Europe : l’éolien en mer a augmenté de 25% en 2017 selon WindEurope

2017 a été une année record en Europe pour l’éolien en mer selon les dernières statistiques publiées par l’organisme fédérateur du secteur WindEurope. L’Europe a installé 3,1 GW de nouvelles capacités éoliennes en mer (offshore), portant la capacité totale à 15,8 GW, soit une augmentation de 25% en un an.

Treize nouveaux parcs éoliens offshore ont été achevés, dont le premier parc éolien offshore flottant au monde, d’Hywind Scotland. Le Royaume-Uni et l’Allemagne représentent la presque totalité des capacités, avec respectivement 1,7 GW et 1,3 GW. L’Europe compte aujourd’hui plus de 4.000 éoliennes en mer en exploitation dans 11 pays, soit une capacité installée et connectée au réseau de 15,8 GW.

La puissance moyenne des nouvelles éoliennes était de 5,9 MW, soit une augmentation de 23% par rapport à 2016. Et la puissance moyenne des nouveaux parcs éoliens offshore était de 493 MW, soit une augmentation de 34% par rapport à 2016. Certains projets en Europe fonctionnent déjà à 54% (Anholt 1, Danemark) voire 65% (Dudgeon, Royaume-Uni) des extensions prévus.

Onze autres parcs éoliens offshore sont actuellement en construction, et 2,9 GW seront ajoutés. Le portefeuille de projets devrait alors fournir un total de 25 GW d’ici 2020. Toutefois, l’éolien offshore en Europe reste fortement concentré dans un petit nombre de pays: 98% de l’énergie éolienne est concentrée au Royaume-Uni, en Allemagne, au Danemark, aux Pays-Bas et en Belgique.

« Une augmentation de 25% en un an reste assez spectaculaire. L’éolien en mer fait maintenant partie intégrante du réseau électrique. Et les coûts ont chuté rapidement. Investir dans l’éolien offshore aujourd’hui ne coûte pas plus cher que produire de l’électricité conventionnelle. Cela montre simplement que l’Europe est prête à adopter un objectif beaucoup plus ambitieux en matière d’énergies renouvelables pour 2030. Le seuil des 35% est facilement réalisable. D’autant plus que des parcs éoliens flottants au large des côtes sont également mis en service. » a déclaré Giles Dickson, CEO de WindEurope.

En 2017, les décisions finales d’investissement (FID) ont également vu l’acquisition de 2,5 GW supplémentaires. Ces investissements représentent un montant total de 7,5 milliards d’euros pour. De nouveaux investissements pourraient encore bénéficier des tarifs préférentiels fixés en 2016. Le passage à un système de soutien fondé sur le marché (actions) a ralenti les nouveaux investissements, notamment en raison d’un décalage dans le temps entre l’adjudication et la confirmation d’un investissement. Les ventes aux enchères entre 2016 et 2017 devraient se traduire par des FID d’une valeur de 9 milliards d’euros en 2018.

Au-delà de 2020, les choses sont moins claires. Cela dépendra en grande partie de l’engagement pris par les gouvernements à l’égard des nouveaux volumes d’énergie éolienne en mer dans le cadre des Plans d’action nationaux sur l’énergie et le climat pour 2030 (NECAP).

WindEurope est la voix de l'industrie éolienne, qui promeut activement l'énergie éolienne en Europe et dans le monde. Elle compte plus de 450 membres, actifs dans plus de 40 pays en Europe.
Partagez l'article
  • 7
    Partages

 



[ Traduction Enerzine ]

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Souscrire  
Me notifier des