Et si on remplaçait l’asphalte par du photovoltaïque ?

Les panneaux solaires n’auraient plus le privilège des toits, depuis que d’autres solutions plus ambitieuses sont à l’étude. L’une d’entre elles provient de la société américaine "Solar Roadways" qui relayée par la revue "New Scientist", espère que des panneaux solaires photovoltaïques pourront un jour être déployés sur les routes en lieu et place de l’asphalte.

Grâce au financement accordé par l’Administration fédérale des autoroutes, la firme "Solar roadways" a étudié comment les cellules PV considérées pourtant comme des dispositifs relativement fragiles, peuvent être endurcies, suffisamment pour résister aux pilonnages incessants des camions et autres véhicules motorisés.

Cette technologie aurait selon "Solar roadways" un potentiel énorme car si on considère uniquement les États-Unis, la surface totale des routes, des autoroutes et des parkings à ciel ouvert est estimée à plus de 100.000 km2, soit l’équivalent d’un tiers du territoire de l’Italie. Dans ce but, "Solar roadways" prévoit de fabriquer des panneaux photovoltaïques d’une largeur de 3,7 m (cad. la largeur standard d’une route aux États-Unis) sur lesquels des voitures peuvent rouler. Chaque portion de voie serait ensuite connectée par des boîtiers de jonction situés juste au-dessous.

Si l’on considère une moyenne d’ensoleillement équivalent à 4 heures par jour et une efficacité énergétique d’environ 15 %, chaque panneau solaire serait alors capable de produire 7,6 kWh par jour.

Et si on remplaçait l'asphalte par du photovoltaïque ?

Le problème le plus évident à résoudre reste la construction d’un panneau solaire résistant aux roulages des voitures et des camions. Selon Scott Brusaw, ingénieur et fondateur de la société, cette difficulté peut être surmontée, par exemple, en adaptant les procédés utilisés pour fabriquer du verre blindé.

Le deuxième obstacle demeure lorsqu’une surface est trop lisse, elle ne peut être propice à la conduite automobile. Dans ce cas, la surface des panneaux PV au lieu d’être lisse, contiendrait en surface des milliers de minuscules prismes, pour que les pneus puissent adhérer efficacement.

S. Brusaw estime que le coût de chaque panneau PV serait d’environ 10.000 dollars, ce qui – selon les données du ministère des transports de l’Idaho – reviendrait à environ quatre fois le coût actuel de la pose d’asphalte. Il espère enfin que ces panneaux ultra-résistants pourront durer plus longtemps que l’enrobage des routes classiques !

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Et si on remplaçait l’asphalte par du photovoltaïque ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
ccsiaix
Invité

Ces américains sont bien gentils. ils ont de l’imagination pour imaginer Mais, un jour, il faudra bien que quelqu’un ose leur dire qu’il n’y a pas que la voiture pour se déplacer. On peut aussi prendre le train…… (électrique bien évidemment)

Samivel51
Invité

on n’enlèvera pas les routes. Par contre, ces panneaux risquent d’être rapidement très sales et peu transparents.

Samivel51
Invité

Ne serait-il pas plus simple de mettre les panneaux solaires au dessus de la route? Il faut certes une armature, mais en même temps on résoud tellement d’autres problèmes! On pourra orienter les panneaux vers le Sud, et on supprime également l’ombre des véhicules. Et en plus les véhicules rouleront à l’ombre, et auront moins besoin de la clim. L’inconvénient est l’impact probable sur les paysages. Mais dans les zones déjà moches?

Aqua
Invité

Encore une news pour se faire remarquer, mais qui n’aboutiera à rien. En plus, notez : “des panneaux photovoltaïques d’une superficie de 3,7m2 (cad. la largeur standard d’une route aux États-Unis)” Depuis quand une largeur se mesure en m2 ? Lamentable.

Solar
Invité

Efficacité énergétique et cout de réalisation obligent, la solution réside dans la construction des centrales solaires (photovoltaïque ou thermique) au plein milieu des déserts et des zones non arables. Avec ses routes et les installations requises combien va couter le MW? 10 fois plus qu’une centrale. Arrêtons donc de discuter des “innovations” imaginaires et fantastiques.

Solars-a
Invité

Samivel51 l’a déjà évoqué:”ces panneaux risquent d’être rapidement très sales et peu transparents”. Qu’est-ce qui est prévu pour le nettoyage régulier de tous ces panneaux spéciaux,très nombreux(100 000 Km2) ?

Jms
Invité

Ils sont complètement fou ces amerloques… et en plus on paye un tas de gens pour travailler à un projet pareil!!! sa sent l’arnaque au subside tout çà. Je voudrait voire la troche de leurs panneaux quand un 30 tonnes va passer là dessus. Petit détail, quand le 30 tonnes y va passer… le panneau, il sera à l’ombre! y a pas intéret à ce qu’il y aie beaucoup de trafique!

chiedo
Invité

De toute façon avant de pondre ce genre de projet ((4 heures d’ensoleillement) – (la circulation) – (la poussière trace de pneus et autre chewing-gum…)), ils pourraient déjà commencer par faire du solaire thermique dans le dessert. Quand il y aura plus de place dans le dessert pourquoi pas, mais en attendant …

Desert
Invité

Efficacité énergétique et cout de réalisation obligent, la solution réside dans la construction des centrales solaires (photovoltaïque ou thermique) au plein milieu des déserts et des zones non arables. Ce qui serait extrêmement mauvais pour la biodiversité, laissons les déserts et terres non arables tranquilles, et cherchons à optimiser les zones déjà envahies par l’homme. Je trouve que cette idée est très bonne. Peut-être est-il possible aussi d’utiliser la chaleur produite par l’asphalte?

Lo
Invité

sur l’autoroute du soleil…. le 15 aout… ça va pas donner grand chose +1 pour des structures avec panneaux, limite un tunnel végetal , comme cela on recupere/filtre les gaz d’échappement pas de vue sur le paysage pour les voyageurs -> il n’on qu’a prendre le train

wpDiscuz