dans mon produit actuel ?

Si c’est la première acquisition :

– Quelle utilisation vais-je faire du produit ?

Dans les deux cas, se fixer un budget pour ne pas succomber aux sirènes du « toujours plus ».

Avec ces critères, vous allez (normalement) disposer de plusieurs choix. Hormis le critère esthétique que je laisse chacun apprécier, il faut d’abord regarder du côté de la consommation, que ce soit électrique ou en eau le cas échéant. Les étiquettes énergies sont là encore une fois pour vous aider (rappel : A, le plus économe, G le moins).

Attention toutefois, pour les réfrigérateurs par exemple, deux équipements ayant la même étiquette peuvent avoir une consommation différente, car l’efficacité est ramenée à la quantité de produit traité, c’est à dire qu’un réfrigérateur de gros volume consommera plus mais que proportionnellement il est aussi efficace qu’un autre de volume plus faible, car il peut stocker plus de denrées. C’est là qu’on prend conscience qu’il faut bien connaître ces besoins.

Encore un critère et je vous laisse digérer tout ça : si malgré tout, vous vous retrouver dans l’impossibilité de départager des produits, regardez du côté de leur poids et de leur volume : plus ils seront petits et légers, moins ils auront consommé d’énergie pour être transportés, c’est toujours ça de gagner !

Dernier point (oui, je sais, j’avais dit que je vous laissais tranquille, mais quand on aime…) : les ordinateurs. Il est difficile actuellement de connaître les consommations de ces outils indispensables…Petites pistes : le label energy star, actualisé dernièrement, perfectible mais seul existant…il impose une alimentation avec un rendement d’au moins 80 %, et des seuils de consommation en marche et en veille, avec des labels A, B ou C à la manière des étiquettes énergie…Plus d’informations ici. Evitez aussi dans la mesure du possible les ordinateurs avec une carte graphique puissante, grosses consommatrices d’énergie (plus de 200W à elles seules)

Voilà, avec tous ces conseils, vous voilà des défenseurs acharnés de notre belle planète… Je ne prétends pas avoir été exhaustif et résolu tous les problèmes. Alors à vos méninges, la meilleure arme pour être « vert », c’est le bon sens ; et aussi, malheureusemet, le temps pour prendre connaissance des solutions qui existent. Mon article fleuve le confirme !

[ Archive ] – Cet article a été écrit par Ced4s

Partagez l'article

 



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz