Feu vert des autorités pour la conversion de l’unité charbon Provence 4

Suite à la validation par le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST) et à la signature d’un arrêté préfectoral, E.ON s’apprête à convertir son unité « Provence 4 » produisant de l’électricité à partir du charbon en une unité fonctionnant à partir de biomasse.

Pour E.ON, il s’agit là d’une étape majeure pour la réussite de ce projet ambitieux qui s’inscrit en ligne droite dans les orientations politiques rappelées par le Président de la République le 14 septembre dernier : "Le développement de la biomasse marque le pas, alors qu’elle pourrait représenter près de 50% de notre production d’énergie renouvelable. Il est donc urgent d’engager une véritable politique du renouvelable en France". Ce projet s’inscrit également dans l’adaptation de l’appareil productif d’E.ON en France face au défi de la transition énergétique.

Avec une capacité installée de 150 MW, la conversion par E.ON de l’unité charbon Provence 4 en unité biomasse représente l’un des projets biomasse les plus importants en France et en Europe avec un investissement de près de 220 millions d’euros. La nouvelle unité fournira l’équivalent de la consommation électrique de 440.000 foyers (hors chauffage) et évitera le rejet de 600.000 tonnes de CO2 par an en région PACA.

Elle participera directement à la sécurité de l’approvisionnement électrique de la région, et permettra, de maintenir l’activité industrielle et le niveau d’emplois sur le site.

Elle traitera près de 850 000 tonnes de combustible biomasse par an, composé de la panoplie la plus large des ressources disponibles à partir d’arbres et de végétaux, inadaptées pour d’autres usages. Il s’agit, sans que cette liste soit exhaustive, de plaquettes forestières, de résidus verts (restes de végétaux provenant de la taille et de l’entretien des espaces verts, publics et privés, de l’élagage des haies et arbres d’alignement), de résidus viticoles et arboricoles, de résidus issus des opérations de prévention des feux de forêt.

Ce projet permettra de structurer progressivement une filière biomasse régionale, sans conflit d’usage, grâce à la réduction prévue de la biomasse importée. Dès le démarrage, les deux tiers seront issus de la filière bois régionale. Le tiers restant sera constitué de plaquettes importées. La contractualisation progressive des approvisionnements locaux au moyen de contrats de long terme donnera la visibilité suffisante à l’ensemble des acteurs de la filière et facilitera les investissements. Atteindre un approvisionnement 100 % local en 2025 en construisant une filière biomasse régionale répondant aux critères de développement durable et créatrice de plusieurs centaines d’emplois : c’est l’un des principaux objectifs du projet « Provence 4 Biomasse ».

Compte tenu de l’importance des enjeux industriels et économiques et de l’expérience du Groupe dans la biomasse, E.ON souhaite faire de ce projet une référence de la coopération franco-allemande dans le domaine de l’énergie. Des discussions ont été initiées avec divers investisseurs institutionnels français, au premier rang desquels CDC Infrastructure, filiale de la Caisse des dépôts et consignations, qui a manifesté son intérêt pour le projet. Les discussions sont au stade préliminaire et les deux parties espèrent des avancées significatives dans les mois à venir.

A côté de l’obtention de l’autorisation d’exploiter qui vient d’être accordée au projet, il reste à finaliser avant fin janvier deux ultimes conditions relatives au contrat de rachat de l’électricité (le projet bénéficie, pendant 20 ans sur la base de 7.500 heures de fonctionnement annuel, d’un tarif de rachat, dans le cadre d’un contrat porté par EDF) et à l’organisation locale des équipes d’exploitation (passage de 6 à 7 équipes, nouveau règlement intérieur et procédure d’application des messages d’alerte et de sécurité envoyés par RTE en cas de difficulté sur le réseau électrique), pour que les travaux puissent débuter au premier trimestre 2013.

"C’est un projet remarquable, porteur d’avenir pour l’entreprise, mais aussi pour la filière bois-énergie toute entière et le territoire autour de notre centrale de Provence. Nous remercions tous les acteurs qui n’ont pas ménagé leurs efforts et leur soutien pour aboutir à cette étape importante et nous réjouissons d’avoir obtenu l’autorisation d’exploiter, car cela nous permettra d’avancer sur les autres conditions à réunir, pour tenir le calendrier et démarrer les travaux comme prévu au 1er trimestre2013. Les discussions qui ont démarré avec des investisseurs institutionnels français démontrent la qualité du projet et son intérêt pour des partenaires de tout premier ordre", a souligné Luc Poyer, Président du Directoire d’E.ON France et Président Directeur Général de SNET.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Feu vert des autorités pour la conversion de l’unité charbon Provence 4"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pas naif
Invité
car elle tournera à demande et non pas de façon erratique. L’investissement de conversion – quand même expérimental genre tête de série – reste limité à 1500€/KW donc moins cher que l’éolien le moins cher. De plus l’alternateur pourraît rester en rotation “accroché au réseau” sans dépenser d’énergie les jours où il n’y a pas besoin de lui; alors il équilibrera l’énergie réactive pompée par les moteurs industriels (et les éoliennes !). De voir que des centaines de vrais emplois vont en découler fait chaud au coeur. Enfin ce site remplace 450MW d’éoliennes (à fourniture annuelle d’énergie folâtre équivalente) soit… Lire plus »
Tech
Invité
Pourquoi être anti éolien primaire? cela en devient maladif chez vous! Bien sur que l’éolien ne résoud pas tout et même les plus en faveurs ne veulent l’imposer partout.mais il peut participer efficacement à la production, avec les autres ENR et justement quand l’eolien produit on peut réduire le thermique !!! et ses rejets! c’est vraiment ne rien comprendre à la génération électrique des éoliennes que de les comparer à des moteurs industriels !!! rien à voir. l’énergie réactive est controlée! d’autre part, toute cette “bio masse” devra être acheminée vers la centrale, avec quoi? des camions? quel volume transitera… Lire plus »
vince59
Invité
J’ai déjà visité ce site: je pense que la majeure partie de la livraison se fera par trains comme c’est le cas actuellement pour le charbon: ils ont un parc à charbon qui est hallucinant!!!! Aprés des travaux d’adaptation les plaquettes pourront suivre le même chemin que le charbon. On retrouve d’ailleurs à peu pres les memes techniques de stockage et d’extraction. Par contre ce qui est impressionant c’est la quantité de plaquettes annuelles; j’espere que la zone d’approvisionnement sera large (si convoyé en train car sinon en camion c’est une hérésie écologique) sinon cela va introduire une tension sur… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Ce projet (s’il se fait) est tout simplement une bétise. Par rapport à vos arguments: – elle ne tournera pas “à la demande”, mais en continu même quand personne n’en aura besoin, avec un bon tarif d’achat ( que je ne connais pas exactement car issu d’un appel d’offre, mais bien supérieur à l’éolien),le tout sur la CSPE. – l’alternateur restera accroché, oui, mais pour la raison qui précède. Par ailleurs, l’appro se fera par camion ( Eon raconte que le nombre de camions, actuellement de 200/j pour les tranches 4 et 5, ne serait augmenté “que” de 50/jour). Au… Lire plus »
Tech
Invité
le lien donné par 6été5ple est édifiant! récupérer du bois dans un rayon de 400Km est une ineptie. si certains on déjà fait le trajet cantal marseille par exemple c’est une horreur idem pour sortir de certains coins des alpes. tant qu’ a faire les landes cela serait plus pratique pour l’approvisionnement avec l’autoroute de bordeauxà la vallée du rhone et ce n’est même pas dans le rayon d’approvisionnement prévu! mais de grace il faut arrêter cette folie et réserver les ressources de biomasse bois au locaux il faudrait plutôt améliorer les chaudières charbon au niveau rendement et pollution et… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

J’ai failli ajouter dans mon post précédent que pour une fois, nous étions parfaitement d’accord! PS: vous pouvez m’appeler sicetaitsimple, pas la peine de faire du sous-Lionel…

climax1891
Invité

Dans cette région, l’ensoleillement est de 1700 kWh/m2 par an. Avec 5 hectares d’extension solaire, on peut récupérer 26 000 MWh de chaleur soit une éconnomie de 7 500 tonnes de biomasse par an.

Sicetaitsimple
Invité

Dans le cas spécifique, je pense qu’il y aurait de toutes façons un problème de place ( vous avez dans le lien que j’ai transmis une photo aérienne, on n’est pas vraiment en plein milieu d’un désert de l’Arizona ou de Californie). Par ailleurs, le solaire thermodynamique concentré est à ma connaissance définitivement battu dans des pays comme la France par le PV. Plus simple, moins cher, installable n’importe où en quantité adaptée à la place disponible. Il faut vraiment aller dans des pays très ensoleillés (Sunbelt) pour qu’il puisse espérer être compétitif.

Dan1
Invité

A climax1891 “Voilà une utilisation du soleil qui ne pose pas de problème d’intermittence.” C’est à voir. Car en Californie, il existe des CSP qui fonctionne au gaz. Et on a même le relevé des consommations : Le même problème se pose dans le sahara : L’avantage c’est que les algériens disent clarement les choses.* Hybride solaire-gaz, ça peut gazer !

climax1891
Invité

La centrale Cameo au Colorado vient de recevoir une extension solaire. Prix : 4,5 millions de dollars ou 3,5 millions d’euros. Gain: 900 tonnes de charbon par an ou 2000 tonnes de CO2 en moins. la centrale solaire située sur le parc des expositions de Bordeaux vient d’entrer en service. Prix : 70 millions de dollars ou 55 millions d’euros Gain : 1 700 tonnes de CO2 par an en moins.

Sicetaitsimple
Invité

Je reprends vos chiffres, 4,5M$ et 900t de charbon /an économisées. Sachant que le charbon ça vaut au US moins de 100$/t, ça fait moins de 90000$/an d’économies de charbon par an. Sans aucun calcul à caractère financier, en $ de ma grand-mère, ça fait plus de 50 ans de retour….On espère que la centrale charbon tiendra ce temps là…. Si vos chiffres sont exacts, ça mérite vraiment une médaille!

Sicetaitsimple
Invité

C’est raté pour la médaille, car Cameo a déclaré forfait depuis fin 2010….il faut dire qu’elle avait déjà 50 ans. Vous avez aussi quelques chiffres réels ( 260t, pas 900/an).

climax1891
Invité
– Avec 5,2 hectares d’extension solaire, on obtient 26 850 MWh de chaleur soit l’équivalent de 3 300 tonnes de charbon ou 7 000 tonnes de biomasse. – La première centrale charbon avec extension solaire est la centrale de Liddell en Australie. Aréva a d’aurtres projets en cours – Effectivement, à cause des prix du gaz, les centrales à charbon sont en train de fermer aux USA. Donc celles deXcel Energy dans le Colorado. Mais tôt ou tard, les USA revendrons au charbon car, en remplaçant le charbon par le gaz naturel, leur consommation de gaz devrait attendre 35 milliards… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Areva confirme.. Sur votre lien, il n’est pas dit où, et ce n’est certainement pas en Provence. Ca coute combien, les 5,2ha d’extension solaire qui permettraient d’économiser 3300t de charbon/an? Si on ne parle pas de sous, on peut effectivement discuter à l’infini.

Pas naif
Invité

rien qu’à voir les pro-renouvelable taper sur l’une des seules énergies renouvelable utilisable, ils avouent de facto qu’ils sont intoxiqués gravement par la propagande des lobby actuels. Pas un pour racheter les autres en matière d’équilibrage de réseau, de cosinus-phi, des exagérations du genre couvrir les forêts dans un rayon de 400km pour Dieu sait quoi… Et ça cause et nous fait rire..

wpDiscuz