Finistère : une éolienne rendue “folle” par la tempête

La tempête de ces derniers jours a rendu une éolienne du Finistère incontrôlable. Entrainée par des vents soufflant à plus de 100 km/h, elle n’a pu être arrêtée qu’à la faveur d’une accalmie, mercredi.

Lundi, la coupure de courant survenue dans la région aurait empêché le système d’arrêt d’urgence de l’éolienne de fonctionner. Une fois emballée, il a fallut attendre une fenêtre météo pour reprendre le contrôle de la machine.

Selon le propriétaire de l’appareil, "un boulon de sécurité manquant sur une pièce de contrôle", pourrait également être à l’origine de l’incident. Incident qui n’aura causé que des dégâts mineurs, mais provoqué l’inquiétude des autorités, et ravivé la colère des opposants aux éoliennes.

Fabriquée aux Pays-Bas, cette petite éolienne de 300kW fait partie du parc de Dinéault, au centre du Finistère. Le propriétaire se définit lui-même comme "un artisan" plutôt que comme un industriel.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Finistère : une éolienne rendue “folle” par la tempête"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Antoine
Invité

Une éolienne folle !Comme si une machine pouvait avoir de l’intelligence !Arrêtez de promouvoir ce genre de nouvelles.Une éolienne est une machine. Dans le cas présent l’éolienne est tombée en panne un point c’est tout.Le rotor a certainement tourné à une vitesse anormalement importante.Si aucun morceau ne s’est détaché l’incident est clos hormis qu’il va quand même falloir trouver les raisons exactes de cette panne pour éviter qu’elle ne se reproduise.

Pierre94
Invité

Et pourquoi devrait t’on mettre sous silence ce genre d’information ?Je pense que le public a le droit de savoir qu’une éolienne peut subir ce genre d’avarie …Quant au titre qui fait référence à l’éolienne folle, je pense plutôt que c’est de l’humour au 3ème degré, mais j’en suis pas à 100% sure !Si quelqu’un pouvait me le confirmer ?

Dan
Invité
L’art de communiquer dans notre société nécessite des titres accrocheurs… folie ou pas folie, ça ne me paraît pas être l’essentiel. Ce qui m’inquiète plus c’est : “Le propriétaire se définit lui-même comme “un artisan” plutôt que comme un industriel”. En effet, si la France, sous la pression de l’Europe, veut se lancer dans l’éolien à grande échelle (des TWh produits), il faut le faire de façon professionnelle et très encadrée. Il n’y a plus alors de place pour l’artisanat. Ces “merveilleux” moulins à vent des temps modernes doivent être considérés dès le départ comme un moyen de production industriel.… Lire plus »
Jerome
Invité

Merci à ce propriétaire qui a bravé les contraintes administratives pour un monde qui pourrait rester viable pour nos enfants.

Rageous
Invité

Les futures générations lui remettrons même une médaille! La seule éolienne à ne pas s’être désintégrée au cours d’une si furieuse révolution… une performance!

Aqua
Invité
“la coupure de courant survenue dans la région aurait empêché le système d’arrêt d’urgence de l’éolienne de fonctionner”Personne ne relève ? On parle d’un générateur électrique… dont le système de sécurité ne semble pas pouvoir fonctionner sans apport d’énergie externe ! Il y a donc mensonge et culot. Le système de sécurité est peut-être tout simplement absent ou en panne depuis longtemps. C’est peut-être le côté artisanal… de l’entretien.”un boulon de sécurité manquant sur une pièce de contrôle pourrait également être à l’origine de l’incident”Cela fait partie des choses invérifiables pour le grand public. Cependant, cela ressemble plus à une… Lire plus »
Dan
Invité
Passer de l’explication supposée d’un défaut d’entretien à une nouvelle architecture d’éolienne au rendement double est assez audacieux. Première objection : l’hélice est assez performante à basse vitesse : voir le rendement des gros turbopropulseurs et l’exemple de l’Airbus A 400 M successeur du Transall. Jusqu’à plus de 300 noeuds c’est largement jouable et plus rentable que le turboréacteur même à haute dilution. Deuxième objection : Sachant que les grandes éoliennes actuelles ont un rendement maximal supérieur à 30 % par rapport à l’énergie cinétique de la masse d’air, c’est à dire supérieur à 50 % par rapport à la… Lire plus »
Christophe
Invité

excellent, ce que vous dites semble être sur le point d’émerger :

Hayabs
Invité
Il faudrait juste un peu soi-même savoir de quoi l’on parle! Surtout avant de taper sur la R&D!!! Si l’on peut “un peu” parler de rusticité quant aux aérogénérateurs, c’est que le coût du kWh impose effectivement d’avoir des machines robustes et fiables. Tout n’est effectivement pas encore optilmisé, mais rassurons-nous, s’il n’y a pas grand chose en France, les centres éoliens nordiques ou allemands y travaillent depuis une trentaine d’année et les améliorations sont constantes. A ce titre, par exemple, les rendements de rotors eux-mêmes sont proches des 95% et n’ont donc rien à envier aux hélices traditionelles. Les… Lire plus »
Jm
Invité

Il me semble bien qu’on appelle “folle” une roue libre en mécanique ? Et sans rapport avec l’intelligence.

Pasnaif
Invité
Bien que je sois pas pro-éolien, je ne veux pas jeter la pierre à un défaut isolé d’une nouvelle technologie. Par contre mon opposition réside dans des données intangibles: Une paire d’éoliennes aperçues à 3km de l’autoroute, ça fait bienl, du nouveau et en 1 minute on ne la voit plus et oublions. Mais à 8mWpic par km² et max 20% d’équivalent de puissance annuelle moyenne, ça nous donne 1.6MW/km² moyen. Pour remplacer un EPR il en faut 1000km² et là la musique change et on se demande comment les gens vont vivre? Bien sûr on peut les répartir mais… Lire plus »
Jake
Invité
Le solaire thermodynamique, je suis aussi à fond pour, mais il ne faut pas se tromper sur l’occupation au sol. Le solaire thermodynamique n’a prouvé son efficacité que pour des centrales de tailles importantes (et encore), et en dédiant des surfaces du territoire à son seul usage. Ce n’est pas le cas de l’éolien, pour lequel l’occupation réelle au sol est très faible : 1000 m2 pour une éolienne de 2 MW c’est souvent le grand maximum. Pour certaines éoliennes de cette taille seul un chemin de 50 m par 4 m de large représente l’emprise sur la zone cultivable.… Lire plus »
Dan
Invité
En ce qui concerne la densité de puissance de l’éolien au km2, il me semble que les valeurs couramment employées sont comprises entre 7 et 10 MW/km2. A première vue c’est raisonnable et cela rend compte du fait que plus les éoliennes sont grandes plus il faut les espacer. Voici ce que donne le site espace-éolien : “éolienne terrestre : 1,5 MW, 70 m de diamètre, distance entre éoliennes : 6 D, soit 420 m, densité de puissance installable : 8 MW par km² éolienne en mer : 5 MW, 110 m de diamètre, distance entre éoliennes : 7 D,… Lire plus »
Dan
Invité
Cette solution est a priori séduisante à cause du rendement et d’une relative simplicité (en tout cas pour le particulier). Avec de bons capteurs on peut espérer récupérer plus de 500 kWh par m2/an. Pour le chauffage ne nécessitant pas de haute température (max 40°C en plancher chauffant), c’est jouable. Le hic, c’est que l’on a 15 % de l’énergie disponible quand on en a besoin de 85 % (3 mois d’hiver) et inversement. Donc il faudrait stocker en été et utiliser en hiver (stockage très longue durée). Pour une maison individuelle ayant besoin de 20 000 kWh d’eau chaude,… Lire plus »
Pasnaif
Invité
Le stockage de chaleur en petites unités est lourdement pénalisé par les pertes et une faible constante de temps. Par contre pour de gros volumes, 1 million de m3, la terre suffit a avoir des constantes de temps de refroidissement très longues, rapidement supérieures à plusiseurs années ce qui fait que la perte annuelle relative est minuscule. Une sphère de 1km de diamètre plongée à 3000m de profondeur a déjà une constante de temps de refroidissement de l’ordre du million d’années. Avec une taille industrielle de 100m de diamètre on an encore des dizaines de milliers d’années. Evidemment mon chauffage… Lire plus »
Dan
Invité
Je comprends bien l’intérêt de la sphère (minimiser le rapport surface-volume) et de la taille. A ce moment là, on entre dans le domaine industriel, adieu l’autonomie résidentielle (je n’y crois pas à grande échelle). Le stockage en profondeur est techniquement faisable et on peut même aller plus loin, en profitant de la chaleur de la terre. On s’approche de la géothermie profonde et du projet de Soultz sous forêt.Pourtant là encore, j’ai du mal à croire à une vrai rentabilité à très grande échelle. A ce niveau, les débits et les températures sont déterminants. Le rendement de nos réacteurs… Lire plus »
Dan
Invité

Voici le lien d’une réalisation modeste du stockage sur l’année Je ne sais pas ce que cela donne ?

Rageous
Invité
Au sujet de l’emprise au sol pour l’éolien les dimensions des voies d’accès sont communément celles données dans les études d’impact, dans la réalité toutes sont revues à la hausse et vont du simple au double, voire triple pour les virages…avec promesses de revégétalisation, voeu pieu puisqu’il peut être à tout moment nécessaire de ramener les grues pour la maintenance… Je reconnais que les sites d’extractions ne soient pas non plus anodins mais s’employer à grand frais à vouloir produire de l’électricité de masse avec de l’éolien sur un territoire comme la France où nul part ne subsiste d’espace assez… Lire plus »
Dan
Invité
“23 hectares de panneaux solaire équivaut à 2 éoliennes de nouvelle génération” ?? C’est peu crédible. Sachant que les panneaux photovoltaïques ont souvent un rendement maximal de 12 % on obtient 120 W/m2 puisque le rayonnement maximal au niveau du sol est de 1000 W/m2 (référence des constructeurs). En moyenne en France, on obtient 132 kWh sur l’année avec ce type de panneau. Avec 23 hectares on obtient environ 30 GWh pour une puissance totale installée de 27,6 MW. Pour faire la même chose en éolien, il faut 13 MW installés tournant en moyenne 2300 heures par an à pleine… Lire plus »
G.lecoq
Invité
Bonjour,Ah!!! Mon Dieu, une éolienne a été pris d’un coup de “vent” de folie!!! Faut tout arrêter de suite, d’ailleurs, j’ai entendu dire que ça faisait tourner le lait des vaches qui paissaient tranquillement à côté de ces engins de mort, et je ne vous parle pas de l’hécatombe parmi les oiseaux migrateurs, pire qu’une troupe avinée de chasseurs le jour de l’ouverture, si!! si!! ma brave dame!!!Mais par contre, sur les incidents à répétition dasn nos très chères et très onéreuses centrales nucléaires, que disent-ils, nos chers opposants aux éoliennes, ben!! heu!!! C’est même pas vrai, c’est encore de… Lire plus »
Dan
Invité
le opposants aux éoliennes ou supposés tels sont des enfants de coeur par rapport aux opposants au nucléaire beaucoup mieux structurés, entraînés, financés… Lorsque l’on voit les actions de Greenpeace contre le nucléaire (ascencion de tour aéroréfrigérante, blocage de convoi de déchets…) ou contre la chasse à la baleine (assaut de baleiniers japonais), on ne peut que reconnaître le professionnalisme au service de l’action de terrain. De même la communicatuion est orchestrée depuis des décennies de main de maître au niveau internationale. A côté de cela, les antiéoliens sont des amateurs ! Les incidents dans les centrales nucléaires sont suivis… Lire plus »
Rageous
Invité
Dans l’info des 23 ha de PV il n’est évidemment pas question d’une intégration sur les toitures mais plutôt au beau milieu d’une guarrigue, d’un terrain sans trop d’intérêt agricole dévolu à cet effet… Quand il semble que du PV sur une toiture gène plus l’Architecte des Bâtiments de France qu’un site éolien, j’ai du mal à comprendre…Je me suis sans doute mal exprimée ce n’est pas une production de masse mais des installations massives pour une production négligeable… Mais ça plait à l’idéo-écolo d’autant que AREVA et consors, British Petroleum, Total se sont lancés dans la course verte, ce… Lire plus »
Gilchar
Invité
Vous faites des calculs avec des éoliennes à pales séparées du mât et donc presque toujours très grandes et bruyantes. Il a existé de petites éoliennes à pales verticales, peu onéreuses produisant environ 50 kws/h si mises sur des toits c’est-à-dire qu’on utilise la toiture pour une plus grande prise au vent; en mettant une petite éolienne de ce type à chaque angle rentrant et sortant des toitures et si la toiture est très grande assez loin l’une de l’autre sur la longueur, on peut sûrement parvenir à un bon rendement d’autant plus que plus le vent souffle, plus l’éolienne… Lire plus »
Dan
Invité
Malheureusement, les éoliennes les plus performantes sont les très grandes éoliennes de plusieurs MW. le rendement maximal est d’environ 25 % par rapport à l’énergie de la masse d’air et de 40 % par rapport à la limite théorique de Betz. C’est beaucoup car les ingénieurs ont très bien travaillé à l’optimisation des machines qui ont, il faut l’avouer, un excellent rendement instantané et corrélativement une faible marge de progrès. Cependant pour le pays, le rendement instantané ne suffit pas, il faut que l’énergie soit produite quand on en a besoin, faut-il le redire. Le mythe de la petite éolienne… Lire plus »
Jch
Invité

simple petite question pourquoi parler du nucleaire avec les eoliennes qui normalement sont uniquement pour les GES madame la directrice de l’ademe a meme fait un courier au canard enchainé pour les informer l’article est meme dispo sur le web donc jamais un kw éolien ne remplacera un kw nucléaire…. deplus il est peut etre temps de demander a l’ademe de sortir les vrais chiffres de production de l’eolien et des informations a l’avantage des promotteurs!!!!!

Dan
Invité
Nous sommes quelques uns à être convaincu que l’éolien ne peut être opposé au nucléaire puisqu’ils ne jouent pas dans la même cour. l’un produit en base et l’autre en complément. C’est comme ça partout dans le monde et le restera jusqu’à ce qu’un génie invente le système de stockage en masse de l’électricté sur une longue durée. Dans le mix électrique d’un pays, on pourrait donc à l’extrême avoir 85 % de nucléaire et 15 % d’éolien (combinaison de la France et du Danemark), mais pas l’inverse. Cette solution purement artificielle n’est pas souhaitable et transposable à tous les… Lire plus »
G.lecoq
Invité
Bonjour,Et si la solution venait en effet que chaque logement puisse être équiper dorénavant d’un système éolien-solaire pour pallier efficacement au Réchauffement climatique et donc de faire baisser de manière significative ces saletés de réacteurs nucléaires.Les effets de la catastrophe de Tchernobyl sont encore mesurables, et une cassette est à la disposition de tous les curieux sur l’intervention des russes, les “liquidateurs”, lors de cet “incident”.Aller voir sur le site du “Réseau Sortir du Nucléaire”, c’est très instructif et évitera à certains de sortir pas mal de conneries.Se renseigner également sur le rapport entre l’OMS et L’AIEA finiront bien par… Lire plus »
Dan
Invité
Banco : il suffit de me prouver qu’on peut faire vivre toutes les familles de France avec une éolienne et un capteur sur le toit de la maison et sans ces saletés de réacteurs nucléaires. Est-ce que c’est faisable en Saône et loire ? êtes vous raccordé au réseau électrique avec ses 77 % d’électrons nucléaires (85 % pour le seul fournisseur EDF). Moi aussi, j’aimerai bien qu’un pays comme la France puisse vivre d’énergies alternatives et renouvelables. Sauf qu’aucun grand pays n’y est parvenu. Seul la Norvège fait plus de 95% avec l’hydraulique, sauf que son économie est très… Lire plus »
Dan
Invité

J’avais oublié un point essentiel au début, le parallèle scabreux entre réchauffement climatique et nucléaire. Où est le lien de cause à effet. Ce genre d’argument est-il validé par les vrais écologiste ? Voir l’article sur les centrales à charbon aux Etats Unis et la base de donnée CARMA. Anti d’accord, mais avec de bons arguments !

G.lecoq
Invité
Bonjour,Je vous remercie pour la visite de mon site, en effet, il n’y a pas encore d’éoliennes domestiques telles que j’en préconise la pose sur les toits des chaumières françaises, voir allemandes , mais cela ne veut aucunement dire que ce type de matériel n’existe pas.Mon petit site n’a aucunement la prétention d’être un catalogue de références dans ce qui se fait partout dans le monde en matière d’innovation éolienne, cela me prendrait beaucoup trop de temps.Quand à militer contre le nucléaire ici et vendre en Allemagne, bof, en matière d’argument, j’ai connu mieux.Quand à la coopération avec l’Afrique c’est… Lire plus »
Dan
Invité
Je vous souhaite bon courage pour l’Afrique. Ils ont des besoins, mais hormis les programmes subventionnés et très limités, il n’existe pas grand chose, c’est dur d’en vivre. Vieille antienne “anti” : le démantèlement des centrales nucléaires n’est pas budgétisé : je vous invite à lire le rapport Charpin de 2000 (274 pages), à la page 56 on trouve le tableau qui explique les coûts et notamment que le démantèlement est comptabilisé dans l’investissement. Notons au passage que 80 % de l’investissement est déjà réalisé. Sinon une synthèse plus abordable sur ce site “”. Le démantèlement, vous le payez déjà… Lire plus »
wpDiscuz