Fessenheim et la gestion du risque incendie en milieu nucléaire

Un départ de feu est survenu le 25 avril dans la zone non nucléaire de la centrale de Fessenheim. Un "incident sans gravité" selon EDF, mais qui pose des questions sur les méthodes de sécurisation des centrales face à la menace des incendies.

La semaine dernière, la centrale nucléaire de Fessenheim a connu un départ de feu dans une salle des machines, sur le système de refroidissement d’un alternateur. Les équipes d’interventions ont pu éteindre les flammes rapidement, à l’aide d’extincteurs. Les pompiers sont également intervenus, suivant le protocole, pour constater l’extinction définitive du feu et analyser la situation.

Bien qu’il ait eu lieu dans une zone non-nucléaire de la centrale, cet incident soulève différentes questions sur les risques liés aux incendies dans le secteur nucléaire. Les départs de feu sont-ils fréquents dans les centrales ? Comment s’expliquent-ils ? Comment l’industrie nucléaire gère-t-elle ces incidents ?


Départs de feu et de fumée

Les départs de feu ou de fumée sont issus, dans la majorité des cas, d’un échauffement du matériel (convecteurs électrique, outillages portatifs, éclairages, ventilateurs…).

En France, on compte environ un incident de ce type par année et par centrale. Sur les 5 dernières années, 90% de ces départs de feu ont été contrôlés avant l’arrivée des sapeurs-pompiers, par des employés des centrales munis d’extincteurs.

Lorsqu’une flamme ou de la fumée sont détectées, les pompiers sont obligatoirement prévenus. Ils doivent systématiquement vérifier l’extinction du feu et comprendre pourquoi il a eu lieu. Les retours d’expérience de ces professionnels sont décisifs pour faire progresser la gestion du risque.


Les mesures de sécurité

Pour toute centrale nucléaire française, les Schémas Départementaux d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR), dépendants de la préfecture, imposent la présence d’une caserne de pompiers à proximité. Les pompiers doivent pouvoir intervenir sur n’importe quel point du site nucléaire en moins de 20 minutes à partir de leur caserne.

Depuis 2009, toutes les centrales de France bénéficient également de la protection permanente d’un officier des sapeurs-pompiers présent sur les sites nucléaires.

Cette collaboration entre les pompiers et les professionnels du nucléaire est essentielle dans le dispositif de protection incendie du parc nucléaire français. Ces deux corps de métiers participent d’ailleurs régulièrement à des entrainements communs, qui permettent d’échanger leurs connaissances spécifiques, mais également de se mettre en situation.

De la même manière, les pompiers proches des centrales suivent des formations spécifiques aux risques de l’environnement nucléaire et les travailleurs du secteur nucléaires apprennent la lutte anti-incendie.

Enfin une brigade est en cours de recrutement et de formation. Elle devrait être opérationnelle en 2014.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Fessenheim et la gestion du risque incendie en milieu nucléaire"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan1
Invité

Juste un non au nucléaire à ajouter dans le texte ! Un départ de feu est survenu le 25 avril dans la zone non nucléaire de la centrale de Fessenheim.

wpDiscuz